L’UMPS et les médias vous traitent d’abrutis : électeurs FN, soyez fiers de vous…

Publié le 28 mai 2014 - par - 2 404 vues
Share

colereUn séisme, un choc, une tempête, un ouragan, toute la caste politico-médiatique est en émoi. De quoi ont-ils peur ? La victoire du FN aux européennes n’est pourtant qu’un petit soufflet, elle ne va rien changer, le parlement européen reste entre les mains des mêmes tartufes, et l’union européenne sera toujours dirigée par les mêmes oligarques avec l’appui des mêmes chefs d’État.

Alors qu’est ce qui explique cette panique ?. Comment peuvent-ils être aussi surpris par une victoire annoncée depuis deux mois par les sondages?
Seraient-ils en train de se rendre compte que leur pouvoir de nuisance s’amenuise, que la campagne anti-fn qu’ils orchestrent à chaque élection ne mobilise plus personne, que la diabolisation , véritable stratégie d’intimidation dictatoriale, n’a plus aucune efficacité ?
On le voit bien, leur arguments sont éculés. Franz-Olivier Giesbert l’a même avoué : la diabolisation ne marche plus. Il faut trouver autre chose.

[youtube]http://youtu.be/nwEVNtFkeBg[/youtube]

Ils ont bien essayé de minimiser la victoire du FN en prétendant que le premier parti de France était finalement l’abstention. Or les électeurs ont été plus nombreux cette fois-ci qu’en 2009. Et si l’on en croit le sondage commandé par Valeurs Actuelles quelques jours avant le scrutin, les abstentionnistes se seraient exprimés de la même façon que les 42% qui se sont déplacés aux urnes. Ce qui signifie qu’une participation plus importante n’aurait rien modifié aux résultats que nous connaissons aujourd’hui. On peut même affirmer que cela aurait pu profiter au FN en lui permettant notamment de franchir la barre des 25% puisque sa base électorale a moins voté que celle de l’UMP.(50% des électeurs de Marine le Pen de 2012 se sont abstenus alors que l’UMP a mobilisé 53% de ses électeurs. En revanche pour le PS c’est 58% des électeurs de François Hollande en 2012 qui ne se sont pas rendus aux urnes)

Cette analyse là personne dans les média ne veut la faire. Et pour cause : elle démontrerait que le FN vient de remporter une victoire écrasante et qu’il se passe quelque chose de très important autour de ce parti.
Car avec 30% d’électeurs ayant moins de 30 ans, 43% du vote ouvrier et 38 % des employés, le FN obtient d’élections en élections un socle populaire de plus en plus solide pour construire une alternative, contrairement à l’UMP qui profite d’un électorat vieillissant. Si demain le front national parvenait à élargir sa base électorale à des fonctionnaires qui se sentent de plus en plus trahis par la gauche, et des cadres moyens, qui craignent le déclassement social, alors il serait en mesure de prendre le pouvoir en France.

Une hypothèse qui marquerait la fin d’un système vieux de 45 ans. Face à cette menace il ne reste plus aux faiseurs d’opinion que de stigmatiser les électeurs FN.
C’est ainsi qu’au lendemain des élections les média nous proposent régulièrement le portrait type de l’électeur en colère qui vote sans autre ambition que d’exprimer son mécontentement.
Le sous-entendu est limpide : le vote FN n’est pas un vote d’adhésion. Cette « analyse » ne se fait pas sans un certain mépris de classe et une bonne dose de racisme social. Sur RMC par exemple, un journaliste observait dernièrement que les électeurs du FN sont les moins diplômés. Il en concluait qu’ils étaient donc plus réceptifs aux discours simplistes des populistes car, privés des « outils » intellectuels de base, ils sont incapables de discerner le bien du mal.

Belle démonstration de l’indécence dont peut faire preuve une petite aristocratie qui ne touche plus terre. Est ce que les ouvriers qui votaient Mitterrand en 81 étaient des abrutis incapables de produire un raisonnement ? Et quid des employés qui ont voté François Hollande à la dernière élection? Pour la caste au pouvoir un jeune c’est soit un petit bourgeois qui fait science po, soit une racaille à capuche.

Tant pis si dans notre France où plus de 85% d’élèves qui passent le bac l’obtiennent, et où la fac est une voie de garage pour la majorité de ceux qui la fréquente, être diplômé ou ne pas l’être ne veut strictement plus rien dire. C’est bien d’ailleurs ce système qui nous prive aujourd’hui d’une élite digne de ce nom.Tant pis si rien ne prouve qu’avoir un diplôme ou avoir fait 5 ans d’étude après le bac rend plus apte à comprendre le monde et à définir ce qui est bon ou mauvais pour son pays.

Alors électeurs FN, diplomé ou pas. Ingénieur ou ouvrier. Chômeur ou entrepreneur. Travailleur intellectuel ou travailleur manuel, artisan ou employé, agriculteur ou femme au foyer, fonctionnaires ou salariés du privé ne vous laissez pas intimider.

Ne baissez plus la tête devant l’incurie et la pression médiatico-politique. Soyez fier de ce que vous êtes. Non vous n’êtes pas des crétins, non vous n’êtes pas des fachos, non vous n’êtes pas racistes, non vous n’êtes pas des nazis, non vous n’êtes pas des populistes. Vous aimez votre pays et ne supportez plus qu’il soit trainé dans la boue.

Pour eux vous gueulez, vous grognez, vous bavez. Pour eux vous êtes des animaux quand vous votez. Pour eux , vous n’êtes pas intelligible, vous ne parlez pas, vous hurlez; vous ne réflechissez pas, vous en êtes incapable. Pour eux il vous est interdit d’analyser et de comprendre.
Ne les écoutez plus; vous êtes semblables à ceux qui dans la France occupée se sont levés pour la libérer.
Sans vous c’est en France qu’Allah deviendra grand.
Alors Bravo à tous, et dites merde à la médiacratie.

Jérôme Cortier

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.