1

L’UE est une plaie pour les Nations européennes : libérons-nous !

Le socialiste allemand Martin Schulz annonce que Orban, Salvini, Strache, Kurz veulent défaire l’Union européenne. Ce pauvre Martin est un de ces ânes politiques qui ne comprennent pas que les peuples en ont assez.

Que dit-il pour la défense de cette UE. Un certain nombre d’inepties, une haine farouche de la démocratie quand celle-ci se refuse à cette pâle copie de la démocratie version UE, à la sauce Bruxelloise !(Figaro vendredi 6 juillet 2018)

Pour lui, l’arrivée au pouvoir en Hongrie, en Italie, en Autriche ne sont que des propagandistes, limite des fascistes comme en Italie !  Il n’en faudrait pas beaucoup pour rappeler qu’Hitler est né en Autriche ! Cet âne Martin dit (l’UE) c’est le respect mutuel qui permet à chacun d’êtres traité dans la dignité. De quelle dignité parle-t-il ? Celui des peuples ? Celui de la démocratie qui a porté au pouvoir des hommes et des femmes ayant à cœur de les écouter ? Bien sûr que non ! Quand il parle de démocratie, c’est de celle qui nie les peuples et permet à une oligarchie de régner sans partage ! Une oligarchie bien payée, avec des retraites dorées, qui ne rend de comptes à personne, sauf à elle-même et avec souplesse !

Que dit-il d’autre : « ce que nous vivons c’est une brutalisation du langage politique dans laquelle toutes formes de solidarité, de respect, et de dignité est démolie » ! On croirait entendre Marie Antoinette « Ils n’ont pas de pain, donnez-leur de la brioche » ! Certes, cette citation est apocryphe, mais elle résume le sentiment de cette aristocratie coupée des réalités et qui se pense légitime !

Cette aristocratie qui, à travers ce pitoyable socialiste Martin Schulz, dénonce les « droites radicales c’est-à-dire autoritaires, antidémocratiques, et populistes (qui) se sont organisées » ! Parce que pour cette aristocratie de l’Union européenne, la démocratie ne peut pas permettre l’élection des droites nationales !  Des droites nationales qui contesteraient à Bruxelles et à ces dirigeants non élus, le droit de décider pour les peuples, et en leurs noms.

Pour cet homme, il est indécent (que des pouvoirs élus démocratiquement) s’interposent face à une démocratie transnationale européenne, et le plus grand projet de paix du monde ! Quand je lis cette aberration, ce déni des peuples et des Nations que l’on a pu constater avec le référendum de 2005, entendu les propos des dirigeants de Bruxelles affirmant qu’il fallait recommencer à voter jusqu’à ce qu’ils disent oui, je me dis que cette Union européenne est malade de l’intérieur, qu’elle est devenue folle, qu’elle ne comprend plus rien au monde dans laquelle elle vit et qu’il est temps que cesse ce théâtre d’ombres !

Bien entendu, nous avons le discours classique de l’Europe c’est la paix, le nationalisme c’est la guerre, et même le fatal cela nous ramènera au début du 20ème siècle, sous-entendu, aux guerres, aux partis fascistes, aux nazis, etc. Façon moderne de nous donner un point Goldwin supplémentaire !

Bruxelles c’est la paix, Rome, Vienne, Budapest, Prague, Varsovie, Bratislava c’est la guerre, auxquelles on rajoutera Moscou ! Qui peut croire à cela ? L’oligarchie de Bruxelles, Emmanuel Macron, sa complice Angela Merkel et à qui on rajoutera le socialiste espagnol Petro Sanchez.

L’Europe bouge, l’Union européenne ne réalise pas qu’elle est en train de vivre quelques années encore et qu’il est vain de vouloir s’élargir encore alors que des peuples refusent sa main-mise. Qu’il est temps si elle veut sauver ce qui reste, de changer ses règles démocratiques et rendre aux Nations ce qui leur appartient, comme la souveraineté, l’indépendance et qu’elle se transforme profondément en Union des Nations d’Europe et ne s’occupe plus de la taille des courgettes, de la couleur des tomates, et surtout, ne s’ingère plus dans les tribunaux nationaux, à travers cette inique cours européenne des droits de l’homme (CDEH) qui comporte plus de quarante juges dont la plupart ne font pas partie de l’Union européenne !

 Je ne suis pas juriste, mais on pourrait imaginer une Europe des Nations au service des Nations, qui aurait un Président, sans pouvoir de contraintes sur les élus des Nations, et qui pourrait être élu par une assemblée européenne issue des parlements nationaux !

Il faut en finir avec cette caste coûteuse de fonctionnaires européens non élus, de ces dirigeants qui imposent sans l’aval des peuples ses décisions et  l’immigration !

Les décisions politiques, judiciaires, policières doivent êtres nationales et prises dans les pays eux-mêmes. Quant à tout ce qui touche l’Union des Nations Européennes (Commerce et échanges inter-Nations européennes), ce sera la subsidiarité analysée, validée par le Parlement européen, et soumis sans droit de veto au Président. Nous ferions des économies, y gagnerons en budget, et en rapidité de décisions !

Il faut en finir avec les Schulz, Merkel et autres Macron et toute cette clique à la solde des finances, avec ces suceurs de salaires, d’indemnités, de subventions et de destructeurs de démocratie !

Gérard Brazon (Libre expression)