M. Chebel, cessez de vous payer la tête des Français !

Publié le 22 janvier 2015 - par - 257 vues
Share

MalekChebelAu vu des deux pages pleines réservées à la rubrique Débats, publiées par Le Monde du 20 janvier 2015, nous pouvons nous réjouir et espérer que ce journal ouvre une nouvelle page de son histoire. Je regrette qu’il soit toujours en retard d’une guerre, plusieurs fois déclarée depuis l’avènement de l’islam (= Coran + Mahomet) à nos libertés humaines les plus fondamentales. Il est tout à fait regrettable que bon nombre de ses n’esquissent de sursaut qu’au son des kalachnikovs qui ont liquidés des confrères, des concitoyens juifs et des voisins policiers.

Mais ne boudons pas notre plaisir de voir Le Monde se réveiller en ouvrant un premier œil. Sous un titre interrogateur « Un islam à réformer ? », il donne la parole à quatre personnalités différentes, dont le célèbre diffuseur de fumée psychologique et anthropologique qu’est M. Malek Chebel.

En tant qu’anthropologue français, il y a longtemps que M. Chebel aurait pu expliquer à ses compatriotes que le Coran interdit à la musulmane d’avoir de l’amour dans son cœur et dans son lit pour les non-musulmans. Toute alliance avec les juifs, les chrétiens et les non-croyants lui est interdite. Il y a longtemps que Malek Chebel aurait pu expliquer aux Français que cette ablation des cœurs prive la musulmane d’humanité et de tout amour de l’Autre, totalement autre. Une ignominie tout simplement islamique.

A n’en pas douter, l’islam fonde donc une anthropologie de l’apartheid sexuel et matrimonial. Apartheid que M. Valls ne diagnostique pas encore pour le dénoncer. Cette anthropologie a toujours été contraire au creuset de fusion qu’est la France ; aussi bien en Algérie hier, qu’en métropole aujourd’hui.

Mais nos intellectuels, nos médias et nos soi-disant défenseurs des droits de l’Homme sont si bien islamisés qu’ils n’ont jamais dénoncé cette évidente ségrégation que le voile de la musulmane nous donne à subir à tous les coins de rue. Ils osent même nous la présenter comme « droit fondamental de pratiquer sa religion », même si c’est une évidente ignominie.

N’ayant ni le courage d’un Salman Rushdie, ni l’audace d’un Robert Redeker, M. Chebel a donc recours à des contorsions intellectuelles pour ne pas toucher au cœur du réacteur, c’est à dire au Coran et à Mahomet. Le sujet étant brûlant, il évite, comme tant d’autres, de s’approcher du buisson ardent. Il en est ainsi de bien des intellectuels musulmans ; depuis la nuit des temps. Ils se donnent à admirer comme « progressistes » en accuser tout simplement une partie de leur co-religionnaires de ne pas bien comprendre le message d’amour et même d’HUMOUR que recèlerait l’islam. Oui, vous avez bien lu : le très spirituel M. Chebel ose se payer notre tête et taire les exactions et les massacres commis par Mahomet contre ceux et celles qui osaient le contredire pour publier dans Le Monde un article intitulé « Le Prophète, lui, avait de l’humour ».

Les victimes de Mahomet et de ses adulateurs, passés et à venir, sont mortes … de rire, bien évidemment !

Pascal Hilout, né Mohamed

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.