L’Urssaf, l’organisme qui tue le travail en France

Publié le 30 octobre 2019 - par - 18 commentaires - 1 201 vues
Share

Notre économie se porte mal. Les emplois partent à l’étranger, le travail au noir prolifère,  8 entreprises sur 10 sont découragées et ferment, et les chômeurs de plus en plus nombreux sont désespérés de ne pas trouver d’emplois, aggravant la morosité ambiante et la haine du système qui nous conduit à une exaspération de la guerre civile qui a déjà commencé.

La faute à qui ? À l’Urssaf, l’organisme qui tue le travail en France.

À peine une entreprise ouvre-t-elle qu’avant même qu’elle gagne  un tant soit peu d’argent les vautours de l’Urssaf s’abattent sur elle, lui réclamant des milliers ou des dizaines de milliers d’euros. Le peu d’argent qui doit servir à lancer la production s’évanouit dans les caisses de l’organisme d’où il ne tarde pas d’ailleurs à disparaître on ne sait trop où. En règle générale, les impôts doivent se faire  sur les bénéfices déjà perçus. Pour l’Urssaf, les cotisations se font sur l’argent qui pourrait être gagné, selon les estimations personnelles de ces mêmes vautours. C’est ahurissant.

Cela rapporterait beaucoup à Macron de détruire ce travailcide : les entreprises ne craindraient plus d’embaucher, celles qui ferment ne fermeraient plus, le chômage diminuerait ce qui permettrait à l’État de ne plus payer d’indemnités aux chômeurs et au contraire de prélever de nouvelles cotisations, et la consommation relancerait la production ce qui rapporterait aussi des impôts. D’un cercle vicieux on passerait alors à un cercle vertueux.

Le crédit qui se porte mal du fait que les gens ne peuvent plus se permettre de consommer repartirait, rétablissant les banques qui meurent.

On pourrait, comme au Portugal, exonérer  d’impôts les nouvelles entreprises durant cinq ans, quitte à les sanctionner si au bout de ce délai elles éprouvaient le désir de se délocaliser.

Mais monsieur Macron veut de l’argent tout de suite, quel qu’en soit le prix.  L’avenir de notre pays ne le concerne point, pas plus que le voile, a-t-il dit. Monsieur Macron, dont la politique a ruiné les petits épargnants et les classes moyennes par des impôts et taxes toujours plus élevés (il y  a en France plus de 200  impôts de toutes sortes), vise maintenant, afin de  renflouer les banques en détresse, le peu d’argent qu’on a en banque, et même les petits biens immobiliers qui ne tarderont pas à être saisis, c’est prévu et annoncé. Comme il a été annoncé depuis des années et adopté par la Commission européenne que les États européens ont le droit de piquer les dépôts des clients pour le renflouement des banques en faillite.

La seule chose que nous puissions espérer, c’est que la révolution va renverser cet Urssaf mortifère.

Louise Guersan

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
L Bertelet

Oui, le pire arrive!

POLYEUCTE

Bonne analyse, merci ! Mais connu depuis longtemps…
Le pire est à venir !
Lagarde à la BCE a dit « Salaires et emplois sont prioritaires, l’épargnant attendra ! »
10 ans de taux négatifs ?

Joël

« l’épargnant attendra !  »
C’est déjà en cours et il y en a même qui s’en réjouissent :
Les baby-boomeurs passent enfin à la marmite.
https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/les-baby-boomeurs-passent-enfin-a-la-marmite-1143801

adrien

Il n’y aura aucune Révolution Louise, le mouvement GJ a clairement montré ce qu’il en est quand le peuple se lève.
Pour le reste, c’est un peu plus compliqué que ça: évoquer les taux d’intérêt négatifs serait bien aussi pour mieux comprendre ce qui se passe.

eric delaitre

C’est exactement ça, ayant il y a longtemps créé une entreprise je suis taxé avant même le premier bilan d’une somme importante, que je n’ai pas, huissier, menace de saisie de l’outil de production, je suis obligé de payer l’Urssaf et l’huissier, un an après je suis remboursé, que le fait que j’aie dû payer un huissier menaçant pour rien, ça, ça n’entre pas en ligne de compte.La technique est simple, taxer et mandater un huissier, puis annuler, mais pas l’huissier ni les ennuis créés par le manque des fonds payés et retenus à tort, recours ? Bon courage, il ne faut pas imaginer un quelconque dédommagement .

Marc Larapède

Avant de renverser l’URSSAF, il faut renverser le gouvernement pour établir le RIP. Après, tout suivra.

Cougar

Évidemment, quand on est confronté directement à ce problème, on sait de quoi on parle, n’est ce pas le cas.

paul nareffe

J’ai connu un boulanger, qui après une période de maladie n’avait pu s’acquitter de ses cotisations, et bien que croyez vous qu’il arriva?.
Et bien cette mafia de l’URSSAF (qui n’avait versé aucune indemnisation de maladie à cet artisan), n’a rien de trouver de mieux que de lui saisir tous ses biens, y compris sa table et ses chaises, il ne lui restait plus que son slip, et encore!!!.
Une telle mafia qui rançonne les vrais travailleurs devrait être éradiquée par n’importe quel moyen, les cotisations des artisans sont versées à fonds perdus, elles ne servent qu’à entretenir des bandes de cloportes et de parasites incapables de gagner leur vie à la sueur de leur front.

Feynaud

je vous crois Paul Nareffe – scandaleux !

Joël

URSSAF qui n’a pas mis l’ongle d’un orteil chez Chronopost quand des centaines de clandestins (donc travailleurs au noir) ont manifesté au grand jour.
C’est tellement plus honorable (et rentable) d’aller taper sur le petit artisan qui se fait donner un coup de main occasionnel par sa femme (emploi dissimulé qu’ils appellent ça).

JCML

Dans URSSAF, il y a SS, même méthode !

BobbyFR94

Louise, très bon article, mais je pense que tu fais erreur quand tu écris  » monsieur Macron veut de l’argent tout de suite, quel qu’en soit le prix.  »

En effet, le but de pizza1ère est de détruire le pays, donc, tout ce qui va se dresser CONTRE la croissance, qui pourrait permettre un éventuel redressement du pays, DOIT être proscrit !!

La meilleur preuve est qu’il n’a rien fait contre les travailleurs détachés, et que l’on donne du boulot à des clandestins, des ILLEGAUX, devrait-on d’ailleurs ainsi qualifier ceux qui viennent « s’installer » sur notre sol !!

Avec soit disant environ 600 000 « emplois », et en face, 6 000 000 de sans-emploi, il sait parfaitement qu’il n’y a pas de boulot pour les Français, il a les rapports CHAQUE jour qui passe !!
L’effondrement arrive !!

Le Blob

 » Mais monsieur Macron veut de l’argent tout de suite, quel qu’en soit le prix.  »

Eh oui Madame Guersan, une pute veut son pognon tout de suite…

Blackjack

Avec les guignols aux manettes que nous avons c’est pas prêt de changer.
Ces navets n’ont jamais travaillés pour la plupart d’entre eux et le peu qu’ils ont fait c’est seulement : parasite dans l’administration française

Ras-le-bol

C’est la raison pour laquelle tant de startups ne peuvent pas se lancer en France, elles sont coulées avant d’avoir réussi à se faire connaître ou à lancer une production structurée.Et ceci alors que les dirigeants ne perçoivent généralement même pas de salaire. Au Canada, aux USA, entre autres, on ne paie rien tant que l’on ne fait pas de bénéfices. Chez nous : URSSAF intransigeant, taxe pro forfaitée même s’il n’y a pas de chiffre d’affaires, etc.

patphil

il n’y a pas que les stratups, chaque artisan, commerçant, libéraux doivent d’abord payer des cotisations avant de gagner le moindre sou !

paul nareffe

En France on ne vous interdit pas de travailler, on vous interdit de gagner de l’argent.

Feynaud

bravo , tout à fait ça !