1

Lyon : La Guillotière, symbole du naufrage sécuritaire et identitaire de la France

La Guillotière, symbole du naufrage sécuritaire et identitaire de la France

Ce quartier de Lyon n’est pas seulement l’illustration du laxisme sécuritaire d’une ville écolo, c’est surtout le portrait de la France de 2022, en train de s’effondrer après des décennies de renoncement permanent, de lâcheté, de soumission des autorités face aux racailles, soutenues par les lobbys pro-immigrés et les ayatollahs du politiquement correct. De droite comme de gauche, tous responsables et tous coupables !

La France, c’est le temple de la violence et de l’insécurité au nom de l’antiracisme et de l’accueil de l’Autre. C’est la tolérance à sens unique portée à un tel paroxysme que la protection des malfrats passe avant la sécurité des citoyens.

D’ailleurs, pour nos juges rouges, la réhabilitation des voyous a priorité absolue sur le risque de récidive, pouvant sacrifier un innocent. Mais que pèse la vie d’un paisible citoyen dans un pays qui ignore la réponse pénale ?

En 1914, on écopait de 50 ans de bagne pour un vol de bicyclette. En 2022, un meurtre n’est que mollement sanctionné, avec une peine moyenne de 15 ans de réclusion. La perpétuité reste rarissime. Nous sommes passés d’un excès à l’autre, de la brutalité à l’angélisme.

Moyennant quoi notre pays est devenu en trente ans le plus dangereux d’Europe.

Les voyous ne craignant et ne respectant que la force, la violence ne peut que prospérer dans un État qui rase les murs par peur d’être taxé de racisme et de fascisme.

Car assez d’hypocrisie, cette violence qui va détruire le pays, nous l’avons importée, nous l’avons encouragée en protégeant les coupables, pour ne pas marcher sur les plates-bandes du FN.

Les pires violences de rue donnent lieu à un simple rappel à la loi. C’est le Far West dans toutes nos villes, mais sans les shérifs pour nous protéger, car nos policiers sont paralysés et n’ont que le droit de subir et d’encaisser les insultes, les coups, les humiliations, parce que le pouvoir a choisi délibérément l’autre camp, celui des racailles.

Un rappel à la loi ! Comme si un malfrat avait le moindre sens moral pour écouter les sermons d’un juge et reprendre le droit chemin ! Un voyou, ça n’a que mépris pour un juge ou un policier, surtout s’il sont faibles.

Jack Lang, président de l’IMA, reconnaissait que les 2/3 des détenus étaient musulmans. 

On sait aussi que nos 7 % d’étrangers occupent 25 % des places de prison.

L’insécurité est donc bien majoritairement d’origine immigrée. Pas la peine de bêler au racisme ou au retour des années 30, ça devient aussi lassant que grotesque.

Les prisons, Macron, Darmanin et Dupond-Moretti, ils ne les construisent pas, ils ne les remplissent pas, ils les vident alors que les violences explosent.

Il y a 30 ans, la Guillotière était un quartier populaire paisaible et agréable à vivre… jusqu’à ce que l’immigration de masse le transforme en zone de non-droit, où les policiers ne peuvent plus interpeller un délinquant sans être lynchés par la foule.

Par conséquent, le renforcement des forces de police ne sert strictement à rien, si ceux-ci n’osent pas utiliser leur arme de service pour se protéger et si la réponse pénale ne suit pas.

Ni prison, ni sanction financière avec perte des droits sociaux, c’est la démission généralisée. Il faut au contraire taper au portefeuille des familles dès l’école.

À la Guillotière, la cassure est totale entre les habitants historiques et les nouveaux arrivants.

Bars clandestins, trafic de drogue, violences, rues sales et dépôts sauvages, commerçants et leurs clients rackettés, leurs employés agressés le soir, c’est l’enfer pour les riverains mais le paradis pour les clandestins, parfois contrôlés mais jamais expulsés.

https://www.fdesouche.com/2022/07/28/la-guillotiere-une-policiere-temoigne-de-son-quotidien-difficile-dans-ce-quartier-sensible-de-lyon/

Alors, beaucoup de riverains partent sous des cieux plus cléments, voire à l’étranger, en constatant, avec  tristesse et colère, que la France n’est plus gouvernée et que par lâcheté, le pouvoir refuse de prendre des mesures énergiques, les seules qui ont fait leur preuve face aux voyous.

Tous ces immigrés délinquants imposent leur loi dans nos rues alors qu’ils rasent les murs dans leurs pays, où nul ne conteste l’autorité du juge, du policier ou de l’enseignant.

C’est le laxisme en haut lieu qui va détruire la France.

Darmanin s’est rendu à Lyon pour manifester sa compassion aux policiers lynchés. Mais pas de visite aux riverains de la Guillotière. Il reste prudemment du bon côté du Rhône… C’est encore de la com sans lendemain.

Gérald Darmanin, c’est le ministre transparent, incapable de restaurer la sécurité et de protéger les citoyens, incapable de défendre ses policiers.

C’est le ministre de l’Intérieur qui se précipite à Rennes pour soutenir la communauté musulmane en émoi, après trois tags sur une mosquée, mais qui laisse brûler 20 églises par an sans lever le petit doigt. Il est vrai que sur nos 45 000 églises majoritairement vides, 20 de plus ou de moins…Darmanin s’en fout.

C’est le ministre qui exonère les racailles des cités de leurs exactions au Stade de France, par peur des émeutes, en faisant porter le chapeau des violences aux seuls supporters britanniques !

Et c’est cet irresponsable que Macron a osé reconduire dans ses fonctions, insultant ainsi les victimes françaises, anglaises et espagnoles, qui ont subi les brutalités du Stade de France.

Macron se moque éperdument de la France et des Français. Il coule le pays, le ruine, le met en danger, mais peu importe si cela permet la promotion du mondialisme et du multiculturalisme, pour bâtir le grand village planétaire de demain.

Quelle naïveté ! Comme si les Russes, les Chinois, les Indiens et tant d’autres peuples allaient s’associer à cette folie dévastatrice, sortie du cerveau des élites occidentales, qui s’imaginent encore régner sur le monde aussi longtemps qu’a duré l’Empire romain.

Je sais que je vais en choquer plus d’un. Mais il faudrait 15 jours à Poutine pour faire de la Guillotière un havre de paix et un paradis sécuritaire. La violence et la délinquance n’ont jamais été une fatalité, elle sont la volonté d’un pouvoir démissionnaire.

Jacques Guillemain