L’Union européenne, une dictature sans visage

Publié le 9 juillet 2012 - par - 1 534 vues
Share

La France sort d’une période électorale intense. François Hollande a remplacé Nicolas Sarkozy et le PS a succédé à l’UMP à l’Assemblée nationale… Et alors? Le nouveau président, comme l’ancien, est impuissant face à la supranationalité, règle fondamentale de l’Union Européenne. Il commence déjà à plier devant Mme Merkel, elle-même au garde-à-vous devant l’aréopage des tous-puissants commissaires européens.

 En effet, ce sont les technocrates non-élus de Bruxelles qui gouvernent désormais en Europe, pas les peuples. Les français, irréductibles naïfs se croyant encore citoyens, avaient rejeté par referendum la constitution européenne ; on leur a imposé le Traité de Lisbonne.
 La citoyenneté est devenue un leurre, les élections une mascarade, le vote, au mieux, un exutoire.
L’Union Européenne a inventé le totalitarisme mou,  le capitalo-communisme cotonneux, le libéralo-soviétisme ouaté: un hybride monstrueux d’ultralibéralisme sur le plan économique et de marxisme soviétoïde  sur le plan administratif.
 Le pouvoir de la Commission de Bruxelles aujourd’hui ne se comprend pas davantage que la monarchie absolue de droit divin sous Louis XIV: c’est une transcendance inexplicable qui s’abat sur nous, pauvres mortels. Qui connaît les noms des commissaires européens? Qui sait exactement quelle est l’étendue de leurs pouvoirs? Qui maîtrise l’abscons verbiage juridico-technocratique des traités européens? Qui est en mesure de comprendre l’absurde processus orwello-kafkaïen qui mène à la création et à l’application d’une directive européenne? Personne parmi nous, personne parmi les pseudo-citoyens soumis à la législation supranationale de l’Union Européenne. On ne peut donc pas se rebeller contre une oppression inconnue, contre une tyrannie sans visage!

 D’un point de vue économique, l’Union Européenne a aboli les frontières pour créer un vaste espace ouvert à l’intérieur et sur l’extérieur. La propagande officielle, relayée jusque dans les manuels scolaires, nous dit que la libre-circulation des marchandises et des capitaux a abouti à une croissance économique commune depuis un demi-siècle. La même propagande omet soigneusement de préciser que cette libre-circulation des marchandises a également abouti à une suprématie financière de l’Allemagne, à la transformation des autres pays de l’UE en satellites de Berlin, à la désindustrialisation des pays du sud de l’Europe (dont la France), désindustrialisation actuellement accentuée par les délocalisations d’usines dans les pays d’Europe de l’est, ex-membres du bloc communiste. Dans la même logique capitaliste cynique, la libre-circulation des hommes a engendré une  féroce concurrence des travailleurs au sein de l’UE (le fameux « plombier polonais »), travailleurs européens eux-mêmes soumis à une concurrence effrénée de la part des millions d’immigrés affluant de pays extra-européens à bas coût de main d’œuvre, pour le plus grand bénéfice du grand patronat immigrationniste qui utilise les masses immigrées comme un lumpenprolétariat afin d’exercer une pression à la baisse sur les salaires.

 D’un point de vue humain, la fin des frontières voulue par l’Union Européenne est en train d’abolir les nations, autrement dit d’anéantir la civilisation européenne dans toutes ses composantes : là où deux Guerres Mondiales nées en Europe ont échoué à anéantir la population européenne, là où le projet psychologique dément  des communistes de créer « l’homme nouveau » par subversion des esprits a aussi échoué, là où l’idéal biologique monstrueux des nazis de créer cet « homme nouveau » par eugénisme a enfin échoué, l’UE pourrait bien réussir un génocide démographique et culturel par SUBSTITUTION de population. Les flux d’immigration extra-européens culturellement inassimilables (qu’ils soient légaux et clandestino-légaux, puisque les clandestins finissent quasiment tous par être régularisés) et la fécondité de conquête desdits flux migratoires, sont en train d’opérer une véritable substitution de la population européenne, dans une proportion plus importante encore que lors des Grandes Invasions du Vème siècle. Les Francs n’ont jamais représenté plus de 10 pour cent de la population de la Gaule romaine, et Clovis s’était converti au christianisme afin de cesser d’être un barbare aux yeux de ses sujets gallo-romains; les musulmans sont déjà 10 pour cent de la population de l’hexagone et, pour beaucoup, n’ont pas l’intention de se « convertir » à…la laïcité !

 C’est en cela que l’UE est profondément antidémocratique : puisque le peuple n’est pas d’accord avec la Commission européenne, il faut changer de peuple ! Puisque les européens n’ont pas voulu de la Constitution européenne à court terme, ils auront la charia à moyen terme. Bienvenue dans la dictature terminale! Celle qui n’a pas eu besoin de coup d’état pour s’installer, celle contre laquelle, par conséquent, on ne pourra pas faire de révolution. Bienvenue dans le totalitarisme soft ! Celui où vous croyez encore être en démocratie, celui où votre esprit conditionné par l’autocensure de l’antiracisme politiquement correct est votre propre Big Brother, qui vous regarde et vous aveugle en même temps.
 Welcome in brave new world!

Marc Nièvre

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.