1

Lyon : des vœux zemmouriens à la France éternelle

Avec galette des Rois en prime !  Une ambiance passionnée au sens d’une ferveur qui enfin se dévoile sans emphase (l’enjeu est trop grand) pour exprimer l’amour de la France, et c’était bien net lorsque Guillaume Peltier (très en forme, Jean-Frédéric Poisson et Stanislas Rigault aussi mais en moins lyriques) rappela que Molière dont on va fêter son 400e anniversaire n’avait pas, à nouveau, été admis au Panthéon et que cette omission doit être vécue comme une violation mémorielle, une meurtrissure cruelle faite à l’âme française du haut de ses 1500 ans d’Histoire ; ce fut un tonnerre d’applaudissements, et j’avoue que je ne m’en suis pas encore remis, de cette omission, moi qui regardais de loin ces questions sur le fait de savoir “qui” avait sa place au Panthéon, car dans ce cas si ce dernier n’est “que” celui de la République, pourquoi y avoir mis Joséphine Baker qui a toujours clamé chanté son amour en résistant pour la France.  Et non pas seulement pour son régime politique. Cette exclusion, répétée, de Molière m’a profondément bouleversé, surtout ensuite quand j’ai appris qu’étant nés avant 1789  ni Racine, Corneille, Pascal, Descartes n’y sont, ne parlons pas de Montesquieu, Montaigne…

Il faut  bel et bien dans ce cas construire un nouveau Panthéon, celui DE LA FRANCE !

Lucien Samir Oulahbib