M. le président du Sénat, après le scrutin tunisien, toujours pour le droit de vote des étrangers ?

Publié le 31 octobre 2011 - par - 893 vues
Share

Monsieur le Président,

Je suis une simple citoyenne et je tiens à vous faire part de ma grande inquiétude concernant le projet de vote des étrangers extra-communautaires aux élections municipales.

Cette inquiétude a été récemment confortée par le résultat alarmant du vote tunisien. 40 % des Tunisiens ont voté pour un parti intégriste islamiste faisant la joie des frustrés de la polygamie et des nostalgiques de la femme soumise et empaquetée. Il est fort à parier que ce pourcentage de fondamentalistes de tout poil, qu’ils soient salafistes, frères musulmans, wahabistes, etc, puisse, hélas, être appliqué aux résidents d’origine turque, marocaine, algérienne, libyenne, malienne, tamoul, ou de tout autre pays parmi les 57 républiques islamiques de notre planète. Un grand nombre, parmi eux, possède la nationalité française et ont donc légitimement le droit de vote. Dans peu de temps de nombreuses villes de France (Lille, Roubaix, Saint-Denis, etc.) présenteront une population majoritairement musulmane et la possibilité du scrutin des étrangers extra-européens accélèrera le vote communautariste dont les dégâts sur notre mode de vie laïque et républicain sont prévisibles sans avoir besoin de faire appel à une voyante extra-lucide ! Il suffit de regarder ce qui se passe dans certaines villes ou quartiers de Grande-Bretagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, de Norvège, et la liste n’est pas exhaustive.

Désirez-vous que des affichettes « Zone de Charia » soient placardées sur les murs de Roubaix ou de Montfermeil, comme à Tottenham ? Désirez-vous que les femmes françaises soient obligées de se couvrir les cheveux et de se vêtir d’élégants sacs « pudibonds » sous prétexte qu’elles pourraient offenser de pieux barbus dont le fanatisme a détruit toute faculté de raisonnement ? Désirez-vous que le trafic juteux du halal s’impose à tous, redoutable cocktail de violence archaïque faite aux animaux et de financement opaque de l’endoctrinement propagé par de nombreux centres islamiques (écoutez-donc les prêches de certains imams, comme à la mosquée de Brest par exemple !). Désirez-vous que la pratique du ramadan soit imposée à tous dans certaines villes et que les non-pratiquants, y compris nos compatriotes d’origine magrébine agnostiques, soient obligés de se cacher pour boire et manger, tremblant à l’idée d’être dénoncés ? La liste de ces exactions est longue, Monsieur le président, et la créativité mortifère de la charia, nourrie quotidiennement par les élucubrations destructrices de prétendus « savants » de l’islam, sape jour après jour notre socle républicain et nos valeurs des lumières.

Je vous prie instamment, Monsieur le Président, de réfléchir aux conséquences qu’une telle loi aurait sur l’équilibre de notre pays, déjà fragilisé par une immigration musulmane non maîtrisée. Espérant que l’amour que vous ne manquez certainement pas de porter à la France vous conduise à vous pencher sur la réalité de ce totalitarisme politico-religieux qu’est l’islam, recevez Monsieur Le Président, tous mes vœux de lucidité et de clairvoyance pour l’accomplissement d’une des plus hautes charges de l’état.

Une femme française laïque, républicaine, agnostique, respectueuse de ce qui est respectable et tolérante avec ce qui est tolérable.

Danielle Bordet

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.