M. Copé, si vous appelez à voter PS contre le FN, je ne voterai plus UMP !

Publié le 10 juin 2012 - par - 1 090 vues
Share

Monsieur Copé,

Je vous remercie d’avoir pris la peine de répondre à mon courriel et je vous en sais gré. Tout le monde me disait qu’il irait à la poubelle sans avoir été lu.

Pour autant, je mentirais si je disais que je suis convaincue par votre argumentation.

Qu’il existe des dissensions entre le FN et l’UMP sur des choix politiques et économiques, ce n’est pas une nouvelle bouleversante. Les désaccords sur ces notions font partie du jeu démocratique. Les invoquer pour refuser un accord paraît un peu « décalé », d’autant plus qu’il n’est pas certain que ce soient vos propositions qui soient les meilleures.

En effet, même sur la retraite à 60 ans, qui paraît-il ne pourra pas être financée notamment pour les fonctionnaires quoiqu’ils aient travaillé pendant plusieurs décennies,  je suis stupéfaite qu’on trouve miraculeusement le financement pour des retraités immigrés n’ayant jamais cotisé à qui l’on octroie environ 900 euros par mois,  somme avec laquelle vivent de nombreux compatriotes âgés. MM; Stasi, Attali et consorts ont réussi à faire venir en France en muselant les protestations par des procédés staliniens, plusieurs millions d’immigrés à l’idéologie hostile sous couvert d’acquérir leur force de travail… Or avec le regroupement familial, c’est 07% de travailleurs et 93 % d’ayants droit qui sont entrés sur le territoire national. Il ne manquait plus que d’attirer leurs ancêtres, réels ou « à la mode  de Bretagne »… (Que les Bretons me pardonnent, on prend les parapluies que l’on peut…)

Le fait que M. Mitterrand, tirant les enseignements de la propagande bolchevique, qui dit qu’il faut toujours avoir un ennemi, et à défaut qu’il faut le créer, ait instrumentalisé certains propos de M. Le Pen, n’est pas non plus une bonne raison pour ne pas constituer d’alliance électorale afin de « faire barrage à la gauche ».

Donc vous ne voulez pas vous allier avec un instrument du Ps, dont les choix sont furieusement critiqués par le Ps. Mais c’est pour mieux voter directement pour ce parti afin que le FN ne soit pas élu.

Là, la cohérence de votre argumentation m’échappe totalement.

A moins que vous ne soyez le rabatteur du Parti Socialiste, comme aurait pu l’imaginer l’ancien brigadiste en Espagne George Orwell, dans « 1984 ».

Quoi qu’il en soit, pour ne pas épiloguer éternellement, je vous répète ma décision de ne pas voter pour l’UMP au second tour si l’appel à voter Ps pour empêcher éventuellement l’élection d’un candidat FN était renouvelée.

Vogue la galère !

Respectueuses salutations,

Nadia Furlan

MA LETTRE A M. COPE

Monsieur Copé,

J’ai participé très activement à la campagne en faveur de Nicolas Sarkozy en 2007 : alors qu’il n’était que Ministre de l’Intérieur, j’ai contribué à faire signer la pétition pour le soutenir durant les émeutes de 2005, et j’ai collecté avec ma famille près de 100 signatures. Ensuite, j’ai tracté, boîté, fait les marchés et envoyé des mails pour le soutenir pendant la campagne, avec enthousiasme. Je n’ai pas approuvé son « ouverture à gauche » -à raison, quand on voit le comportement immonde et cupide des reçus- mais je peux la comprendre.

Malgré ma déception et ma désapprobation très forte, j’ai tout de même voté pour lui au 2ème tour, et j’ai fait campagne contre Hollande. J’entends les caciques de l’UMP, dont vous, déclarer que vous ne ferez pas alliance avec le FN au second tour et que vous allez reconduire le « front ripoux blicain » en votant pour les socialo-communistes, idiots utiles du stalinisme ou carrément inspirateurs des nazis -nazis qui n’ont rien inventé, ils n’ont eu qu’à copier les méthodes de propagande, les structures de parti et de société et les camps d’Etat du Goulag, même le slogan d’Auschwitz- plutôt que les Patriotes du Front National, je vous avertis que vous ne pourrez pas compter sur ma voix. Je ferai comme vous, je voterai ps en me bouchant le nez.

Je suis indignée d’abord par le fait qu’un groupuscule qui ne représente qu’une infime partie de la communauté juive ait pu engager l’avenir de la France en assurant pour un demi-siècle l’élection de ces malfaisants prétendus démocrates et leurs alliés grâce à qui le terme de « Démocratie populaire » est synonyme de Dictature totalitaire. Trois clampins, dont les calamiteux présidents de la Licra, de Sos racisme, la Ldh, le Mrap -d’où Jean Ferrat Tenenbaum est parti en claquant la porte, ne représentant qu’eux-mêmes et pas la communauté aveuglée avec qui je peux discuter, prennent des décisions engageant mon avenir et celui de mes descendants, et des décisions suicidaires pour cette même communauté. Par son alliance avec les forces les plus totalitaires qui ont le droit de s’exprimer en France, elle se discrédite aux yeux de l’Histoire. Honte !!! Quelle est la cohérence entre la protestation au sujet de l’assassinat d’Ilan Halimi (je passe sur l’indifférence totale pour les nombreux autres crimes) et la poursuite en justice d’Eric Zemmour pour avoir cité les conclusions d’un rapport du Ministère de l’Intérieur ??? Monsieur Copé, et tous les anciens ministres qui se sont déclarés opposés à une alliance avec un parti PARFAITEMENT LEGAL, il est temps de changer de discours et de tactique.

Nadia Johanna Furlan-Ayache

LA REPONSE DE M. COPE

Chère Madame,

Vous avez bien voulu attirer mon attention sur les questions relatives au projet politique du Front national et au positionnement de l’UMP face à ce parti.

Je tenais à vous assurer que j’avais pris connaissance de votre courrier avec toute l’attention qu’il mérite et à vous apporter des éléments de précision.

Le Front national, géré par la famille LE PEN, a sa place dans le jeu démocratique puisqu’il en respecte les règles. Néanmoins, la ligne de l’UMP est claire : il n’est pas question de nous allier avec un parti dont l’unique objectif est de battre l’UMP et de faire gagner la gauche. Comme lors de nombreuses élections précédentes, cette stratégie s’est à nouveau vérifiée lors des élections présidentielles au cours desquelles le FN a démontré qu’il n’était conduit que par ses intérêts partisans et non par l’intérêt de la France.

Le Front national est l’allié objectif de la gauche depuis que François MITTERRAND a fait émerger ce parti dans les années 1980. La victoire de la gauche en 1997 et les terribles années du gouvernement de Lionel JOSPIN qui ont suivi sont la conséquence des triangulaires avec le Front national qui ont permis la victoire de la gauche.

Aujourd’hui nous sommes dans la même situation : un vote pour le FN est l’assurance de faire gagner la gauche. Les premières annonces de François HOLLANDE et de son gouvernement nous montrent que nous avons tout à craindre d’une telle victoire : régularisation massive des sans-papiers et droit de vote des étrangers, laxisme et culture de l’excuse pour les délinquants avec la suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs dangereux, multiplication des allocations ruineuses et inefficaces qui enferment dans l’assistanat, matraquage fiscal des classes moyennes et des familles avec la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires, le rétablissement des droits de succession, la suppression du quotient familial, la hausse des cotisations sur les retraites. Mais le projet ne s’arrête pas là puisque le programme du PS et de ses alliés verts et communistes entraînera une augmentation du chômage et des délocalisations, une stigmatisation des agriculteurs et des chasseurs.

La conséquence électorale du vote FN n’est pas la seule raison pour laquelle nous ne souhaitons pas nous allier avec ce parti. Le FN peut soulever des questions qui se posent dans notre société et qui sont de vraies préoccupations pour nos concitoyens. Cependant, le Front national n’a jamais souhaité apporter de réponses crédibles à ces problèmes car il prospère sur l’exaspération des Français alors que l’UMP veut améliorer la vie des Français et trouver des solutions crédibles. Un exemple est particulièrement éclairant à ce sujet, celui de la défense de la laïcité.

Certains extrémistes minoritaires utilisent des religions à des fins politiques pour tester la République et notre attachement à nos valeurs. Face à cela, l’UMP a pris ses responsabilités en votant l’interdiction de la burqa dans tout l’espace public. La République se vit à visage découvert et nous n’acceptons pas que des femmes soient ainsi enfermées même symboliquement. Le FN était opposé à cette loi. Derrière les discours et les outrances, il y a la réalité des faits. Seule l’UMP a eu le courage et la détermination d’interdire la burqa, tout comme nous avons mis fin aux prières de rue qui sont contraires à nos principes. Il y aurait de nombreux autres exemples à citer, mais j’aimerais également vous expliquer que nous ne pouvons pas nous allier avec le FN car nos projets économiques sont tout à fait opposés.

Le FN défend un projet économique qui serait une catastrophe pour nos entreprises, pour l’emploi et pour le pouvoir d’achat des Français. Tout le projet du FN est construit sur la sortie de l’euro. Pourtant, malgré les difficultés que nous connaissons, aucun pays ne veut sortir de la zone euro car elle est une protection face aux attaques des marchés. Les propres documents du FN reconnaissaient, au mois de novembre dernier, que cela aurait pour conséquence une hausse de 200 milliards d’euros de notre dette publique que nous aurions à rembourser.

Le FN prévoit par ailleurs un retour aux nationalisations notamment celles des banques de dépôts et des entreprises de service dans l’énergie et les transports. Nous avons la chance d’avoir des entreprises dans ces trois secteurs parmi les meilleures au monde et plutôt que de les soutenir, la France serait le seul pays au monde à poignarder ainsi ses entreprises. Par ailleurs, cela coûterait des dizaines de milliards d’euros aux contribuables français car pour nationaliser une entreprise, il faut racheter ses actions.

Le FN veut également sortir de la PAC. Encore un slogan dont les agriculteurs seront les premières victimes. Sortir de l’Union Européenne et de la PAC, c’est un retour en arrière considérable pour nos campagnes car l’agriculture est un poumon économique et l’un de nos atouts majeurs dans la mondialisation. Cet atout est possible grâce à la PAC. En désorganisant complètement nos marchés et en fermant les débouchés extérieurs à nos agriculteurs, c’est la garantie de voir les exploitations fermer. Toute la filière agro-industrielle, tous nos agriculteurs et tous les salariés agricoles seraient menacés.

Le FN propose également le retour à la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations. La démagogie et le manque de courage du FN n’ont pas de limites. Cette proposition alourdirait nos déficits de plusieurs dizaines de milliards d’euros là encore et risquerait de mener notre système de retraite à la faillite. Les premières victimes d’un tel système seraient les retraités dont les pensions ne seraient plus garanties et les salariés (en particulier les plus jeunes) qui ne pourront pas bénéficier d’une future pension de retraite.

Par ailleurs, le projet du FN affaiblirait la place de la France dans le monde. A l’UMP, nous n’avons pas renoncé à la grandeur de notre pays dont notre histoire n’est pas l’unique élément. La France a encore un message à porter dans le monde.

Le FN veut unilatéralement fermer nos frontières, « quitter Schengen », sortir de l’Europe. C’est totalement naïf, utopique et irresponsable. Les pays étrangers répondront naturellement par des mesures de rétorsion aux restrictions que la France leur imposera. Rétablir le protectionnisme, c’est mettre en danger nos exportations qui pèsent pour 28% dans notre économie, ce sont des centaines de milliers de chômeurs en plus. Face aux défis du 21ème siècle, le FN a toujours la même attitude de repli sur soi et de mépris du monde. Nous voulons au contraire redynamiser notre économie en permettant aux entreprises de se relocaliser en France et permettre à nos PME de partir à la conquête des zones de croissance dans le monde. Se couper du monde, c’est le choix qu’ont fait les derniers Etats staliniens (Cuba ou la Corée du Nord…) et ils sont aujourd’hui parmi les plus pauvres au monde.

Notre volonté est de nous adresser à tous les Français, dont ceux qui ont voté pour Le FN et de les convaincre que seul notre projet permettra de protéger chaque Français et de préparer l’avenir des enfants de France.

Les électeurs ont un choix décisif à faire les 10 et 17 juin prochains. Les mensonges de François HOLLANDE doivent être connus des électeurs car la désillusion serait cruelle. Il a multiplié les promesses pendant sa campagne. Nous n’avons pas les moyens de nous engager dans cette voie irréaliste. C’est cette même irresponsabilité qui nous éloigne du Front national. Je vous invite à faire partager cette analyse car c’est un rendez-vous historique et crucial qui attend chacun de nos concitoyens.

Restant à votre entière disposition pour toute autre information nécessaire, je vous prie de croire, Chère Madame, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Jean-François COPÉ

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.