L’Ukraine, ça, c’était une bonne émeute !

Publié le 7 janvier 2021 - par - 5 commentaires - 1 071 vues
Traduire la page en :

Je suppose que vous avez vu ce qui s’est passé hier après-midi à Washington. Des partisans de Trump ont envahi le Capitole pour contester l’intronisation de Joe Biden. Nos médias ont évidemment choisi l’option la honte, les heures sombres, le putsch, le déni de démocratie : quand on sait comment les élections se sont déroulées, c’est assez risible.

Pourtant, dans des circonstances similaires il y a seize ans, rappelez-vous, la révolution orange était sanctifiée car pro-occidentale. Ioulia Tymochenko n’acceptait pas le verdict des urnes et organisait l’occupation de la rue pendant plusieurs semaines. La différence essentielle avec hier ? Le pouvoir n’a pas fait tirer dans la foule. Y avait-il eu fraude électorale alors ? Sans doute pas plus que cette année. Il fallait plier devant le sens de l’histoire. Par la suite Tymochenko se révèlera un Premier ministre assez médiocre, passera par la case prison (autre pays, autre mœurs). On lui pardonnera pas mal de choses à cause de son éclatante beauté.

Tout cela pour dire que des émeutes, des révolutions, on en a vu et on en verra toujours. Et il est assez piquant que dans un pays ayant pour fête nationale un jour d’émeute, à savoir le 14 juillet (oui je sais c’est la fête de la fédération mais qu’est-ce que la fête de la fédération sinon la commémoration joyeuse de la prise de la Bastille ?), nos journalistes s’offusquent d’assister à une émeute. La prise de la Bastille était autrement plus violente que l’émeute d’hier. Le gouverneur a terminé décapité. On ne peut pas dire que la vie de Biden ait été en danger hier. Par contre on peut affirmer qu’il a déjà du sang sur les mains.

Il est vrai aussi que les émeutes c’est moins gênant quand c’est loin en distance ou en espace géo-politique. Quand c’est chez soi (Gilets jaunes) ou dans un pays proche idéologiquement (États-Unis), les émeutes deviennent subitement des actes factieux.

L’histoire dira si le 6 janvier 2020 a été une tentative de coup d’État ou une bataille en faveur de la démocratie. Comme elle a entériné le coup d’État gaulliste de 1958, la révolution française de 1789, les printemps arabes. Il est bien trop tôt pour se prononcer de façon définitive sur les événements d’hier.

Platon du Vercors

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
BOURGOIN

Vous n’avez tous et toutes rien, rien, rien compris ! ! ! !
Regarder le site qui ouvre aujourd’hui ou demain au plus tard :
RADIOQUEBEC.TV

Reconquista

Le principe de la démocratie représentative ce qui est un moyen pernicieux de confisquer le pouvoir au peuple, est que 50% des électeurs + 1 donnent le pouvoir à une très petite minorité pour gouverner sur 100% de la population. Hors malgré la majorité, il est nécessaire qu’il reste une forte compatibilité entre les 50% + 1 et les 50% -1. Dans le cas contraire, exemple démographie aidante en cas d’élection d’un gouvernement musulman (ou communiste ou fasciste etc) imposant des modes de vie musulmans dans nos pays, la révolte, armée si nécessaire, devient légitime pour les non muzz. L’écart idéologique entre les trumpistes et les gauchistes rend légitime à mon sens la réaction des américains qui veulent conserver leur mode de vie suivant leurs valeurs en plus après cette fraude massive.

fgf

Avant les révolutions de couleur en Ukraine, les politiciens des 2 bords étaient à jeter aux chiens mais c’est à cause de ses différentes révolutions de couleurs et du fait que l’Ukraine était devenu le terrain de chasse de la Russie.

Les Russes ont une histoire commune avec les Ukrainiens depuis les Varègues.
Si l’Empire Russe n’était pas devenu l’urss et son cortège d’atrocité en Ukraine, il n’y aurait pas d’Ukraine.

C’est l’Holodomor et les différents massacres communiste début 1917 qui a créé le sentiment anti-Russes des Ukrainiens.

Platon du Vercors

Le putsch orange a bien remis en cause le résultat du deuxième tour qui finalement a été réorganisé et a vu la victoire de Iouchtchenko. Je ne mens donc pas.

Saveriu

anarchiste de cœur à 18 ans, patriote à 30 ans… toujours bolcho , encore un à qui nous devons cette situation et qui se permet des avis géopolitiques sur un peuple qui refuse d’être colonisé et dont le courage face aux puissants russes impérialiste lui fait envie et défaut face à des racailles de 12 ans

Lire Aussi