M. Lafon, bravo de ne pas plier devant une catégorie de la population…

Publié le 19 septembre 2011 - par - 906 vues
Share

Monsieur le Maire,

Je viens de lire le message que vous a envoyé Josiane Filio et je ne peux qu’approuver tout le contenu.

Institutrice retraitée, j’ai porté le badge « TOUCHE PAS A MON POTE » lorsqu’il y avait menace annoncée par un certain parti d’extrême droite, de renvoyer chez eux les familles maghrébines.

Mais, à cette époque, ces familles dont j’avais les enfants en classe, étaient respectueuses des règles, des lois françaises et avaient un point d’honneur à ce que leurs enfants en fassent autant et réussissent leurs études.

Actuellement ce n’est plus le cas pour la majorité de ces familles. Et l’on voit ce que cela donne dans de nombreuses villes, comme ce qui s’est passé à Grenoble. Pour un « oui » ou pour un « non », ce sont des voitures qui brûlent, c’est le saccage de lieux publics, c’est la police attaquée, les pompiers agressés etc.

Et pourtant, la France en a accueilli des étrangers de toute sorte, mais a-t-on vu les Italiens, les Espagnols, les Polonais, les Asiatiques s’en prendre à tout ce qui représente « la République » pour manifester ?

C’est le monde à l’envers : quand on va dans un pays étranger, il me semble que l’on s’adapte aux règles du pays qui reçoit.

En France, c’est l’inverse, on crée des règles qui s’adaptent à « une seule catégorie » de la population, celle qui fait le plus de dégât sur le sol français, celle qui veut imposer ses lois « ô combien de paix et d’amour ».

Il n’y a que ceux qui ont une peau de saucisson sur les yeux qui refusent de l’admettre.

Ce qui est rassurant, c’est qu’il y a des responsables élus qui entendent enfin, la souffrance de leurs concitoyens, mais ils sont encore trop peu nombreux.

Et quand un ministre veut faire respecter la loi en signalant qu’il ne tolèrera plus les prières dans les rues, certains crient au racisme. Depuis quand une religion est-elle une race ?

Je vous félicite donc pour votre décision, en espérant que vous saurez résister à toutes les pressions qui ne manqueront pas d’arriver de toute part, même du côté ami, et que votre exemple sera suivi par d’autres représentants du peuple.

Je vous prie d’accepter l’expression de mes salutations les meilleures.

Gilberte Martoïa

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.