Ma déclaration à Assa T : j’en ai marre des gens comme vous

Mots-Assa-Traore.jpg

« On ne peut se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir… Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes, parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens… »   (Montesquieu).

 

Très Chère Assa T.,

Le modeste « mâle blanc » que je suis tient aujourd’hui à vous remercier : vous m’avez ENFIN guéri d’un épouvantable complexe racial. J’étais un vulgaire « souchien », une « face de craie », un « Gaulois » traumatisé par sa couleur de peau et le poids – énorme et insupportable si j’en crois Emmanuel Macron – du passé colonial et esclavagiste du pays qui l’a vu naître.

Le célèbre texte de Montesquieu en entête de ma lettre n’est en rien une provocation.

L’auteur de « L’Esprit des lois » est passé à la postérité avec une solide réputation anti-esclavagiste. Aux côtés de Voltaire et Rousseau, il est au panthéon de l’humanisme maçonnique. Cette grande figure des Lumières était un esprit libre, et il le démontre en pourfendant « l’esclavage des nègres », et en renvoyant  le racisme à son absurdité inhumaine.

Pour ma part, depuis ma prime enfance, Dieu m’est témoin que j’aimais les nègres.

Avant de me faire traiter injustement de raciste, je tiens à dire que le mot « nègre » n’a, dans ma bouche, aucune connotation péjorative. Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire ont revendiqué leur « négritude » et ils ont eu raison. On devrait toujours avoir la fierté de ses origines, quelles qu’elles fussent. Les jérémiades victimaires de descendants d’esclaves ne riment à rien.

Jadis, les Romains ont peut-être utilisé mes lointains ancêtres cévenols comme esclaves, pour construire le Pont du Gard, entre autres. Pourtant je n’ai pas la moindre rancœur à l’égard de nos voisins italiens et je n’exige d’eux ni repentance, ni réparation. J’aurais même plutôt tendance à les remercier d’avoir civilisé des tribus gauloises primitives et d’avoir construit de beaux monuments comme les arènes de Nîmes, le théâtre d’Orange ou l’aqueduc gardois.

J’aimais les nègres, disais-je, et j’ai  toujours eu une véritable admiration pour le courage de nos tirailleurs sénégalais, tant durant la Grande Guerre qu’à la suivante. Il faut se souvenir que, durant la campagne de France, l’infanterie allemande avait reçu l’ordre de « ne prendre vivant aucun prisonnier nègre ». Dès lors, les soldats noirs capturés furent souvent abattus comme des chiens.

Entre le 12 et le 16 juin 1940, en Eure-et-Loir, 105 tirailleurs sénégalais donnent une leçon de bravoure aux Allemands. L’un de leurs officiers, qui admirait et aimait ses hommes, dira d’eux :

« Quels guerriers ! Quel courage ! Des soldats magnifiques. Ils représentent ce que l’Empire français a suscité de plus remarquable… ». Éloge ô combien légitime !

Lorsque les Allemands parviennent à renverser la situation, ils massacrent les hommes en prétextant qu’il s’agirait de violeurs de femmes et d’enfants. La suite de cette histoire est connue : à Chartres, le préfet Jean Moulin est arrêté le 17 juin 1940 parce qu’il refuse de signer un protocole qui prétend que les tirailleurs sénégalais ont commis des atrocités envers des civils dans un hameau du département. Brutalisé, frappé à coups de poing, Jean Moulin tentera de se suicider en se tranchant la gorge avec un morceau de verre. C’est la raison pour laquelle, jusqu’à sa mort en 1943, il portait toujours une écharpe, quelle que soit la saison.

Le 19 juin 1940, à Chasselay-Montluzin, près de Lyon, alors que l’armée française recule, la 3e compagnie du 25e  régiment de tirailleurs sénégalais ne reçoit pas l’ordre de repli. Le régiment « Gross Deutschland » rencontre une résistance inattendue. Pendant des heures, les soldats africains vont se battre avec l’énergie du désespoir. Ils combattent  jusqu’à  épuisement de leurs munitions.

Contraints de se rendre, ils sont capturés. 70 soldats africains sont conduits dans un champ. Les Allemands les obligent à fuir. Les mitrailleuses des chars ouvrent alors le feu et abattent les hommes dans le dos. Les blindés achèvent les blessés sous leurs chenilles. C’est une horreur !

Des histoires comme celle-là, Très Chère Assa, j’en connais beaucoup. Il s’agit de crimes de guerre commis par les Boches, pas par des Français.  Mais parlons de choses moins tragiques.

J’aimais les nègres dont le sympathique tirailleur sénégalais hilare qui faisait  la publicité de « Banania » en disant « Y’a bon ». Je ne vois pas ce qu’il y avait de raciste dans cette pub !

J’aimais aussi, pour les mêmes raisons – la bonne humeur – la publicité pour le riz « Uncle Ben’s », le riz qui ne colle jamais. Il paraît que ça aussi c’était du racisme.

Très Chère Assa, je ne peux pas vous donner ici toutes les raisons qui  me faisaient aimer les nègres, ce serait fastidieux. Et pourtant, combien de fois me suis-je surpris à fredonner la chanson de Nino Ferrer « Je voudrais être un Noir » ou celle de Claude Nougaro « Armstrong je ne suis pas noir ».

Comme je souhaite impérativement que vous me compreniez, je vais énoncer quelques-unes de ces raisons, la liste n’est, bien sûr, pas exhaustive, tant s’en faut !

J’aime le Gospel et la joie de vivre qu’il distille. On me dit qu’il est né dans les plantations de coton des États du Sud d’où j’en déduis que, déjà à l’époque, les Noirs faisaient davantage confiance à Dieu qu’au capitalisme yankee. On ne saurait leur reprocher !

J’aime beaucoup la chanson « Old man river » chantée par Ray Charles. J’adore « Only you » magnifiquement interprétée  par les Platters, c’est l’un des plus beaux slows du XXe siècle.

J’aime le film « Bodyguard » avec la belle Whitney Houston (avant qu’elle ne se détruise à 48 ans, dans l’alcool et la drogue). L’histoire n’a pas grand intérêt mais on envie Kévin Costner d’être le garde du corps chargé de protéger une aussi belle plante.

J’aime l’histoire, bien que tragique, des prisonniers africains de Diên-Biên-Phu : alors que nos soldats tombaient comme des mouches sur les pistes qui les conduisaient aux camps-mouroirs viets, chaque soir, les Noirs enterraient leurs morts en faisant la nouba. Ils tapaient sur des bidons en chantant : « Môsieur Hô-Chi-Minh, ça bon président/ lui donner gamelle, pas de riz dedans ».

Ces pauvres bougres, qui crevaient de faim, découvraient que le communisme jaune était bien plus terrible, bien plus inhumain, que le colonialisme blanc.

J’aime la figure de Gaston Monnerville, petit-fils d’un esclave, qui a été président du Conseil de 1947 à 1958 et du Sénat de 1958 à 1968. Un jour qu’il se trouvait dans un banquet républicain en Corrèze, un paysan, peu habitué à voir des Noirs  dans son coin perdu, lui demanda « Y’a bon miam-miam ? ». Après le repas, Monnerville fit un long discours, dans un français châtié, puis, à la fin, après les applaudissements, il s’adressa au cul-terreux en disant : « Alors, y’a bon discours ? »

J’aime l’humour d’Éric Blanc, qui est noir, alors que je n’aimais pas du tout l’ancien maire de Lyon,  Michel Noir, qui n’était pas blanc-blanc et magouillait avec son gendre.

J’aime l’image de Kofi Yamgnane, qui fut secrétaire d’État à l’intégration sous Mitterrand, et qui, quand il était maire de Saint-Coulitz, s’habillait en… Breton lors du Festival inter-celtique.

Dernier exemple : j’ai trouvé idiots, incongrus, déplacés, les articles  écrits par notre presse de gauche quand Barack Obama a été élu président des USA : « Un Noir à la Maison Blanche » était le leitmotiv à la mode, comme si la couleur de peau était la garantie d’une bonne gouvernance.

En revanche, je serais content si le cardinal Robert Sarah, originaire de Guinée, devenait pape à la place de Bergoglio. Le cardinal Sarah a la foi ; l’autre… je n’en suis pas sûr !

Mais, Très Chère Assa, maintenant, parlons un peu de vous et de votre fratrie.

Vous êtes issue d’une famille polygame. J’avais crû comprendre qu’en France la polygamie était interdite. Pourtant votre père, Mara-Siré, né au Mali, arrivé en France à l’âge de 17 ans, s’est uni à une Picarde, puis à une Normande (desquelles sont nés sept ou huit enfants), puis il s’est marié au Mali avec Hatoumma qui lui a donné six enfants dont vous, Très Chère Assa, puis, enfin, avec Oumou qui aura trois enfants dont Adama. Votre père meurt jeune, laissant une famille de dix-sept enfants, et ces enfants du jus solis sont tous de bons petits Français, certes un peu turbulents si  l’on se fie au casier judiciaire de certains d’entre eux : c’est un « Bottin mondain » de la voyoucratie, un « Gault et Millau » de la délinquance. Les mauvaises langues diront que leur volonté d’intégration ne semble pas évidente. Pour ma part,  je ne me permets pas de les juger, ce n’est pas mon rôle.

Les vrais magistrats, ceux en robe, se montrent d’ailleurs relativement cléments avec eux car ils ne veulent surtout pas « stigmatiser une communauté ». Ou peut-être ont-ils la trouille ?

Vous, Très Chère Assa, vous décrochez en 2007 un diplôme d’éducatrice spécialisée. Ensuite vous travaillez pour la  « Fondation OPEJ – Baron Edmond de Rothschild » jusqu’à la mort de votre frère Adama, victime, nous dit-on, de « violences policières ».

D’après « Valeurs actuelles », Adama était « bien connu des services de police » pour recel, violences contre les forces de l’ordre, outrages, extorsion avec violences, menaces de mort, conduite sans permis, usage de stupéfiants et vol à la roulotte. Un bon démarrage dans la vie, non ?

Il a été incarcéré à deux reprises, de septembre 2012 à juillet 2014 puis de décembre 2015 à mai 2016. Après son deuxième emprisonnement, il est accusé de viol par un codétenu, qui rapporte des fellations contraintes sous la menace d’une fourchette. La victime présumée déclare avoir été violée plusieurs fois par jour. Elle est indemnisée le 12 mars 2020, par la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI), pour un cumul de 28 800 €, incluant l’indemnisation de l’agression de février 2017, agression commise par Yacouba, votre propre frère, en représailles de la plainte pour viol contre Adama. Chez vous, on a l’esprit de famille. C’est très bien !

Adama a-t-il été victime d’une bavure policière ? Est-il mort accidentellement ?

Il ne m’appartient pas de le dire. Mais quand un maçon se tue en tombant d’un échafaudage, quand un routier meurt dans un accident de la route, quand un électricien décède à la suite d’une électrocution, on appelle ça un « accident du travail ». Je peux comprendre votre tristesse mais votre frère Adama est mort, lui aussi, d’un accident du travail, si tant est que la délinquance soit un travail  (elle est  souvent beaucoup plus lucrative et bien moins fatigante qu’un vrai boulot).

Depuis la mort d’Adama, vous êtes devenue la coqueluche des plateaux télé et de la presse progressiste. Vous êtes même encensée par Angela Davis et toute la gauche américaine.

Je ne désespère pas que vous deveniez notre prochaine Marianne. Je me demande même si l’islamo-gauchiste qui trône au Vatican ne va pas vous béatifier de votre  vivant.

Avec votre coiffure, qui fait immanquablement penser à une « barbe-à-papa » à la réglisse, et vos escarpins « Louboutin » à 800 € la paire (soit le montant de la retraite mensuelle de nombreux Français) vous êtes devenue une véritable icône, la Madone des banlieues, la pasionaria des gens qui détestent la France, son histoire, ses us et coutumes…

Je vous ai dit, en préambule de ma lettre, que j’aimais les nègres, mais ça, comme dit la pub, « c’était avant », avant d’en avoir une overdose, et croyez bien que ce n’est pas du racisme.

Très Chère Assa, je suis un chaud partisan de l’ordre et de l’égalité devant la loi. Vous et vos amis, vous êtes libres – après tout pourquoi pas ? – de déboulonner les statues d’esclavagistes, pour clamer votre haine du Blanc mais, que vous le vouliez ou non, c’est du racisme.

Il y a en France plus d’une centaine d’associations de défense des Noirs. Faut-il que le pays se sente coupable pour verser, avec l’argent du contribuable, des subventions à autant de monde !

Mais, selon ces associations, la communauté noire représenterait 8 ou 9 % de la population du pays, alors, expliquez-moi pourquoi TOUTES les publicités nous imposent des acteurs noirs ?

Dans l’une d’elles, on voit une blonde qui téléphone à son chéri. Acteur en plein tournage, il est habillé en… mousquetaire. Diantre, je suis passionné d’histoire mais j’ignorais que le corps des mousquetaires incorporait des nègres ! On nous a imposé une version du docteur Knock joué par Omar Sy, puis une série dans laquelle Arsène Lupin, le gentleman-cambrioleur, est incarné par le même Omar Sy, cet exilé fiscal donneur de leçons. À ce propos, je me demande si le seul fait de proposer le rôle d’un voleur à un Noir ne tombe pas sous le coup de la loi ?

Pour conclure, Très Chère Assa, au risque de vous surprendre, je vais abonder dans votre sens : j’en veux beaucoup à Jacques Chirac d’avoir utilisé l’argent du contribuable pour créer, quai Branly, son « Musée des Arts Premiers ». Je ne prise pas du tout cet art africain qu’on n’ose plus appeler «  primitif ». Il est vrai qu’en langue de bois, les pays sous-développés sont devenus « pays en voie de développement », puis « pays émergeants », pour ne froisser personne, mais à mes yeux, les statuettes primitives n’ont pas la finesse et la beauté des sculptures grecques ou romaines.

« Des goûts et des couleurs, on ne discute pas !». Certains voudraient qu’on rende toutes ces œuvres à l’Afrique puisqu’elles auraient, paraît-il, été pillées par les infâmes colonialistes.

Et bien, je suis POUR  et je vais beaucoup plus loin : rendons à l’Afrique tous les Africains qui ne cachent pas leur détestation de la France ; supprimons la double (ou triple) nationalité, ainsi que  le jus solis, ce funeste droit du sol qui voudrait nous faire croire qu’une vache née dans une écurie est forcément un pur-sang. La France, « aimez-la ou quittez-la ! ».

Ce beau pays, certes dégénérescent, n’a pas à devenir la colonie de ses anciens colonisés.

Nous avons été humiliés au Mali. Des soldats français sont morts là-bas, pour rien, et « en même temps », comme dit l’avorton présidentiel, des Maliens défilaient dans nos rues, poing levé, et déboulonnaient ou cassaient les statues de nos grands hommes, c’est inacceptable !!!

Voilà pourquoi, Très Chère Assa, je voulais vous remercier. Grâce à vos coups de gueule, vos manifestations bruyantes et vos propos excessifs, voire haineux, à l’encontre des Blancs, j’ai ENFIN le droit de ne pas aimer tous les nègres, et ceci ne fait pas de moi un odieux raciste.

Être français, ce n’est pas une question de couleur de peau : j’ai toujours un profond respect pour les Noirs bien intégrés, ceux qui aiment la France, qui y travaillent, qui respectent ses lois et ne vivent pas des aides sociales, aussi diverses que variées, que le pays leur alloue sans compter.

Être français, ça donne certains droits, mais ça impose aussi des devoirs et le premier de ces devoirs c’est de respecter la loi. La France, dans son histoire, a accueilli beaucoup d’immigrés et ces derniers – qu’on n’appelait pas encore migrants – ont fait en sorte de s’intégrer et ils sont devenus, au fil du temps, des « Français à part entière ».

Ma religion, le catholicisme, me demande « d’aimer mon prochain comme moi-même ». Or, primo, je ne suis pas narcissique ; je ne m’aime pas et je peux me regarder dans une glace sans virer ma cuti. Secundo, j’aime mon prochain mais rien ne m’oblige à aimer mon lointain.

N.B. : Peut-être serez-vous surprise que j’emploie la formule « Très Chère Assa » alors que je déplore l’image négative que vous donnez de la communauté noire en France.

En fait, je veux juste souligner que vos manifestations avec dégradations de monuments, les aides sociales et subventions diverses dont vivent vos affidés, les hébergements en prison de beaucoup d’entre eux, etc., tout ceci coûte une fortune au pays et est payé par les « Gaulois »…

Cédric de Valfrancisque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print
22

29 Commentaires

  1. Pour aiguiser les propos de Montesquieu en introduction, j’ajouterai que la couleur noire n’est pas synonyme de la raison.

  2. Merveilleux commentaire plein de bon sens mais nos gouvernants nos politiques en tous genre nos journaleux sont tous d’abominables traîtres et donc soumis à cette caste détestable

    • oui trés bon commentaire, trés explicite !!! et alors ! et alors !!! depuis plus de 40 ans, nous le peuple français, nous avons élus des laches des merdes des souchiens des pleutres des arrivistes etc….c.a.d des gens qui nous ressemblent ! nous sommes des laches car en toute connaissance de cause nous arrivons encore à mettre au pouvoir des macrons et tous ceux qui le venere !!! alors cette prose, trés bien, et ensuite nous ne sommes que des pleureuses on mérite bien ce qui nous arrive ! jusqu’ou le peuple francais va descendre ??? interessant mais je pense à nos descendants aussi minable que nous lol mdr

  3. Il ne faut plus dire nègre, il paraît que c’est un crime raciste, mais parler de mélanodermes prognathes, c’est plus politiquement correct.
    De la même manière il faut cesser de stigmatiser les Asiatiques en jouant au nain jaune. Dire plutôt achondroplases xanthodermes, ça impressionne les bimbos. 🙂
    Pour le reste de la diatribe, je répondrais qu’il vaut mieux être une face de craie qu’une gueule de raie.

    • Crime raciste ? Mais que dire de l’émission TV: Déco Ou Négro ? 😅 😄 😁 Koi ? C’est le capitaine Marteau qui me l’a dit ! … Les Traoré ? : Parachutés au-dessus de l’Afrique (Désert du Namib) à condition qu’ils achètent le parachute: prix = montant total des sommes dérobées en France !

  4. L’adresse postale publique d’Assa Traoré se trouve sur la page
    https://www.annuairetel247.com/traore-assa-beaumont-sur-oise-rue-boyenval
    Ne reste plus qu’à IMPRIMER L’ARTICLE ET LE LUI ENVOYER PAR LA POSTE.
    Pour imprimer, c’est facile avec Print Friendly : https://www.printfriendly.com/p/g/LNqPgz
    Choisir taille de texte 70% et taille d’images 100%
    Télécharger la version PDF en 4 pages et l’imprimer en deux feuilles recto-verso.
    Vous pouvez signer de votre prénom et ville dans l’espace blanc au bas de la dernière page.
    Pour envoyer, mettre dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.
    Dire à cet HLM à poux que vous en avez assez d’elle ça ne coûte qu’un timbre.

  5. Cedric,
    Je crains que votre excellente prose, que j’approuve entièrement, ne soit de trop haute volée pour notre Vénus callipyge de banlieue

  6. j’ai horreur des masochistes! que ceux qui ne nous aiment pas se barre de ce pays de racistes, de policiers tueurs etc.

  7. je ne comprends pas qu’on ait à se justifier de quoi que ce soit : « ON EST CHEZ N…! ».

    • Exactement, laissez la colère monter monter monter encore et quand tout va éclater en purge, ce sera terrible pour les envahisseurs islamiques qui vont crever en grand nombre façon barbare, vous êtes venus chez nous voler, violer, détruire, cramer, agresser, assassiner sans risques niveau justice, vu qu’il n’y a rien à attendre du gvt collabo, c’est le peuple qui fera très volontiers sa justice impitoyable pour les vermines venues saccager notre pays nos vies et notre patrimoine…

  8. Parler d’elle c’est encore lui faire de la publicité. La meilleure stratégie est l’oubli.

  9. Autrefois, pour chercher un emploi ou être bien vu, on présentait un CV prouvant notre bonne éducation, notre courage au travail, notre honnêteté, issu d’une famille respectable…Au contraire,l’exemple Troré démontre que cette famille de malfrats devenue célèbre par ses actes, est bien vue aux yeux des médias et d’une partie de la population…Preuve ici de la déchéance de la mentalité en général.

  10. Je vous le demande : Quel intérêt foutre dieu, de nous ressortir ce sac à merde?.

  11. Mais d’ou tire telle les revenues nécessaires à la vie quotidienne, car elle doit passer un temps énorme a se shampouiner .

    • Ses revenus ? Mais de votre poche, voyons ! Et de la mienne aussi… grâce à tous ces fumiers de politicards qui utilisent l’argent des impôts pour entretenir toute cette engeance antifrancaise !

  12. Merci pour cette excellente diatribe, j’ajouterais , nous sommes blanc ils sont noir où est le racisme, sans celà comment bien garder les vaches .

  13. Remarquable Cedric, brillantissime. Un des articles les plus exceptionnels publié sur RL. Si on vous convoque à la 17 ème chambre correctionnelle je monte à Paris ce jour là pour afficher un soutien total, sans réserve. J’ai une proposition à faire : après le retour en Afrique des œuvres citées dans votre magnifique intervention, je suggère qu’on débaptise le quai Branly et qu on le rebaptise quai Branleurs, nouveau musée avec des photos de cette remarquable lignée Traoré et des différents procès verbaux et actes de condamnations de ces vertueuses personnes.

    • Il est vrai que le racisme est devenu une source de revenus tres appréciable pour cette clique Traore. Certains comparent cette morue à Angela Davis, d autres Zelensky à Churchill…il faut prendre des mesures d urgence pour agrandir les services de psychiatrie en France.

      • Et pour toute cette racaille ouvrir de plus en plus de déchéterie.

  14. Celle là, le jour où les français se réveilleront, il faudra la tondre, comme les femmes collabos à la libératyion

    • Cette tignasse incroyable et limite effrayante (de dos ça doit faire très bizarre, pas humain) – montre qu’elle a la grosse tête au physique comme au moral . On doit la repérer de loin ! Ralliez-vous à ma grosse tête !
      Elle a beau porter des Louboutin, on dirait qu’elle sort de la brousse. Un anneau dans le nez compléterait à ravir son style.

  15. Enfin, la moitié de sa famille sonts des délinquants, il fallait qu’ils s’attendent à avoir des problèmes un jour ou l’autre, si ils s’étaient tenus à carreaux, si ils avaient travaillé, eu une vie tranquille comme beaucoup de gens, déjà son frère serait encore en vie.maintenant si la vie en France ne leur convient pas qu’ils fassent comme Noah qui est retourné au Cameroun ,ça sera mieux pour eux comme pour nous, point barre.

  16. rien que de la voir on prend des boutons – avec l’aide des aides sociales généreusement octroyées pour elle même et sa clique, elle peut cracher sa haine de la france à longueur de temps, elle n’est jamais arrêtée, jamais condamnée, au contraire des patriotes/résistants comme Z : l’Etat et sa justice sont bien les fossoyeurs de notre pays

  17. Magnifique rhétorique. C’est un article à agrandir en poster et à encadrer.
    Tout y est. Et que de vérité, mais je ne pense pas que les parasites en question puissent comprendre quoi que ce soit.

  18. Tout ce battage sur cette minorité « racisée » musulmane, Antifa est l’oeuvre de Soros pour activer le Grand Remplacement ni plus ni moins, avec la « collaboration » de tous les politicards corrompus par lui. Des Attali, Minc, des BHL et des Glucksman, etc… Des journaleux et j’en passe… Les migrants, les Roms et toute cette merde, c’est la spécialité de Soros pour nous envahir et détruire les Nations, tout comme les virus et les vaccins poisons pour dépeupler la planète sont la spécialité de Bill Gates. Schwab étant le chef d’orchestre. On est mal patron ! On est mal.

  19. Ma déclaration à Assa T : Si j’ai le bonheur de la croiser quand je suis en voiture, j’en perdrai immédiatement *********************************

    Modérateur : vous avez vraiment envie de vous retrouver avec un procès au cul ?

Les commentaires sont fermés.