L’Otan prête à combattre Poutine jusqu’au dernier Ukrainien

L’Otan prête à combattre Poutine jusqu’au dernier Ukrainien

Le cynisme et l’hypocrisie des Américains et de leurs valets européens n’ont plus de limite.

Les Américains s’étant toujours opposés à tout rapprochement de la Russie avec l’Union européenne, cette guerre est une aubaine pour Washington, qui rêve de faire de l’Ukraine un nouvel enfer afghan pour les Russes.

Biden et ses faucons du Pentagone ont donc fait le pari  de la guérilla et de l’enlisement russe, poussant Zelensky à résister, quel que soit le prix humain à payer. Je n’ai jamais entendu Biden appeler à la paix, alors que la cessation du massacre entre deux peuples frères devrait être la priorité pour tous. Biden ne sait qu’insulter Poutine, oubliant les crimes de guerre des Etats-Unis.

https://air-cosmos.com/article/ukraine-l-otan-fait-le-pari-de-la-guerilla-maj-28615

D’ailleurs, le général anglais Adrian Bradshaw a parfaitement annoncé la couleur :

« Sooner or later, russians will discover in Ukraine that their afghan nightmare was a tea party »

« Tôt ou tard, les Russes vont découvrir en Ukraine que leur cauchemar afghan était une partie de plaisir »

Dès le premier jour de l’offensive, la stratégie de l’Otan s’est mise en place.

1) Évacuer totalement des médias la lourde responsabilité des Occidentaux, qui ont ignoré les légitimes inquiétudes de Moscou sur trois sujets majeurs :

– l’élargissement sans fin de l’Otan, passée de 16 membres en 1990 à 30 en 2022

– la guerre du Donbass et le martyre des populations russophones persécutées par Kiev depuis 8 ans

– la volonté de l’Ukraine d’intégrer l’Otan et l’UE

2) Pratiquer une odieuse désinformation à sens unique, afin de diaboliser le seul Poutine, en occultant les massacres perpétrés par les milices néo-nazies contre les populations pro-russes de l’Est et du sud de l’Ukraine

3) Armer l’Ukraine avec les missiles antichars et antiaériens les plus modernes, pour encourager la résistance au lieu d’œuvrer à l’obtention d’un cessez-le-feu immédiat

4) Sanctionner la Russie, sachant que ces représailles économiques ne touchent aucunement les États-Unis

5) Divulguer dès la première semaine du conflit des fake news sur l’incompétence et la faiblesse de l’armée russe, en entretenant le faux espoir de sa défaite

6) Déifier Zelensky et en faire le Churchill ukrainien, afin de galvaniser le peuple, appelé à résister.

Mais dans cette odieuse machination, parfaitement huilée et à laquelle les naïfs Européens adhèrent totalement sans comprendre qu’ils sont les dindons de la farce, seul le peuple ukrainien et les soldats des deux camps paient le prix du sang.

Longtemps, Zelensky a cru que l’Otan s’engagerait à ses côtés, ne voyant pas que Biden veut la fin de Poutine sans prendre le risque d’une guerre totale avec la première puissance nucléaire mondiale, qui de plus possède des armes conventionnelles dévastatrices que l’Otan ne possède pas encore.

L’hypocrisie des Occidentaux est d’autant plus coupable qu’ils savent très bien que Poutine ne reculera pas sans obtenir la reconnaissance de la Crimée russe, l’indépendance, voire l’annexion du Donbass et la garantie écrite que l’Ukraine n’intégrera jamais l’Otan.

Par conséquent, à l’heure du bilan et la raison ayant pris le pas sur l’émotion, le monde étant enfin redescendu sur Terre, réalisera mais un peu tard, que la plupart des morts pouvaient être évitées, si Washington n’avait pas attisé les braises en manipulant la marionnette Zelensky et en lui faisant miroiter la victoire de David contre Goliath.

Quand Zelensky comprendra qu’il fait le seul jeu des États-Unis, grands gagnants de ce conflit fratricide, alors la diplomatie pourra prendre le relais des armes.

En attendant, Macron a perdu toute crédibilité auprès de Poutine. Il ne sera pas le faiseur de paix qu’il espère. Quand on prétend œuvrer au cessez-le-feu tout en prêchant la destruction de l’économie russe, summum du « en même temps », on ne fait que démontrer son incompétence et sa méconnaissance des grands enjeux géopolitiques qui mènent le monde. Macron est un incapable et un idiot.

Celui qui semble le plus apte à obtenir un cessez-le-feu est Erdogan, qui garde de bonnes relations avec Zelensky et Poutine. Certes, il arme l’Ukraine avec ses drones mais il ne s’associe pas aux sanctions contre Moscou.

L’Occident et Zelensky n’ont que deux solutions : céder aux exigences de Poutine sur la sécurité de la Russie, ou choisir l’escalade au risque d’un conflit généralisé, dont l’Otan n’a aucune certitude de sortir vainqueur.

Il n’y a donc qu’une issue raisonnable à cette guerre, assurer des garanties de sécurité à la Russie, y compris en lui cédant le Donbass.

Les Occidentaux ont beau brailler à l’intégrité territoriale des nations, ils oublient le précédent de Chypre, dont la partie nord est illégalement occupée par les Turcs depuis 1974, et le dépeçage de la Serbie, amputée du Kosovo en 2008 par la seule volonté des États-Unis.

Au départ de l’intervention, Poutine visait la récupération officielle de la Crimée, l’indépendance du Donbass, la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, le changement de régime à Kiev et la non-intégration de l’Ukraine à l’Otan.

Lui seul aujourd’hui sait ce qui est négociable et ce qui ne l’est pas. Mais pour en savoir plus, il est grand temps de se mettre autour d’une table et de faire taire les armes.

Il n’y aura jamais de victoire de l’Ukraine et il n’y aura pas de retour à la case départ. Ceux qui parient sur la défaite de Poutine et sur un nouveau cauchemar afghan se trompent.

Pour le peuple russe, Poutine est celui qui a sauvé le pays du naufrage et de l’anarchie post-soviétique. Il bénéficie d’une légitime reconnaissance de la part d’un peuple qui a retrouvé sa fierté et sa puissance dans le monde. 73 % des Russes soutiennent leur président et leurs soldats.

Jouer la montre et parier sur un soulèvement en Russie n’est donc qu’une grande illusion.

Lors de la crise de Cuba en 1962, qui amena le monde à deux doigts de la guerre nucléaire, la responsabilité des tensions incombait entièrement à Khrouchtchev. Mais aujourd’hui, c’est l’Otan et l’arrogance américaine qui ont poussé Poutine à régler le problème par la force, puisque l’Occident est resté sourd à ses requêtes légitimes.

Il est facile de diaboliser Poutine, mais je pose la question aux donneurs de leçons et aux  fins stratèges des plateaux TV :

Faut-il que Poutine accepte en 2022 ce que Kennedy a refusé en 1962 pour assurer la sécurité des Etats-Unis ?

Quand Biden et tous ses valets occidentaux auront répondu à cette question majeure, il sera possible de débloquer la situation !

Cette guerre est porteuse de souffrances, certes, mais quand le dialogue a échoué durant 20 ans, parce que les Américains se croient invincibles et méprisent le monde entier, il ne reste plus que l’emploi de la force pour se faire entendre, le seul langage compris de tous.

Jacques Guillemain

image_pdfimage_print
31

26 Commentaires

  1. Ne parlez pas des « Américaqin s » Jacques Guilemain. Il s’agit du gouvernement Biden et de quelques RINO va-t-en guerre chez les républicains, mais surtout la personne-même de Biden qui veut faire oublier toutes ses erreurs. Les « Américains » veulent que cesse l’inflation qui frôle les 8% (7,9 % aux dernières nouvelles), se plaignant du prix de l’essence, du prix des victuailles au super-marché et en ont ras-le-bol de Biden qui a littéralement tué l’industrie de l’énergie aux States, écoutant les John Kerry et autres adeptes du Green New Deal. Les 3/4 des Américains, sinon plus, veulent vivre en paix et ne veulent rien avoir à faire avec l’Ukraine.

    • Certes @ Jack mais je ne pense pas une seconde que Jacques Guillemin cible les Américains en particulier, c’est juste une façon de citer leurs dirigeants car malheureusement ce sont eux qui font la pluie et le beau temps. Nous espérons tous le retour de DonaldcTrump qui avait déclaré que les USA ne souhaiteraiebt plus pendant son mandat faire de l’ibgérence et qui avait tenu parole. Mzisvil semble que certaine frange américaibe souhzitait encore continuer de le faire, ce qui explique un vote somme toute massif pour le sénile biden, nonobstant la monstrueuse tricherie Dominion, puisque son parti avait annoncé toutes les couleurs, sauf erreur, pendant la campagne.

    • @ Jack
      Toutes mes excuses ma réponse à votre commentaire est truffée de fautes de frappe. Le voici expurgé :
      Certes @ Jack mais je ne pense pas une seconde que Jacques Guillemain cible les Américains en particulier, c’est juste une façon de citer leurs dirigeants car malheureusement ce sont eux qui font la pluie et le beau temps. La majorité d’entre nous espérons le retour de Donald Trump qui avait déclaré que les USA ne souhaiteraient plus pendant son mandat faire de l’ingérence et qui avait tenu parole. Mais il semble que certaine frange américaine souhaitait encore continuer à le faire, ce qui explique un vote somme toute massif pour le sénile biden, nonobstant la monstrueuse tricherie Dominion, puisque son parti avait annoncé toutes les couleurs, sauf erreur, pendant la campagne.

      • Inutile de vous excuser, je fais des fautes également car, même en me relisant, ce que je fais toujours, il m’en échappe. Je suis sûr que Jacques Guillemain ne cible pas la nation américaine en son entier, mais quand Macron ouvre sa grande gueule, on ne dit pas « les Français ». Il faudrait donc parler du gouvernement ou de l’administration Biden. Généraliser en disant « les Américains » est une fausse note, bien que non intentionnelle. Nous sommes sur la même longueur ami Vent d’Est, Vent d’Ouest. Amicalement à vous, Jack.

  2. Excellente synthèse. Si la situation dégénère nous le devrons à Biden et aux deux crétins va-t’en-guerre que sont Macron et Zélinsky.

  3. le prix du sans par les ukrainiens, le prix de la flambée des prix par le populo européen
    le fourgage du pétrole et du gaz américain pour les usa, tout bénef

  4. Poutine pourrait gagner cette guerre facilement. Il n’a qu’à couper le gaz en direction de l’Europe. Il s’ensuivrait quasi-immédiatement, après quelques semaines, une montée phénoménale des prix, les prix de tous les biens de consommation exploseraient, et il y aurait des révoltes partout. Ce serait une récession terrible en Europe qui rappellerait celle de 1929. Je vous laisse imaginer la suite. Je ne donnerais pas cher de la peau de nos dirigeants.

      • Exact sauf que Poutine a besoin des 800m€ quotidiens générés par le gaz et le pétrole, sinon il aurait coupé les robinets depuis longtemps. Beaucoup plus grave est la crise alimentaire qui se profile par manque d’exportation de céréales russes et ukrainiennes , surtout en direction de l’Afrique et du Maghreb qui ne manqueront pas de venir se restaurer gratuitement en France.

  5. Un titre à la formulation terriblement réaliste!
    Après les Peuples de Corée, du Cambodge, du vietnam, d Serbie, d’Irak, de Lybie, de Syrie, du Yemen…le peuple Ukrainien otage de la guerre « tiède » des Biden et autres bush ou obama.
    Le NATO et les US sont responsables de la guerre contre la Russie sur le sol ukrainien, une agression dont eux et leurs complices rendent V Poutine « coupable ».
    Depuis que la CIA a organisé l’élection de son « correspondant », celui-ci réclame, exige l’entrée de l’Ukraine dans the NATO et dans the Iourop’.
    Devant la menace de guerre unilatérale contre la Russie, V Poutine a pris de vitesse le NATO. Le pont aérien organisé pour armer massivement les troupes de Zelesnki aurait rendu bien plus difficile et plus meurtrière une guerre défensive.

    • Oui mais la phrase du titre a déjà été employèe par Charles Gave la semaine dernière sur Cnews , rendons à Charles ce qui est …etc

      • Peut-être, mais l’aphorisme est percutant.
        Désigner en quelques mots
        1/les responsables: le NATO US,
        2/les « nécessairement » coupables, les méchants Russes et
        3/ les collabos et victimes: les Ukrainiens; une performance rare.

      • Et alors ? Au contraire, Jacques Guillemain a parfaitement bien fait de s’en inspirer dès lors que c’est le moyen de frapper les esprits (dans le bon sens s’entend).

  6. Crise de cuba, en 1962 , pourquoi ? En fait, les Russes ont répliqué à l’installation par les Yankees de missiles en Turquie. D’ailleurs, suite à cette affaire, les Américains ont retiré les leurs.
    Personne n’en parle bien sûr, omerta !!!

    Un nouvel enfer comme chez les Afghans, il me semble que les Amerloques avaient pris la relève et se sont pris une déculottée il n’y a pas longtemps.
    Partis la queue entre les jambes, c’est leur place.

    • Personne n’est au courant… Moi je le savais, nous sommes donc deux, et nous devons être les seuls…

  7. 130000 soldats Américains, avec tout le matériel ultra moderne, en face, 50000 Afghans avec des Kalash et de vieux tromblons, Biden, il peut être fier, non ?

  8. Les mondialistes américains sont toujours pareils à eux-mêmes depuis la seconde guerre mondiale : détruire les européens avec des européens! Et se ramener en sauveurs pour continuer à vivre au dépends des victimes. En attendant c’est la joyeuse foire au mieux disant pour nous abrûtir et monter des élections du même gout que celles de bidon.

  9. Les va-t-en-guerre Brunet and Co qui sévissent su LCI voudrait que l’OTAN et donc la France envoie de la chair à canon défendre les ukrainiens !
    Mais nous ne sommes plus en 14 et la France n’étant plus une nation, il va falloir qu’ils bougent leurs culs de planqués s’ils veulent s’attaquer à la Russie !

  10. Démolir l’Ukraine pour récupérer, au final, un Champ de Ruines ?
    Qui pose cette question ?
    Tiens ! Notre cher Boris Karlov n’est pas là ce jour… Dans un Abri ?

    • Défendre l’Ukraine pour maintenir au pouvoir la marionnette des Amériques zelenski ? Moi je ne me pose pas la question… Et si tu te crois plus malin, vas-y, en Ukraine !

  11. « Lors de la crise de Cuba en 1962, qui amena le monde à deux doigts de la guerre nucléaire, la responsabilité des tensions incombait entièrement à Khrouchtchev. » Pas tout à fait, le but de la manoeuvre était la reconnaissance de CUBA par les USA et la garantie que celui-ci ne serait jamais envahi avec en plus la promesse que l’OTAN n’installerait pas de bases de missiles en Italie. C’était une partie d’échec finement élaborée par Moscou.

  12. de la pure propagande mensongère et dont Zelensky le président-bouffon
    en est très friand
    puisqu’il en dégueule tous les jours à tous les Merdias Occidentaux de l’UE et des USA
    Merdias, journalopes et journaputes qui à leur tour en bouffent de cette Médiamerde
    jusqu’au dégueulis collectif

1 Rétrolien / Ping

  1. Ukraine : les nouvelles « oubliées » par la presse aux ordres de Macron – Résistance Républicaine

Les commentaires sont fermés.