M. Morandini, quand vous invitez Véronique Genest sur l’islam, opposez-lui des gens compétents

Monsieur MORANDINI,

Vous avez reçu dernièrement dans votre émission Véronique GENEST afin qu’elle s’explique sur sa déclaration « L’islam est dangereux et il en fait la démonstration tous les jours ».

Vous aviez réuni à cette occasion une brochette de « commissaires politiques » d’une rare inculture :

= une jeune journaliste « décérébrée » interpellant Véronique GENEST : « Mais comment vous, Véronique GENEST, comédienne, pouvez-vous dire une chose pareille ? »

= François VIOT déclamant, à l’instar de la plupart des journalistes, hommes politiques, sociologues,  que l’islam est une « religion de paix ».

= l’une de ses consoeurs affirmant que « le fondamentalisme, le salafisme, le wahhabisme, ce n’est pas l’islam ».

= vous-même y allant de votre petit couplet : « à priori (pourquoi à priori ?) la charia n’est pas dans la religion musulmane ».

Toutes ces remarques idiotes démontrent une méconnaissance complète des lois de notre République et de la religion musulmane de la part des « pseudo-intellectuels » de l’audio-visuel.

La jeune journaliste qui dénie le droit à Véronique GENEST de critiquer l’islam n’a sans doute pas intégré, au cours de ses longues études, le concept de « liberté d’expression » qui est l’un des droits les plus intangibles des démocraties occidentales et qui est contenu dans les textes suivants :

= Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 (art. 11).

= Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU du 10 décembre 1948 (art. 18 et 19).

= Convention européenne des droits de l’homme du Conseil de l’Europe du 4 novembre 1950 (art. 10.1 et 10.2).

= Constitution de la 5ème République Française du 4 octobre 1958 qui reprend les concepts de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Cette jeune journaliste immature devrait retourner sur les bancs de l’école pour y parfaire son éducation.

L’islam serait une « religion de paix » ! Pour reprendre les termes de Véronique GENEST, l’islam fait tous les jours la démonstration du contraire.

Faut-il rappeler les attentats du 11 septembre aux USA, les attentats de Londres et Madrid, les guerres fratricides en Irak, Afghanistan, Algérie (GIA), Syrie, les confrontations sanglantes dans les pays du « printemps arabe », les massacres contre les juifs et les chrétiens dans la plupart des pays musulmans, les tueries de Mohamed MERAH en France, les multiples agressions contre les juifs dans notre pays…La liste est interminable et les morts innombrables. L’islam, religion de paix ?

Monsieur MORANDINI, le fondamentalisme, ce n’est pas l’islam, la charia n’est pas dans la religion musulmane ?

La charia est le droit musulman codifiant à la fois les aspects publics et privés de la vie de tout musulman, ainsi que les interactions sociétales. La charia est contenue dans le coran, la charia fait partie de la religion musulmane.

Mais vous allez me dire, en France nous avons un « islam modéré, un « islam éclairé », un « islam des Lumières » (quelle insulte pour nos grands philosophes du 18ème siècle !).

Monsieur MORANDINI, connaissez-vous Amar LASFAR ? Sans doute non. Amar LASFAR est un « musulman modéré » de France, il est recteur de la mosquée de Lille-Sud, président de la Ligue islamique du Nord, membre influent de l’UOIF, grand ami de Martine AUBRY et il est parfois invité sur les plateaux TV pour des débats. Un « musulman modéré » partisan d’un islam moderne de France, me direz-vous.

Voici les extraits d’une interview d’Amar LASFAR parue dans la revue « Hommes et migrations » : « Dans l’islam, la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté » – « L’assimilation suppose que les populations islamiques se fondent à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique ; il n’y aura pas de dérogation à cette règle ».

Amar LASFAR récuse le concept de citoyenneté républicaine auquel il substitue l’appartenance à la Oumma, où la charia serait amenée à remplacer les lois impies de la République dans des enclaves territoriales, ici, en France.

Monsieur MORANDINI, vous ne voyez toujours pas le danger de l’islam ?

Une dernière chose. Savez-vous que les pays musulmans ne reconnaissent pas la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU de 1948, ils ne reconnaissent que la « Déclaration des droits de l’homme en islam » du Caire de 1990, qui est un copier/coller du coran et qui prône la charia ? Comprenez-vous pourquoi aucun pays musulman n’est une démocratie ?

Monsieur MORANDINI, j’ai envie de vous dire la chose suivante : pour aborder dans votre émission des sujets aussi complexes que l’islam, il faut bien maîtriser le sujet, ce qui n’est pas votre cas. Je vous conseille de revenir à des émissions qui ont fait votre notoriété, les émissions de jeux.

Veuillez agréer, Monsieur,  l’expression de mes sentiments distingués.

André Bonnetain

0
0