L'UMP introduit prières, ramadan, halal dans l'entreprise… et les organisations laïques se planquent !

En regardant d’un peu plus prés les propositions de L’UMP sur la Laïcité…
Je constate que parmi les propositions faites de façon suffisamment alambiquée et contradictoire pour mentir sans gène, il est quand même des propositions monstrueuses sur lesquelles Le PS , Le GODF et autres, ne pipent pas mot.
Liberté religieuse et « vivre ensemble » dans l’entreprise
Sans remettre en cause la liberté de conscience, il est souhaitable de prévoir des normes d’habilitation permettant, sous le contrôle du juge, d’imposer dans l’entreprise, lorsque cela est nécessaire, une certaine neutralité en matière religieuse.
PROPOSITION 1 : permettre aux entreprises, pour des raisons précises, d’intégrer dans leur règlement intérieur des dispositions relatives au port de tenues et signes religieux. Le dispositif sera nécessairement législatif puisqu’il s’agit de prévoir une dérogation à l’article L 1121-1 du code du travail aux termes duquel « Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché » et, spécialement, à l’article L 1321-3 du code du
travail relatif au règlement intérieur
Le dispositif devra être précisément libellé afin de ne viser, conformément à l’état de la jurisprudence, que des limitations nécessaires et proportionnées aux fins de bonne exécution du contrat de travail.
PROPOSITION 2 : permettre aux entreprises d’intégrer dans leur règlement intérieur des dispositions encadrant les pratiques religieuses (prière, restauration collective…). Comme pour la proposition précédente, le dispositif sera nécessairement législatif et pourra s’inspirer de la jurisprudence en vertu de laquelle un salarié ne peut exiger de son employeur le respect de la
manifestation de ses convictions religieuses en l’absence de mention du fait religieux dans le contrat de travail (à titre d’illustration, la chambre sociale de la Cour de cassation a estimé qu’un salarié ne peut arguer de sa religion pour refuser de subir une visite médicale réglementaire [29 mai 1986] ; demander
remboursement d’indemnités correspondant à des déjeuners fournis gratuitement par l’employeur et qu’il s’est abstenu de prendre pour des raisons religieuses [16 janv. 1994] ; ou refuser d’exécuter son travail à un rayon boucherie au motif qu’il devrait manipuler de la viande de porc [24 mars 1998]).
PROPOSITION 3 : organiser une formation spécifique pour les responsables de ressources humaines et les inspecteurs du travail.
PACTE RÉPUBLICAIN
AVRIL 2011 12
Responsables des ressources humaines et inspecteurs du travail sont aujourd’hui en difficulté lorsqu’ils sont confrontés à des situations où le droit du travail ou le règlement intérieur de l’entreprise est remis en cause sur la base de revendications ou pratiques directement ou indirectement religieuses. Ils se trouvent
en effet « tiraillés » entre le principe de lutte contre les discriminations et le respect des dispositions. La mise en place d’un module de formation spécifique sur ces questions par le ministère du Travail permettrait de clarifier la situation pour les personnes directement concernées.
PROPOSITION 4 : élaborer un « guide des bonnes pratiques de la liberté religieuse et du vivre ensemble dans les entreprises ». Ce guide pourrait être préparé par les associations de directeurs des ressources humaines, en lien avec les partenaires sociaux et, éventuellement, avec la conférence des ministres du culte.
Ce guide aiderait les entreprises à adopter des références pour concilier liberté religieuse, bonne exécution du contrat de travail et « vivre ensemble » dans les entreprises. Selon la délibération de la Halde du 28 mars 2011, l’animation d’un dialogue permanent sur ces enjeux pourrait être confiée au Défenseur des droits.
A ma très humble connaissance, a ce jour, le code et la règlementation du travail ne prennent aucunement et nullement en compte les questions de religion.
L’esprit de la loi de 1905, et l’idée Laïque ont pour vocation de mettre en dehors du champ de la vie publique, et le monde de l’entreprise en fait partie, les dogmes et autres hallucinations cultuelles.
Les propositions faites ci-dessus, puisque depuis un siècle , en dehors de l’Islam, on a eu aucun problèmes de religions en France dans nos entreprises publiques et privées, ces propositions donc, ont bien pour objet de faire entrer, les prières, le Ramadan, le Halal , et autres rites archaïques, et de toutes façon superflus, dans l’organisation du travail en France.
Les suicides chez France–Télécom, les milliers de salariés jetés a la rue pour faire monter les actions, l’immigration pour faire baisser les salaires, les milliers de salariés victime de harcèlement moral, ou de maladie professionnelles ça ne suffit pas. Pour mettre encore plus la merde et détruire ce qu’il reste de nos entreprises, on va y ajouter l’Islam.
Tout cela est comme les Quick Halal, c’est a dire intolérable !
Et que disent en ce moment, ceux qui par tradition historique sont censés être les héritiers de la Laïcité et des libertés de ne pas avoir a subir les dogmes des illuminés !
Rien ! Ils se cachent comme des lâches qu’ils sont, parce que depuis le 11 septembre sans doutes ont-ils peur ?!
Francis Tegal

image_pdfimage_print