M. le Maire de Roubaix, par votre dhimmitude, vous mettez en danger mes enfants et petits-enfants

Publié le 19 août 2012 - par - 2 926 vues
Share

Monsieur le Maire de Roubaix, et tous les dirigeants politiques de cette ville

Je suis OUTREE et le mot est faible d’apprendre que Roubaix ville FRANCAISE et, à ma connaissance NON MUSULMANE s’apprête à fêter par l’intermédiaire de ses élus félons la fin du ramadan !

Que se passe-t-il dans ce pays et plus précisément dans cette ville ? L’islam aurait-il remplacé la laïcité ? Je croyais, naïvement, qu’aucune religion n’avait à occuper le devant de la scène dans notre REPUBLIQUE soi-disant laïque… C’était compter sans la duplicité d’une partie de la classe politique qui n’a de cesse de favoriser l’implantation de cette infecte religion dont le but final avoué est d’envahir la planète et d’exterminer tout ce qui n’est pas musulman ! Etes-vous aveugles ou stupides ? Je n’ose imaginer que vous agissiez au détriment de VOTRE peuple en toute connaissance de cause, car là, ça serait beaucoup, beaucoup plus grave !
N’avez-vous pas d’enfants ou de petits-enfants qui risqueront, un jour de se retrouver soumis à l’islam et à son cortège d’horreurs issues de la charia ?  Savez vous qu’islam veut dire SOUMISSION ?

Ne savez-vous pas qu’en terre d’islam les Chrétiens sont massacrés, les églises brûlées  et qu’il est hors de question de bâtir autre chose qu’une mosquée dans ces pays ? Alors qu’en France, VOUS leur octroyez le droit de bâtir maintes et maintes mosquées et ce n’est jamais assez ! Vous trahissez votre peuple et votre pays et je vous déteste pour ça ! Vous mettez gravement en danger l’avenir de MES (NOS) enfants et petits-enfants et facilitant l’implantation de cette idéologie politico-religieuse hautement haineuse, n’en avez-vous donc aucunement conscience ?

Qu’avons-nous fait, nous Peuple de France, pour mériter une telle abjection et une telle haine de la part des gens censés nous protéger ?

Recevez, tous autant que vous êtes, l’expression de mon plus profond mépris.

Christine Sailly

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.