1

L’Union européenne, c’est la paix : ah bon, Madame Loiseau ?

Aujourd’hui il a fait beau, et j’ai perdu mes clés.

Ces deux informations – certes capitales – pourraient induire certaines interrogations :
1/A-t-il fait beau parce que j’ai perdu mes clés ?
2/Ai-je perdu mes clés parce qu’il a fait beau ?
3/ Qu’est-ce que l’un a à voir avec l’autre ?

En toute cohérence, le lecteur cartésien devrait se prononcer pour la troisième hypothèse…
Et bien, pas madame Nathalie Loiseau. Pour laquelle :
a/L’Europe est en paix depuis 1945 ;
b/L’ ancêtre de l’Union européenne a été créé en 1954 (CECA) ;
c/Donc « b » est le père de « a ». L’Union enfante la paix.

Logique implacable. Tu prends deux faits incontestables, tu les relies entre eux en affirmant que l’un résulte directement de l’autre, et le tour est joué.
Reconnaissons que l’argument est assez vendeur : l’Union faisant la paix, + d’Union = + de paix.
C’est mathématique.
Et avouons dans la foulée qu’effectivement, ça fait belle lurette que le duc de Habsbourg n’a pas tenté d’envahir la Poméranie occidentale, ou que la perfide Albion n’a cherché à croiser le fer avec la Vénétie.
Dont acte. Bon, dans un passé récent, nos armées ont légèrement écrasé la Serbie, anéanti la Libye, cherché des noises à la Syrie, mais c’est loin. Donc pas comptabilisé.

Par contre : quid des autres participants, extra-européens ceux-là, lors de la Deuxième Guerre mondiale, alliés ou ennemis ?
Il ne semble pas que Canada, États-Unis, Australie, Japon… aient été dévastés par des conflits internationaux…
Le Brésil a également participé aux affrontements, et pourtant la dernière guerre survenue en Amérique du Sud remonte à… 1942, Pérou-Équateur.
Si donc l’Union a assuré la paix chez nous, c’est la désunion qui l’a permise ailleurs ? Intéressant…
Plus sérieusement : vu la capacité de destruction des armes modernes (« la force de dissuasion », comme disait de Gaulle à juste titre), les chefs d’État à peu près raisonnables vont éviter la confrontation directe. Inde et Pakistan ont terriblement envie de se mettre sur la gueule mais s’abstiennent, pour ne pas causer quelques millions de morts. Donc, ils laissent musulmans et hindouistes du Cachemire s’expliquer entre eux.

Pratiquement plus aucune guerre actuelle n’oppose deux ou plusieurs nations. Plus généralement, les guerres inter-nations se raréfient à la surface du Globe, et, pour celles qui subsistent, il n’est pas rare qu’un ou plusieurs pays de l’UE y aient apporté leur écot. Madame Loiseau a une conception assez originale de la notion de « paix »…

Nos « réfugiés » – Afghans, Soudanais, Somaliens, Érythréens, Nigérians – se battent contre eux-mêmes. Au demeurant, la perspective de troubles intérieurs, qu’ils soient nommés « sécessions », « face à face » ou « partition » nous concerne personnellement et chaque jour un peu plus. Nous y allons direct, tranquilles, à un rythme allègre et soutenu. Et il semble légitime de se demander en quoi les instances européennes pourraient amortir le choc, alors même que leur immigrationnisme hystérique prétend soigner le mal par le pire.

Si rejouer encore un match contre l’Allemagne paraît improbable, par contre, quelques petits tournois bien de chez nous….
Au fait, Madame Loiseau, j’ai retrouvé mes clés, et il ne pleut toujours pas.

Jacques Vinent