L’ostracisme, plus mauvais élève de l’échiquier politique français

Publié le 7 octobre 2019 - par - 420 vues
Share

Schtroumpf macronien au sommet de sa forme
« J’aime pas le RN, j’discute pas avec le RN »
« J’veux pas de référendum islamigration, j’connais le résultat »

Les Macro•nains sont de sacrés schtroumpfs. Mais contrairement à la Macronie, les petits lutins belges sont loin d’être nocifs !

Un peu de sémantique politique :
Ostracisme : rejet hostile, par une collectivité, d’un de ses membres
Ostracisme à la française : rejet infantile, par la collectivité macronienne, des membres RN
Ostracisme à la polonaise : ost (est) + racisme

Chaque jour apporte son lot d’indignations stéréotypées vis-à-vis du RN et on se demande réellement si les Macronains au cerveau lavé au CIF (CCIF) sont conscients du fait que nous entrons en post-politique et que leurs effluves larmoyants ne sont plus qu’un pétard mouillé qu’on enseignera plus tard au rayon des pathologies politiques ou macrologie.

La combine politico-algorithmique a fonctionné durant deux décennies tout de même, maintenant il est temps de se comporter en adulte quand on prétend faire preuve de maturité politique, ce qui implique le respect de ses adversaires au programme entièrement constitutionnel. Il est de ces vérités douloureuses…

On n’invite pas une personnalité politique française majeure aux funérailles parce que, par le hasard des naissances, elle porte le patronyme Le Pen. Qu’un politique soit douteux ne fait pas de sa descendance un politique douteux sinon on entre dans les schémas staliniens. Quelle honte, alors que Marine Le Pen est si populaire en certaines régions de France ! Franchement, c’est rajouter inutilement de l’huile sur le feu Chirac.

La force de la bien-pensance ? Dialectiquement, il est nettement plus aisé de promouvoir l’humanitaire que l’identitaire qu’on veut faire taire. Le premier paraît charitable, bienveillant et sexy auprès d’une jeunesse de moins en moins cultivée tandis que le second est froid et nécessite une solide dose de connaissances historiques pour être appréhendé.

Je serais particulièrement enchanté de voir les rôles médiatiques s’inverser durant la prochaine décennie. Socialistes ? Surtout pas, quelle horreur, du balai le Szafran, hors du studio ! Libéraux ? Mais comment osez-vous serrer la main d’un libéral ? Et pas question de l’inviter aux funérailles d’un ancien Président !

Je pense que la France serait mieux dirigée par ses proverbes pleins de bon sens que par les Schtroumpfs susmentionnés. « Aux grands maux, les grands remèdes » me paraît particulièrement approprié dans un pays où l’on est plus en sécurité chez sa grand-mère que dans les locaux de la préfecture de police. On ricane à la préfecture de Poutine où grand-mère sait faire un bon café et grand-père sortir sa bonne kala.

Richard Mil

Addendum polono-suédois

Le Poisson RN, la Main Bien-Pensante et le Poison des Gros Bêtas

En polonais, poisson se dit « ryba ». Kamil Ryba, c’est aussi un Polonais installé en Suède et farouchement opposé à l’islam.

En 2014, Ryba s’est illustré en balançant des œufs sur la bien-pensance rédactionnelle suédoise. On ne peut pas dire que les événements ultérieurs lui aient donné tort. Il mériterait même une décoration puisqu’un immigrant intracommunautaire VODKA fait le boulot des autochtones IKEA !

11/03/2014 • Imigrant z Polski Kamil Ryba ma spędzić pół roku w więzieniu, bo groził dziennikarzom « Expressen », obrzucił jajkami ich redakcję i wysłał do siedziby gazety paczkę z nożem i Koranem.

11/03/2014 • Kamil Ryba, immigrant polonais, devra purger 6 mois de prison pour avoir menacé des journalistes « Expressen », jeté des œufs en direction de leur rédaction et envoyé un colis contenant un Coran et un couteau au siège du journal.

Un Coran + un couteau = deux couteaux. La peine réelle devrait donc être de 6 x 2 = 12 mois.

Ci-dessous, illustration Facebook Ryba.

Sans commentaire, sinon Avia & Allah me tombent dessus !

Certains ne manquent pas d’imagination. Mauvais goût prémonitoire ?

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.