L'UMPS dans le Doubs, complicité politique et concurrence faussée

SarkozyhollandeVoilà pourquoi le discours politique de l’UMPS éprouve une réelle répugnance à parler vrai. Le théâtre « honteux » de l’élection partielle dans le Doubs fait partie des occasions d’exhibition médiatique de la misère intellectuelle des usurpateurs en politique. Les avantages des « planques électives » en politique sont parmi les plus recherchés. Parler de l’élection partielle dans le Doubs, c’est l’occasion de manifester toute l’étendue et l’universalité centraliste de la médiocrité du discours politique de l’UMPS et de « Juppé par excellence ».
Sans culture politique, la liste des manœuvres politiciennes retenues, avec les propos mystificateurs destinés à justifier le soi-disant « Esprit unitaire trompeur du 11 janvier », est infinie. La collusion politique de l’UMPS est inspirée par la propagande socialo-populiste relayée sans cesse par la télé officielle digne des « JT de la Corée du Nord« . Ce sont autant de stratégies de présentation illusoire, et de mise en scène, destinées à donner l’image la plus flatteuse, la plus légitime et la plus conforme à l’UMPS, c’est-à-dire l’image faussement « originale » du centriste Juppé, planqué par les médias de la gauche bobo « dans les limites de la conformité ».
Il n’y a rien, autant que les ambitions politiques, qui permette de s’affirmer et d’avoir de la « classe » !
Il n’y a rien non plus, par quoi le candidat de la fausse droite, Demouge « le honteux », a été déclassé. Comment l’UMP a-t-elle pu désigner un candidat aussi mauvais pour la représenter  dans le Doubs ? Mystère.
Mais l’exhibition misérable de Demouge « le honteux », « celui qui voulait foutre les Français dehors« , a révélé le candidat de la misère de la démocratie, le candidat UMP anti-raciste vulgaire, qui a osé déclarer à la télé : « Moi je vous dis, cest les bons petits blonds qui memmerdent, cest pas les gens de limmigration« . Le même anti-raciste vulgaire avait déclaré sa foi pitoyable dans la religion socialiste soi-disant républicaine dès le 19 janvier 2015. « Selon le Lab, le candidat UMP Demouge a déjà prévu le cas dun duel au deuxième tour PS-FN, annonçant quil préfère voter PS pour empêcher le FN de gagner : « Évidemment, il ne faut pas que le FN gagne. » Ces derniers temps, lUMP semblait plutôt dans la stratégie du ni-ni. Cette prise de position risque den fâcher certains à droite« . « L’affront républicain » des usurpateurs, c’est le degré zéro de la démocratie !
Le Valls en campagne a affirmé que le candidat PS M. Barbier « est désormais le candidat de tous les républicains » ! Une telle sortie n’est pas une exhibition politique comme les autres. La politique est, si l’on peut dire, le plus mystificateur des arts de la combine maffieuse. C’est une vraie garantie contre l’intelligence et contre toute forme de morale et de « spiritualité » en politique. Il suffit de penser à la « valeur marchande » que confèrent aujourd’hui les investitures des partis politique aux candidats désignés. C’est le pourquoi du recours abusif au langage religieux, pour évoquer les postures mensongères que les candidats sont tenus d’adopter dans leurs exhibitions publiques et pour la promotion commerciale de la « politique sans âme » à la télé.
La politique mystificatrice a « partie liée avec le déni de l’âme » ! Être un « animal politique » c’est vouloir ambitionner une forme honteuse de barbarie spécialement destinée à anéantir I’âme des peuples et à abrutir les « masses ». Se croire « l’élite » en politique sur France 2, façon « Juppé par excellence », c’est une boursouflure honteuse, spécialement inventée par les médias de la gauche bobo, pour faire « la nique » à Sarkozy.
Mais ce n’est pas tout. La politique est l’art « trompeur » par excellence. Se situant au-delà du discours et de la gesticulation médiatique des usurpateurs en politique, la politique ne dit rien et n’a rien à dire. N’ayant pas de fonction utile concrète, elle suppose une « mise en scène de théâtre » qui, même dans ses formes les plus nulles, reste porteuse d’un message social « trompeur ». C’est pourquoi, elle ne peut se « passer » de la télé, qui diffuse la propagande socialo-populiste, pour faire croire à « l’illusion d’un accord immédiat et profond » avec les valeurs usurpées de « l’affront républicain » et de « l’esprit unitaire trompeur du 11 janvier ».
Les mensonges du théâtre socialo-populiste divisent le pays depuis 2012. L’opposition politique est inséparable de l’esprit révolté contre une telle nullité éthique et politique. La politique représente la forme la plus radicale, la plus absolue de la dénégation du monde réel et spécialement du monde social qui subit une crise comme jamais. Il suffit d’avoir à l’esprit la complicité politique de l’UMPS, la plus étroitement liée à la corruption des mœurs en politique, pour comprendre que la promotion des valeurs mensongères usurpées de « l’affront républicain », et de « l’esprit unitaire trompeur du 11 janvier », est la « célébration télévisée de la nullité » en politique. C’est l’esprit de l’amalgame infâme en politique. C’est pourquoi l’intolérance politique provoquera des violences terribles. Les combines qui sont profondément révélatrices de la complicité politique de l’UMPS, aboutissent à se partager les postes et les prébendes. La complicité politique la plus primitive de l’UMPS dans le Doubs est ce que les partis dominants ont de très profondément chevillé au corps. La complicité politique est enracinée dans l’expérience du pouvoir. On comprend que ce n’est pas du goût des électeurs.
Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0