L’ultra droite a-t-elle viré du côté Z de la force ?…

La fréquentation des sites antifas est toujours instructive. C’est ainsi qu’on consultera avec intérêt le nouveau tableau de l’« ultra droite » (on me permettra d’utiliser le langage de l’ennemi) tel que la Horde, le site « méchamment antifasciste » l’a récemment mis à jour. Sans surprise, Zemmour y fait une entrée fracassante :

Z et son parti Reconquête sont désormais au mitan d’un maillage impressionnant, à vous donner des frissons partout. A l’hypercentre de sa toile nauséabonde, l’épeire juive berbère a vraiment de quoi inquiéter les honnêtes gens.

N’a-t-on pas vu la bêbête quimmonde quimmonde, en visite au salon Milipol en octobre dernier pointer sur des journalistes un fusil d’assaut utilisé par le RAID lors de ses interventions, hurlant tel un Führer en furie : « Ça rigole plus, là hein ! Eh ! Poussez-vous là ! Reculez ! Reculez ! » :

D’innocents journalistes qui, tout en sachant pertinemment que l’arme n’était pas chargée, ont évidemment eu la peur de leur vie. Il est vrai qu’il en faut peu pour impressionner ces gens-là : leur job, c’est de passer leurs journées devant leur écran d’ordinateur à écrire des articles à partir de dépêches AFP (Reuter à la limite, mais c’est en anglais, c’est plus fatigant). Alors la vraie vie, celle des « quartiers populaires » par exemple, ils ne connaissent pas trop. Même s’ils ont signé des « reportages » sur les soldats français en Opex au Mali, au Tchad, en Lybie ou ailleurs, les seules balles qu’il ont entendu siffler à leurs oreilles sont des balles de tennis sur des courts proches de leur domicile, pour VIP only.

***

D’ailleurs Marlène Schiappa a qualifié la scène d’ « horrifiante ». « Dans une démocratie, la liberté de la presse n’est pas une blague et ne doit jamais être menacée », a-t-elle immédiatement tweeté.

Elle a eu raison, Marlène, d’être scandalisée. Tout simplement parce qu’en tant qu’auteure, auteuse, autrice et autoresse de romans zéro-tiques – dont l’inoubliable « Les filles bien n’avalent pas »  –, elle a forcément accumulé une sacrée expérience en matière de trous de balles. Elle redoute les coups qui partent trop vite, Marlène, et qui peuvent vous gâcher un début de nuit. « Horrifiant ! » : ce mot turgescent n’est pas excessif dans la bouche de la ministre déléguée chargée de la Clitoryenneté (on me souffle dans l’oreillette que c’est pas le mot adéquat : je vais me renseigner et vous dirai quoi à la fin de l’article).

***

Le second site antifa qui vaut le détour, c’est StreetPress. Lequel vient de mener une enquête dégoulinante d’angoisse sur « ces militants de l’ombre, au passé sulfureux, que le candidat [Zemmour] accueille à bras ouverts ».

https://www.streetpress.com/sujet/1640020605-armee-eric-zemmour-militants-extreme-droite-zouaves-generation-identitaires-nationalistes-candidat-election-presidentielle-2022

« Des durs, aux CVs chargés : agressions, violences en réunion, descentes à la masse dans un squat de gauche… » s’étrangle StreetPress. Jusqu’à quelles vilénies ces horribles fachos sont-ils capables de descendre ? C’est épouvantable : « Dans l’une de ces affaires, la victime raconte au passage avoir été forcée à effectuer un salut nazi par ses agresseurs » révèle ainsi le site antifa. Voilà où nous en sommes en 2022 en France… A côté de ça, quand des Gilets jaunes se font éborgner par les sbires du régime à coups de flashball, c’est peanuts.

***

A propos de salut nazi : ci-dessous une photo de la délégation française au JO de 1936 (qui se sont déroulés à Berlin comme chacun sait), lorsqu’elle passe devant la tribune officielle où trône le Führer en personne :

Et voici la gentille réponse que leur a adressée le « regretté chancelier » (Serge de Beketch dixit) :

Une parenthèse juste comme ça, pour détendre l’atmosphère. Je passe.

***

« Génération Z, ce sont surtout de jeunes militants bien peignés, mais sans réelle expérience d’une campagne de terrain qui s’annonce acharnée, voire brutale » avertit StreetPress. Nous voilà prévenus : les troupes de choc zemmouriennes sont des petits bourgeois pas vraiment déniaisés en ce qui concerne la dure réalité du terrain. Des gentils p’tits gars du peuple qui n’imaginent sans doute pas encore qu’ils auront en face d’eux les meutes antifas aguerries aux techniques de combat de rue, des meutes qu’on a vues à l’œuvre à partir de l’acte IV des Gilets jaunes. Des antifas, en symbiose avec les black blocs dans le rôle de casseurs d’élite (et accessoirement avec les flics du régime, mais c’est une autre histoire) qui, par leurs violences s’y sont pris comme des chefs pour jeter le discrédit sur le mouvement, populaire – à tous les sens du terme – à l’origine. Pas vraiment des enfants de chœur. Alors qui sont les rabiques, qui sont les teigneux ? StreetPress l’avoue lui-même : pas du côté des p’tits jeunes trop « bien peignés » de Génération Z. Mais alors QUI ?

***

StreetPress en tire la conclusion logique : « Il a donc fallu trouver des supplétifs ». Bien vu, StreetPress… Il a fallu, à la zemmourie, trouver fissa des gros bras qui fassent le poids face à l’antifacherie, bien décidée à en découdre avec l’ « extrême droite antisémite, islamophobe, LGBTQXXXXXXX-phobe » zemmourienne.

***

Quand on veut protéger les pompiers, on fait appel aux flics, et quand on veut protéger les flics, on fait appel à l’armée. Ici, même schéma : quand une « extrême droite » – pour faire bref : Zemmour récuse évidemment l’appellation… – qui s’est un peu embourgeoisée veut se protéger des antifas, elle fait appel à l’ « ultra droite ». Remarquez que si les antifas étaient ce qu’ils prétendent être, de débonnaires militants droits-de-l’hommistes surtout versés dans les humanités et l’étude paisible de leurs « classiques » (Marx, Engels, Mao, Pol Pot, Kim Jung Un, ou encore Ceaușescu, ce « Danube de la pensée »…), le problème de la sécurisation des meetings ne se poserait pas à la zemmourie. Seulement voilà, à Villepinte, en décembre dernier, Z s’est fait brutalement agresser alors qu’il se dirigeait vers la tribune. Il a bien fallu que quelques méchants « zouaves » viennent rappeler aux militants de l’association SOS-racisme venus faire le coup de poing qu’ils n’étaient pas vraiment les bienvenus.

***

On remarquera la façon ubuesque dont BFMTV relate les événements de Villepinte :

https://www.bfmtv.com/politique/agressions-chaises-qui-volent-mouvements-de-foule-le-service-de-securite-du-meeting-de-zemmour-a-t-il-failli_AV-202112070049.html

Pour la chaîne de l’oligarque Patrick Drahi (le Maroco-franco-portugo-israélien détient BFMTV via Altice Media), tout ça c’est la faute du service d’ordre, pas « pro » du tout. Et lorsque BFMTV interroge un ancien caïd du service d’ordre du Parti socialiste, le vieil apparatchik encore bien musculeux crache sans fard le morceau : « Je pense qu’il y avait un manque d’effectif. Et un manque d’entraînement, parce que je vois aussi que c’est beaucoup de personnes jeunes »… Tout est dit : les p’tits jeunes de GZ, va falloir vous muscler un peu, et en attendant, faire appel à vos grands frères ultra-droitiers, un peu plus « pro », afin d’éviter que ce genre de désagréments ne se reproduisent à l’avenir.

***

Face à l’habituelle meute journalistique qui lui reprochait ces violences, Zemmour a répondu que ses troupes ne venaient jamais perturber les meetings du « camp d’en face »…

https://www.bfmtv.com/politique/elections/presidentielle/villepinte-zemmour-dit-ne-se-sentir-en-rien-responsable-de-l-agression-des-militants-de-sos-racisme_AV-202112070158.html

Z demande fermement aux médias « de cesser d’être les relais de ces agents provocateurs ». A la question d’un Bourdin, inquisitorial : « Ça ne se reproduira plus ? », réponse de Zemmour : « Si ces gens-là ne viennent [plus perturber mes meetings], ça ne se reproduira plus, non ». Scotché, le Bourdin.

***

« Mes militants ont le cuir solide et ça sera utile quand il va falloir coller et faire face à nos adversaires d’extrême gauche sur le terrain ». Là, c’est Thomas Joly, président du Parti de la France (PdF) qui parle. Un parti « ultranationaliste » (forcément « ultranationaliste ») qui a offert ses services à Zemmour. Tous ses services, sécurité et matériel de propagande : les premières affiches du Pdf  soutenant Z sont arrivées début janvier.

Thomas Joly, deuxième à gauche

StreetPress poursuit :

« Le mouvement [le PdF] a même gagné le surnom de parti des skinheads de France, tant ils sont nombreux à être passés dans ses rangs, notamment au sein de son service d’ordre : le SEP. On y trouve aussi des militants comme Pierre-Nicolas Nups, aperçu au meeting de Villepinte, ancien membre du GUD Nancy et condamné en 2018 pour « incitation à la violence et à la haine en raison de l’orientation sexuelle » pour avoir appelé sur Facebook à « casser du PD ». Ou Cassandre Fristot, une militante condamnée fin octobre à six mois de prison avec sursis pour avoir brandi une pancarte antisémite « Qui ? » – sous-entendu « les juifs » – dans une manif anti-pass ».

Pour rectifier un peu la vision des choses de StreetPress, voir l’article ci-dessous :

Cassandre suspendue de l’Education nationale en toute illégalité !

Précisons – mais qui s’en étonnera ? – que les antifas sont pro-passe vaccinal, évidemment. Macron peut compter sur eux pour aller casser de l’emmerdeur anti-covidvax.

***

StreetPress a aussi découvert que Zemmour « marche main dans la main avec les ex de Génération Identitaire ». Au mois de février 2021, quand le ministre de l’Intérieur Darmanin (alors sous le coup d’une inculpation pour viol et harcèlement sexuel. Heureusement, comme on pouvait s’en douter un peu, les pouvoirs politique et judiciaire étant évidemment totalement indépendants en France, tout s’est bien arrangé pour lui) annonce la dissolution de Génération Identitaire (GI), Éric Zemmour monte au créneau :

« Je trouve ça très patriote de défendre ses frontières. Pendant des siècles, ceux qui défendaient leurs frontières étaient des héros. (…) Aujourd’hui on les criminalise » déclare le futur candidat.

En déplacement à Marseille fin novembre, Zemmour s’affiche avec Jérémie Piano, l’ancien porte-parole de GI. Les cadres identitaires Aurélien Verhassel (Lille) et Étienne Cormier (Lyon) sont du meeting de Villepinte.

le 8 décembre dernier, Z vitupère le déboulonnage d’une statue de Napoléon à Rouen : https://www.facebook.com/Les-Normaux-103961928586237/videos/591997885220467/, soutenant ainsi une revendication du groupe GI local, « Les Normaux ».

Dans la Drôme, c’est un ancien de Génération Identitaire, rebaptisé Valence patriote, qui participe à la boucle Telegram d’où s’organise la campagne de Zemmour dans le département et qui colle avec son équipe aux côtés de Génération Z. StreetPress alerte, scandalisé, que ce militant est un copain de Damien Tarel, le jeune homme qui a osé gifler Emmanuel Macron :

Entre les antifas de StreetPress et la macronie, c’est vraiment le grand amour.

***

A cela, rajoutez Roland Hélie, président de Synthèse nationale, qui s’est impliqué avec son équipe dans la campagne de Zemmour : « Zemmour ressuscite la droite bonapartiste » constate Hélie. « Beaucoup de monde nous a rejoints ».

***

Le réseau « Les Braves » de Daniel Conversano se mobilise aussi pour Zemmour. Conversano vit actuellement en Roumanie avec sa famille. Il a fui la France, « trop bougnoulisée » à son goût.

***

Les membres du canal Telegram « Les Vilains Fachos » ont également rejoints Génération Z. Ils étaient présents à l’inauguration du QG de campagne parisien d’Éric Zemmour, comme l’a révélé Arrêt sur images. « Les Vilains Fachos » s’étaient fait connaître pour avoir proféré des méchancetés inqualifiables contre Jean-Luc Mélenchon, Danièle Obono, Taha Bouhafs (journaliste à Le Média) et Mathieu Molard (beurck), rédacteur en chef de StreetPress.

***

Parmi les soutiens de Zemmour, compte aussi la Famille Gallicane. « Des jeunes qui aiment s’exercer en tirant sur des caricatures racistes de juifs, de noirs et de musulmans » s’indigne StreetPress, et qui collent pour Z.

***

Sans oublier, évidemment, les gros bras des Zouaves Paris, une association récemment dissoute. Ce sont eux qui ont été identifiés par Libé en train d’inviter poliment mais fermement les militants de SOS Racisme présents au meeting de Zemmour à Villepinte à quitter des lieux où ils n’avaient objectivement rien à faire.

« Je ne peux pas calmer les ardeurs de mes supporteurs… », a commenté Zemmour, deux jours après le meeting, avec un humour typiquement berbère qui laisse StreetPress de marbre.

***

Autres ralliements de poids à la zemmourie : l’UNI – le syndicat étudiant de droite – ainsi que les réseaux cathos de la Manif pour Tous (LMPT). Commentaire de SteetPress : « Un membre de la mouvance LMPT note que si ce soutien pèse peu en matière de ralliements politiques, il est utile en termes de troupes et pourrait jouer pour les législatives, constituant un réservoir de candidats potentiels « bon chic bon genre » qui avaient jusqu’alors évité de se lancer en politique. Des personnalités moins clivantes qui « pourraient permettre au parti de Zemmour de réussir là où le RN a toujours échoué : nouer des alliances avec les LR pour des désistements en cas de triangulaires au second tour » ».

***

Parmi les supporters « ultra-droitiers » de la zemmourie, on compte également bon nombre d’anciens cadres du MNR de Bruno Mégret. C’est le cas entre autres de Grégoire Dupont-Tingaud, que Zemmour vient de nommer coordonnateur des référents régionaux de son parti Reconquête. C’est aussi le cas de Philippe Milliau, patron-fondateur de TV Libertés. Un poids lourd de la communication donc. « Plusieurs sources concordantes nous affirment que les mégrétistes figurent en bonne place dans les équipes chargées de coucher sur le papier le projet pour la France du candidat » commente StreetPress.

Constat dépité de StreetPress : « Zemmour est le premier à agréger tous ces réseaux ».

Et nous n’oublierons évidemment pas la syndicaliste Margaux Taillefer qui est devenue la responsable de Génération Z dans les Pyrénées-Atlantiques.

***

L’ultra-droite fait-elle bloc derrière Zemmour ? Non. Quelques villages gaulois continuent à résister. C’est le cas de l’Action Française qui, affirme son secrétaire général Francis Venciton, « n’a pas encore décidé qui elle soutiendra dans cette présidentielle ». Tout en concédant que « localement, sans engager notre mouvement, un certain nombre de jeunes militants participent à la campagne, c’est leur liberté ». « C’est même une bonne partie de l’AF qui collerait pour le candidat maurrassien » complète sobrement StreetPress.

C’est évidemment également le cas d’Egalité & Réconciliation, qui voit dans le candidat Zemmour une créature de Nouvel Ordre Mondial. Il y a quelques mois, Youssef Hindi a publié un essai au vitriol sur le candidat, essai que votre serviteur a commenté dans cet article :

« L’autre Zemmour » : le candidat des juifs, selon Youssef Hindi

Difficile d’attendre autre chose de la secte soralienne qui a depuis longtemps chaussé ses babouches par haine de la kippa, quel que soit celui qui la porte…

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

image_pdfimage_print
14

12 Commentaires

  1. Je ne connaissais pas StreetPress.
    Par contre, j’étais sûr de l’existence de StreetCrasse.

  2. il va y avoir des surprises au soir du 10 avril,pour qu’ils dézinguent autant Zémmour que ca c’est que l’Elysée ont les vrais chiffres de % qu’obtientrait Zémmour,ca panique a font et chaque mots,phrases que sortira Zémmour il sera scruté a la loupe,j’ai lu chez Fdesouche  » L’image de Marine Le Pen s’adoucit, le RN moins perçu comme un danger » méme MLP n’impressionne plus,donc ytous chez Zémmour

    https://www.fdesouche.com/2022/01/17/les-sympathisants-du-parti-les-republicains-partages-sur-le-rassemblement-national/

    https://i83.servimg.com/u/f83/19/48/51/99/0961c710.jpg

  3. quoi ? robert ménard et le RN figurent sur l’affiche démasquant l’extrême droite ! une malveillance de plus car tout le monde sait bien qu’ils sont de gentils centristes,

  4. On voit que le tableau a été fait par l’extrême-gauche, ils ont une conception de l’extrême-droite vraiment très large. Ils ont même mis le logo du parti Les Républicains, le parti de la mondialiste de centre-gauche Valérie Pécresse.
    Elle a bien promis de ressortir le karcher récemment, c’est vrai, mais pour Les Républicains, c’est l’équivalent du pantalon à une jambe de Christian. Il n’a pas vocation à être utilisé réellement, mais juste à être vendu pendant les campagnes électorales.
    Après Chirac et Sarkozy, les électeurs LR aiment bien être cocufiés, ils en redemandent à chaque fois.

  5. mon dieu quel bordel dans le camp des patriotes nationaux ! ! on peut se moquer de la gauche ou des L R !!! Mais comment le bon « peuple » c.a.d. le troupeau de moutons qui doit voter en avril, va t’il reconnaitre son panurge ??? Pauvre France

  6. Concernant les antifas on peut rajouter sans se tromper que de temps en temps utile, les meneurs des antifas sont des flics macroniens.

  7. On situe à l’extrême droite, des patriotes prêts à prendre les armes pour défendre leur pays…Où est le diable dans cette pensée, dans cette attitude ? Un chef de famille, se faisant agresser par des racailles, doit-il se défendre ou préparer un bon petit plat, saucisson pinard, pour accuellir ces intrus ? ceux qui n’admettent pas ça ont une logique placée plutôt en dessous du cerveau..du côté des gaudasses..

  8. Bravo, Génial : j’ai bien ri, quel humour, quelle finesse, quelle merveille ce texte ! MRCI BEAUCOUP !!!!

  9. Je présume que StreetPress est inspiré de l’expression américaine « street-trash » qui désigne tous les bons à rien, malfrats et épaves qu’on trouve en train de glander dans les rues… StreetPress montre bien le niveau de cette feuille de chou dont les articles sont rédigés par d’authentiques déchets de caniveau.

  10. Le financier Charles Gave, soutien inconditionnel de V. Pécresse et Elizabeth Lévy rédactrice en chef de Causeur , présents sur l’organigramme de  » l’ultra-droite  » ?
    Donc en gros , tout ce qui est à droite de Bayrou est catalogué comme « ultra-droite ».

  11. lahorde sait nommément qui fait quoi quand et pourquoi mais quand on cherche qui est à la têtedelahorde c’est le parcours du combattant….je parie que celui « qui » dirige c’est toujours les mêmes.

  12. arme « neutralisée » (pas de percuteur par ex) sinon il suffirait d’amener un chargeur pour faire un carton…

    le salut romain était le salut olympique.

    Conversano fait des vidéo intéressantes car il a la bonne idéologie d’ED, celle de Faye, « archéo-futuriste » (pas simplement passéiste réactionnaire)

    L’ED, cette auberge espagnole…

    «Le fascisme c’est l’Église plus toutes ses hérésies.» Mussolini

1 Rétrolien / Ping

  1. Les reniements successifs de MLP : une voie royale pour Z – Riposte Laique

Les commentaires sont fermés.