L’orthographe, science des ânes pour les nôtres, exigée pour les futures élites mondialisées

Ils sont très forts. Ils travaillent à tous les niveaux, tous ! pour renvoyer le bas peuple à son niveau du XIXe siècle ! « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux », clame Schwab. Vous ne posséderez plus rien, vous serez réduits à la mendicité, aux appartements collectifs, aux passes pour circuler, mais vous aurez Netflix et le revenu minimum universel pour continuer d’engraisser Mac Do et Big Pharma. Naturellement, adieu l’orthographe, adieu les belles- lettres, adieu la voiture et l’indépendance. Le bonheur n’a pas de prix…

Pendant ce temps, nos nouveaux maîtres sillonnent la planète en avion, yacht et autres limousines, sautant d’une maison de maître de BHL à Marrackech à l’une des innombrables villas de Bill Gates aux USA. Tous mangeant avec appétit le produit des cultures poussant sur les  terres arables des USA possédées par ledit Bill Gates qui en possède à lui seul le tiers.

Quel rapport avec l’orthographe, me direz-vous ? Tout.

Depuis des décennies, les gauchos luttent pour « simplifier » l’orthographe, jugeant qu’elle serait discriminatoire pour les classes inférieures, traduisez pour les immigrés et leurs enfants et qu’il faudrait écrire comme on parle, abandonner Vaugelas et tout ce fatras inutile.

Molière, déjà, il y a presque 5 siècles, caricaturait les imbéciles préférant leur potage à la connaissance, tout aussi ridicules que les femmes savantes atteintes d’un snobisme à mourir de rire :

[…]

Chrysale (à propos de leur servante que sa femme et sa sœur veulent renvoyer parce qu’elle fait des fautes de langue) :

[…]

Qu’importe qu’elle manque aux lois de Vaugelas,
Pourvu qu’à la cuisine elle ne manque pas ?
J’aime bien mieux, pour moi, qu’en épluchant ses herbes,
Elle accommode mal les noms avec les verbes,
Et redise cent fois un bas ou méchant mot,
Que de brûler ma viande, ou saler trop mon pot.
Je vis de bonne soupe, et non de beau langage.
Vaugelas n’apprend point à bien faire un potage ;
Et Malherbe et Balzac(12), si savants en beaux mots,
En cuisine peut-être auroient été des sots.

[…]

Molière, les Femmes Savantes. II7

.

Il y a déjà plus de 20 ans, une de mes collègues professeur de français, dans le collège où j’étais coordonnateur de lettres,  refusait carrément de faire acheter aux élèves le petit livre d’orthographe (le vieux et mythique Bled) que je demandais à tous au motif que l’orthographe était la science des ânes. Elle passait beaucoup d’heures à faire faire du théâtre à ses élèves, faisant venir des comédiens pour les faire « jouer » sur ses heures de cours… Une vraie gaucho, socialiste puis adepte de Mélenchon…

Ah ! Ces gens qui prétendent lutter contre les inégalités en coupant les têtes, en abaissant le niveau, ils ont fait le lit du mondialisme et de la chape d’ignorance qu’on a délibérément abattue sur nos enfants. Les petits Français, les héritiers de Molière, Pascal, Condorcet, Curie, Voltaire… bons derniers aux tests Pisa… ça vous étonne ? Les petits Ukrainiens bons premiers dans nos classes, ça vous étonne  ?

.

Alors savourez à présent les fautes d’orthographe d’une Sandrine Rousseau, député Insoumis ET MAÎTRE DE CONFÉRENCE.

Ou comment l’idéologie conduit à nier les règles d’orthographe les plus élémentaires.

https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/bravo-a-vous-pour-la-magnifique-campagne-que-vous-avez-fait-et-faite-quand-sandrine-rousseau-fait-une-faute-de-grammaire-20220620

Et savourez surtout à présent l’article du Figaro ci-dessous.

Les gauchos/mondialistes ont gagné 

– Au lieu de faire davantage d’orthographe au primaire et au collège, pour donner des bases solides à tous, l’orthographe reste dans les programmes et la réalité de l’école la dernière roue du carrosse, laissant la place aux incitations à se faire vaxxiner et aux conférences de SOS Méditerranée sur les pauvres migrants…

– Par contre comme « on » a compris que, malgré tous les délires des pseudo-pédagos, l’orthographe est indispensable pour tous ceux qui échangent, par lettres ou textos, on organise le rattrapage pour… les élites de demain. Et hop ! Comment s’asseoir une fois de plus sur la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, comment s’asseoir sur les luttes et l’apport extraordinaire des Lumières, de Condorcet notamment, celles d’un Jules Ferry également ?

De grandes écoles et universités imposent des cours de remise à niveau en français

Nombre d’établissements d’enseignement supérieur prennent désormais à bras-le-corps la baisse du niveau de français de leurs étudiants.

«J’ai occuper le poste de stagiaire en cabinet d’avocat», «je vous en serai gré»… Hier, peu fréquentes, les fautes de français sont désormais légion dans les copies, devoirs et lettres de motivation. Ainsi que le révélait dernièrement Le Figaro, la baisse du niveau de français des étudiants affecte aujourd’hui même les meilleurs d’entre eux. L’ampleur du phénomène est telle que plusieurs établissements d’enseignement supérieur ont saisi le problème à bras-le-corps, en rendant obligatoire des cours de remise à niveau en langue, longtemps réservés aux élèves venus de l’étranger.

À LIRE AUSSI «Je me suis sentie libérée après», les cours d’orthographe au secours des entreprises

« Il fallait que je m’interroge tout le temps »

Depuis 2011, afin de valider leur diplôme, les inscrits au programme Bachelor de la Montpellier Business School sont soumis à l’obligation d’obtenir le désormais bien connu certificat Voltaire. Sur son site Internet, l’école de commerce fait savoir qu’« un haut niveau en orthographe est devenu une compétence différenciatrice à mettre en avant sur un CV, au même titre que le TOEIC pour le niveau d’anglais ». Dès lors, en première année, les étudiants préparent cet examen en dix étapes à réaliser sur l’interface du Projet Voltaire, et assistent aux cours hebdomadaires de Charlotte Reboud, responsable du module. « Je fais travailler aux étudiants les différentes règles étudiées sous forme de jeux, de dictées. Je leur fais écrire des mails. Je m’assure que les conjugaisons de base sont bien maîtrisées. Ça permet de s’assurer que tout le monde va jusqu’au bout des dix niveaux », explique le professeur. Qu’en pensent les principaux concernés ? Pour Johanna*, 23 ans, ancienne élève en International Business Administration, la maîtrise de la langue était génératrice de complexes. « Je ne comprenais rien à l’accord du participe passé. Il fallait que je m’interroge tout le temps. Rédiger un mail, ça me prenait des heures. Tout ça pour qu’à la fin je me trompe. Je continue à faire des fautes mais ça au moins c’est réglé », confie-t-elle. Hugo, issu de la même promotion, est du même avis. « À la fin du programme, j’avais fait d’énormes progrès. » De la grammaire à l’orthographe, en passant par la syntaxe, difficile pour Charlotte Reboud de revoir l’ensemble des règles du français. Avec la diminution du nombre d’heures dédiées à son apprentissage dans les programmes de l’Éducation nationale, de même qu’avec le développement de messages courts, elle constate : « C’est normal que le niveau baisse. On modifie la langue, on raccourcit les mots et on perd l’habitude d’écrire correctement. »

De 30 à 12 fautes

Les établissements privés ne sont pas les seuls à revoir leur copie. À CY Cergy Paris Université, les élèves aspirant à intégrer la première année de licence Lettres sont contraints de passer un test d’orthographe et de rédaction sur un sujet d’actualité.

[…]

Vers un dispositif commun aux universités ?

C’est en 2013 que l’université Paris Nanterre a imposé à l’ensemble de ses étudiants de première année de suivre un cours en ligne nommé « Maîtrise du français écrit ». Dès lors, 7 000 jeunes ont eu à réaliser un certain nombre d’exercices, et à réviser des fiches de synthèse à la maison, en vue d’un examen final. Pour 500 d’entre eux, identifiés comme étant en grande difficulté, des séances d’accompagnement étaient organisées sur le campus. L’année prochaine, toujours afin d’enrayer la baisse constante du niveau en français des étudiants, l’établissement devrait revoir son dispositif. En l’occurrence, depuis un an, Paris Nanterre pilote l’action dédiée à l’élaboration d’une plateforme d’autoformation et de certification Écri+, actuellement en phase d’essai. Son objectif ? Former et certifier la maîtrise de la langue française. Dix-huit établissements d’enseignement supérieur, parmi lesquels l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, l’université Toulouse – Jean Jaurès et l’université Rennes 2, sont d’ores et déjà partenaires.*Le prénom a été modifié. https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/de-grandes-ecoles-et-universites-imposent-des-cours-de-remise-a-niveau-en-francais-20220622

À la niche, la piétaille. Tout pour les futurs possesseurs des datchas mondialistes, rien pour les autres.

Ils sont très forts. Mais ils ne sont forts que de nos faiblesses, de nos renoncements…

Christine Tasin

https://resistancerepublicaine.com/2022/08/22/lorthographe-science-des-anes-pour-les-notres-exigee-pour-les-futures-elites-mondialisees/

image_pdfimage_print
11

24 Commentaires

  1. toutefois pourquoi nous ensabler le ciboulot avec ces étrangetés de l’orthographe française, tranquillité (pourquoi 2L ?) diarrhée (pourquoi 2R?) tous les circonflexes inutiles etc. les espagnols et les allemand ont bien réformé en simplifiant, les turcs ont même changé d’alphabet (8 voyelles pleines alors que la graphie arabe n’en ont que 3) etc.

    • Patphil. Ce qui « ensable le ciboulot », c’est plutôt de tout mettre au plus bas niveau et de limiter au maximum tout effort de réflexion et/ou de mémoire. Retenir l’orthographe a priori compliquée (mais qui a toujours sa raison d’être) d’un mot n’est pas une mission impossible.

  2. S’il n’y avait que l’orthographe….c’est la même chose en math ou en physique. Un de mes neveux, bac S mention bien, a eu les pires difficultés pour obtenir son diplôme d’ingénieur, il a dû redoubler une fois avant d’arriver au bout du cursus. On donne le bac à 95% des élèves en baissant le niveau année après année. Seulement pour construire un pont ou un avion, il faut des connaissances incompressibles. Plus le niveau du bac diminue, plus grande est la difficulté à décrocher un diplôme de l’enseignement supérieur.

  3. Et lorsque l’on lit les commentaires publiés
    sur les sites d’Internet ,
    ainsi que le contenu des articles ,
    par exemple sur Riposte laïque , l’on est effaré .

    Des fautes massives , que l’on n’imaginait même pas possibles.
    Une ignorance catastrophique.
    et tout ceci avec assurance et fierté de son incompétence .

  4. La lecture entretient l’orthographe…c’est agréable et facile. En lisant, nous nous appercevons que la vie n’était pas facile pour nos aînés…Maupassant, Daudet, Balzac, Pagnol et d’autres, montrent que les tensions financières, sociales et psychologiques étaient longues et douloureuses.

    • Un inédit de Courteline qu’on a signé Molière peut-être. Je plaisante, mais quand on creuse du côté des falsifications, c’est un puits sans fond.

    • jean Michel, ce n’est pas du même Balzac, que le texte fait allusion, mais de Guez de Balzac, auteur connu à l’époque de Molière.

    • Eh oui, renseignez-vous, il existait bien un Balzac du temps de Molière, même s’il ne se prénommait pas Honoré : Jean-Louis Guez de Balzac.

  5. L’orthographe est le résultat de l’évolution, de l’enrichissement et du perfectionnement de la langue. La médiocrité de l’expression orale et écrite réflète toujours celle de la pensée. Mes grands-parents sont sortis de l’école primaire en maîtrisant l’orthographe, moi aussi , dans une classe de 38 élèves et six niveaux, je ne vois pas pourquoi il ne serait plus possible de continuer à produire ces honorables résultats.

  6. Molière, un très grand homme qui avait compris beaucoup de choses, et qui a su le distiller judicieusement à son époque + + +

  7. Ont ils reçu des ordres ou sont ils tombés eux aussi au bas niveau de nos jeunes bacheliers ? Car sur tous les plateaux TV, et de la part de personnes censées être cultivées, les liaisons en français parlé ont disparu ! Serait ce la mode ? Tout comme ajouter un « e » à la fin des mots !! On ne sait plus si on parle de mer ou de mère… ça « fait bien » sans doute !?? Il n’y a pas que l’orthographe qui est touchée. Sans parler de l’utilisation courante de mots anglais comme « challenge » à la place de « défi » ..entre autres. Avant de devoir parler arabe…
    .

  8. Orthographe, science des ânes, vraiment ? Anecdote : Quand, jeune femme, j’ai lu la lettre truffée de fautes d’orthographe que m’avait adressée un « soupirant », je l’ai immédiatement vu sous un autre jour, un autre jour vraiment pas séduisant. Il faisait plus de fautes que moi quand j’étais à l’école primaire et cela ne m’a pas paru normal. Un cancre ! C’était rédhibitoire. L’histoire se termina là.

    • En ayant soupé du soupirant, vous n’êtes pas allée jusqu’au pont des soupirs !

  9. L’ortographe est comme le code de la route, si chacun applique ses propres règles, c’est l’accident garanti, accident matériel pour l’un et de la compréhension pour l’autre. On peut en dire autant de la grammaire. N’oublions pas que la grandeur d’un peuple tient à sa langue, le Français a été pendant bien longtemps la langue officielle des relations étrangères.

  10. Pour compléter ou plus précisément, PRÉCISER ce que dit C Tasin, il faut ABSOLUMENT lire « La fabrique des crétins tome II, de J.P Brighelli.
    Paru il y a quelques mois, et déjà diffusé à plus de 500.000 exemplaires, cet ouvrage suscite l’indignation et la colère à chaque page. C’est un outil révolutionnaire, une arme contre la liquidation programmée de notre belle langue française.
    Que les rares patriotes qui se préoccupent encore de l’avenir de la France fassent l’effort de se procurer ce livre à la FNAC ou ailleurs.
    Après sa lecture, on en sort différent, informé, convaincu de la nécessité de se battre, on devient combattant contre la mondialisation.
    « La fabrique des crétins T II.- de J.P Btighelli »
    LISEZ-le!

  11. Petite chanson :
    « Sandrine Rousseau sur son vélo
    elle faisait du vélo sans selle
    elle attendait que « les roues
    pètent » !

  12. Je suis née en1943 nous entrions à l’école à 6 ans il y avait pour l’entrée en 6e un examen il y avait 1 dictée 5 fautes = 0 l’enfant n’entrait pas en 6e il allait vers le certificat d’étude passé à 14 ans très difficile et je pense que si l’élève avait 5 fautes il n’avait pas son « certif »
    L’enfant qui allait en 6e 5e 4e 3e passait le Brevet « BEPC » 5 fautes à la dictée = 0 pas de diplôme même s’il avait la moyenne dans les autres matières et il n’allait pas en seconde c’était la sélection dans les annees 60 seuls 25 % d’étudiants obtenaient le bac il y avait exceptionnellement des mentions mais c’était un vrait diplôme mitterand a voulu donner le bac à tous les étudiants on voit ce que ça donne un bac poubelle qui n’a plus de valeur

  13. J’ai dit la vérité mon message a été annulé il devait déranger pas mal je parlais du bac de mitterand donné à tous les élèves bac poubelle qui ne vaut rien on va voir si ce commentaire est supprimé

    Modération : j’ai vérifié, votre précédent commentaire a bien été validé. Stop aux délires de persécution !…

  14. Comment voulez-vous parler une langue étrangère si vous n’êtes même pas foutus de faire la différence entre un infinitif et un participe passé. « Je n’ai pas mangé ma soupe ». Alors, en anglais c’est « to eat  » ou « eaten » et en allemand, c’est « essen » ou « gegessen ». Et il y en a qui apprennent le chinois…

Les commentaires sont fermés.