Luxembourg : le cas du docteur Ochs

Publié le 27 septembre 2021 - par - 13 commentaires - 1 550 vues
Traduire la page en :

Ce médecin généraliste luxembourgeois a été dénoncé, par l’Ordre local des médecins. Il a été suspendu pour 1 an du droit d’exercer. Il a fait appel de la sanction.

Quel est son crime ?

Sa faute, à tout le moins : avoir reçu au cabinet et/ou visité des patients « covid » ; faute contraire à la « déontologie » nouvelle manière, puisqu’il avait été décidé, par les autorités de Luxembourg, qu’il ne fallait prescrire ni soins ni hospitalisation avant qu’une personne ne se retrouve en « état de détresse » du fait du covid, ni recevoir au cabinet et ni visiter ces patients.

Cette nouvelle médecine, régie dans le cas du Luxembourg par un protocole adressé aux 500 généralistes du pays, se retrouve peu ou prou en France, USA, Canada, Australie.

Ces pays, avec les autres pays d’Europe pratiquant la même « médecine » face au « covid », représentent 50 % de toute la mortalité attribuée à ce virus, pour 10 % de toute la population de la planète.

La nouvelle organisation de la santé

Elle consiste à ne pas soigner. Elle consiste à attendre le dernier moment, quand souvent il est déjà trop tard…

Et la vaccination chez les enfants ?

La gouvernance Macron et ses auxiliaires s’emploient à obtenir l’injection dite anti-covid chez les adolescents et, dans les prochains jours ou semaines, comme en Israël, chez les tout-petits.

Donnons ici deux ou trois chiffres

En Israël, avant la pfizerisation, il y a eu 10 décès attribués au covid-19 parmi les moins de 19 ans. Depuis l’injection du produit expérimental, Israël en est à 40 décès chez les moins de 19 ans. On a constaté le même phénomène en Allemagne.

Quand la médecine ne marchait pas encore sur la pointe des cheveux, elle considérait qu’il convenait d’établir un rapport bénéfice/risques et lorsque la vaccination apparaissait plus dangereuse (qu’elle tuait plus) que la maladie, on l’arrêtait immédiatement et totalement. Ce fut le cas, il n’y a pas si longtemps, avec un vaccin Sanofi mis en œuvre chez les enfants aux Philippines. Quand il s’est avéré que ledit vaccin Sanofi avait tué 600 petits Philippins, la campagne de vaccination fut tout de suite stoppée. Une vague de procès s’en est ensuivie contre la firme.

La bureaucratie des vaccinators (DGS, ARS, instances ordinales…) ainsi que les médias inconditionnels et enthousiastes font comme s’ils ignorent ou ont oublié cet épisode – bien documenté par un reportage de France-Culture – qui devrait refroidir leur enthousiasme à livrer les enfants à l’injection de produits expérimentaux faussement présentés comme n’étant pas très différents des vaccins traditionnels.

Le vendredi 1er octobre, une marche blanche pour la vie est organisée à Luxembourg.

Samedi 2, dans au moins 200 villes de France, de nouvelles manifestations auront lieu.

Alain Rubin

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi