1

L’UNSA-RATP et son patron Thierry Babec mènent une politique d’islamo-collabo

La RATP et ses syndicats sont à la pointe de la négation au sujet de l’islam ! Ils sont à leur manière des sortes de négationnistes avant l’heure, ce que nous appelons à Riposte Laïque des islamo-collabos ! 

Thierry Babec patron de l’UNSA-RATP, adjoint au maire socialiste et conseiller d’agglomération.

Plus de 75 % de conducteurs de bus seraient musulmans et la seule réponse que trouve un syndicaliste comme Thierry Babec, secrétaire général de l’UNSA-RATP devenu majoritaire devant la CGT, socialiste et 10e maire adjoint chargé de l’urbanisme dans sa ville de Champs-sur-Marne, conseiller de la communauté d’agglomération « Paris-Vallée de la Marne » , est de nier les conséquences de cette réalité !

Sur Sud Radio, il digresse amplement en affirmant de mémoire que l’emprise de l’islam par l’embauche majoritaire de musulmans n’est pas un fait notable et fait des comparaisons oiseuses entre l’embauche de femmes et d’Antillais ! On ne dirait rien, dit-il, si la RATP embauchait une majorité de femme ou d’Antillais et donc, que la RATP n’a pas à embaucher en fonction de critères sexuels, religieux et politiques !  

Cet après-midi nous étions au forum des associations de la ville de Champs-sur-Marne. Un moment pour rencontrer les associations, les bénévoles et les familles avec Thierry Babec

Ces arguments ne tiennent pas ! C’est parfaitement juste sur les critères, mais on sait depuis plus de vingt ans, depuis la présidente de la RATP de l’époque, Anne Marie Idrac, que l’embauche est prioritaire auprès des jeunes musulmans des cités, et qu’à cette époque, Thierry Babec, déjà permanent syndical à l’UNSA-Bus, le savait parfaitement. Il fallait que les conducteurs ressemblent aux voyageurs ! Ce qui en dit long sur le nombre d’immigrés et de descendants dans la région parisienne !

En bon socialiste, et avec la complicité de la CGT communiste majoritaire à l’époque, il a laissé faire, voire il a défendu ce plan d’embauche ségrégationniste au nom de la discrimination positive ! J’étais moi-même permanent syndical à l’époque et je me souviens très bien des engagements à gauche des responsables syndicaux de l’UNSA et de la CGT !

Il faut dire qu’à l’époque, j’étais un des très rares qui se revendiquaient clairement de droite, y compris dans la Fédération des syndicats indépendants absorbé depuis par l’UNSA-RATP grâce au tour de passe-passe de Nicolas Sarkozy sur la représentation syndicale. Cette fédération était d’ailleurs jugée d’extrême droite par ces gauchistes car elle refusait de faire de la politique !

Quand j’entends monsieur Babec se dire machiniste-receveur, terminologie signifiant conducteur de bus, je me dis qu’il exagère car il n’a pas conduit un bus depuis bien longtemps et a sans doute oublié les horaires, les services en deux fois et les conditions de travail de ses mandants !  

Ce qui me choque, ce n’est pas qu’il n’ait pas conduit un bus depuis longtemps, c’est qu’il nie la situation actuelle de l’islamisation de l’entreprise ! À décharge, je lui accorde qu’il est impossible de travailler sur le terrain et d’avoir « en même temps » à étudier et à gérer les dossiers de l’entreprise, que ce soit au comité, au sein des commissions, et de mener des négociations avec la direction générale qui ne fait aucun cadeau à ses salariés !

Ce que je reproche à ces syndicalistes, c’est qu’ils sont majoritairement favorables à la gauche socialo-communiste et parfois la pire qui soit, comme SUD et la CGT, mais surtout de se comporter comme des islamo-collabos sans aucune retenue, au détriment des Français de souche, des enfants d’agents qui eux sont restés sur le carreau, n’ayant plus le profil ! Trop blancs, trop intégrés, trop blonds, pas assez dans la ligne multiculturaliste !

Les liens politiques de ces responsables syndicaux avec la gauche socialo-communiste sont factuels et après tout pourquoi pas ! Ce qui est scandaleux, c’est la négation des réalités comme le fait que la majorité des machinistes-receveurs sont musulmans et qu’ils se surveillent les uns les autres et sont attentifs, par exemple, à ce que le ramadan soit appliqué par tous ! Ce qui en terme de sécurité est dangereux, car il y a aujourd’hui des femmes et des hommes musulmans qui ne boivent ni ne mangent dans la journée et qu’ils sont susceptibles de coups de pompe pouvant mettre en danger les voyageurs !

De même, les comportements sexistes et racistes qui sont devenus la norme dans certains centre bus de la RATP comme le livre de Ghislaine Dumesnil « Mahomet au volant, la charia au tournant » a pu le dénoncer et qui n’a pas été repris par les médias bien-pensants, jugé sans doute trop clivant j’imagine, pas politiquement correct ! Sans compter ceux qui font leurs prières en cours de route, partent en retard pour des causes religieuses ! Les managers, les chefs de lignes, les responsables RH, les directeurs de centres bus le savent, mais ne font rien, n’étant pas certains que la direction du département bus les soutienne ! Pas de vague surtout, il y a des services à tenir, des bus à sortir, des voyageurs à prendre, etc.

On sait, comme le dit Nadia Remadna à sa façon, que l’islam est une lèpre qui s’étale et il faudrait absolument que les entreprises, les politiques se saississent de ce problème de l’islamisation pour y mettre fin. Des hommes comme Thierry Babec n’aident pas à résoudre le problème, mais ils favorisent, consciemment ou non, la propagation de cette lèpre qui l’emportera lui-aussi en temps qu’athée, comme il le dit !

Gérard Brazon (Libre expression)