Ma petite minute artistique : le toboggan canadien…

(N.B. Après l’attaque de Richard Boutry contre Zemmour, je me désolidarise de la « Minute de Ricardo ». Toutefois le mot « minute » a au moins trois significations : unité de temps, degré d’angle et compte rendu. Ce qui m’arrange bien puisque ma petite minute n’est ni en temps, ni en angle mais en texte écrit.)

Donc, avant-hier, en parlant avec Alexandra, ma voisine artiste peintre de 96 ans, nous nous sommes demandé où en est l’art…

Dès que les humanoïdes sont apparus sur la Terre, ils ont commencé à tracer des signes et des figures.

Mots magiques : préhistoire et archéologie.

J’ouvre « L’archéologie » de Gilbert-Charles Picard publié chez Larousse en 1969… Si je veux vous rédiger mon petit papier, je ne peux pas commencer à lire car je vais m’y perdre, pendant des heures. C’est passionnant.

Pour simplifier : « digitez » sur Google « art rupestre » Australie ou Afrique ou… autre parte… et « images »… Là vous êtes partis pour plusieurs heures…

Limitons-nous à nos contrées : « Monte Bego » et les études de Ausilio Priuli – Sergeac et Lartet avec « L’ethnoastronomie » de Chantal Jègues-Wolkiewiez – Si ensuite vous ouvrez « Les religions de la préhistoire » de Leroi-Gourhan… c’est fini, vous êtes en voyage, définitivement… plus besoin de Lascaux ou autres dolmens et menhirs…

Et ça c’est pré-histoire.

Ensuite la sculpture grecque, l’architecture romaine, l’art roman et gothique…

Regardez, toujours sur Google-images le « Trésor de Childéric », (437- 481) le papa de Clovis, à Tournai (ce qui prouve que le premier roi de France était un Flamand).

Donatello (1386 – 1466) invente la perspective et c’est la révolution.

Rembrandt (1606 – 1669) est champion du clair-obscur sans parler de Georges de La Tour.

Antoine Watteau (1684-1721) c’est de nouveau autre chose.

Je ne vous fais pas l’injure de citer les peintres des XIXe et XXe… les romantiques, les pointillistes, cubistes, expressionnistes, surréalistes, etc., etc.

Et les flamands, allemands, anglais, espagnols…

Et ça, ce sont les célèbres, ajoutez-y les amateurs, peintres du dimanche…

Au début les hommes ont tracé des signes en relation avec la nature et les dieux. Puis ils se sont laissé peindre le portrait. Depuis que nous avons la photo nous pouvons représenter les gens, objets et paysages avec notre fantaisie, non pas comme ils sont mais comme nous les imaginons.

Et la sculpture, la musique, le ballet… etc. etc.

Chaque « personnalité » comme Picasso ou Magritte est un tournant dans l’évolution de la peinture.

Vasarely, est-ce encore de la peinture ou bien du graphisme ?

La « peinture » avec l’ordinateur, est-ce de la peinture ou de la technique ?

Qu’est-ce qui fait qu’une peinture soit une œuvre d’art ou une croûte ?

Le business du marché ? du foutage de gueule ?

Exemple : « digitez » « chemin de croix peinture images »…

Il y a quelques années, j’ai assisté au vernissage, dans une galerie sérieuse, d’une exposition tout aussi sérieuse. Il s’agissait d’un chemin de croix qui était composé d’une série de toiles de la dimension d’environ 3 x 3 m complètement peintes en noir et, parallèle à un des bords, (chacun son tour) une fine ligne rouge.

Il y avait là les notables de la cité, la crème intello, les VIP et « happy few » qui écoutaient religieusement les élucubrations du professeur spécialisé en exégèse picturale… On hochait la tête, c’est tout juste si on ne sanglotait pas devant une telle profondeur d’expression : qu’y a-t-il de plus émouvant qu’un carré noir avec une ligne rouge…

Alors je me suis demandé : ou bien ils sont cinglés ou bien c’est moi qui n’y comprends rien.

Je vous confie : je peins des peintures… et j’essaie que les gens voient ce que j’ai essayé de peindre. J’ai un jour montré quelques-unes de mes peintures à un spécialiste qui m’a balayée d’un coup de main : sans intérêt…

(Bon, j’ajoute : je suis une femme blanche indigène, normale. Si j’avais été lesbienne, reprise de justice, exotique, clandestine ou autre caractéristique intéressante, j’aurais fait l’affaire idéologique. Quand on est normal on n’a aucune chance, ni pour l’exposition de peintures, ni pour l’édition de livres.)

Alors un jour que mes pinceaux devaient être nettoyés, je les ai d’abord frottés sur une toile blanche pour les vider des restes de peinture. J’ai ensuite présenté le résultat au même monsieur, très sérieux connaisseur, qui d’ailleurs achète des œuvres contemporaines et qui m’a répondu : «Aha ! progression très intéressante !…»

Donc, avec mon amie Alexandra, nous nous sommes demandé : « Quel pourrait être le prochain pas en avant dans l’évolution de la peinture, ou de l’art en général ? »

En musique… après Bach et tous les autres… Je confesse que j’ai un disque LP de Ligeti… et que je n’accroche pas… Les concertos imposés au concours Reine Élisabeth sont certainement « intéressants »… mais cela me dépasse…

Le grand tournant de la chanson c’était Brassens, Brel, Ferré & Co… et là, maintenant on a le rap…

Le cinéma classique et nouvelle vague et le western spaghetti… maintenant on a le genré, racialisé et… déconstruit…

Avant Capri était fini, maintenant James Bond aussi…

On avait Lucky Luke et Tintin et maintenant c’est Superman bisexuel…

Ça va très loin : « avant » il m’arrivait de m’habiller mieux que pour aller sarcler mes laitues et j’étais attentive à appliquer du rouge à lèvres qui soit en harmonie avec les couleurs de mes vêtements, maintenant avec le masque, même plus ça…

« Avant », nous avons eu les Phidias, Michel-Ange, Rodin et même les Botero.

Quand on y pense, ce qu’il y a eu « avant » c’est énorme ! ÉNORME !

Et là, maintenant, nous avons des plugs anals, des vagins de reine (voir internet) et le dernier en date : le toboggan canadien…

Avec Alexandra, notre question devient métaphysique : « Après le toboggan canadien, quel va être le pas suivant dans l’évolution de l’art ? »

Anne Lauwaert

12.X.21

image_pdf
0
0

40 Commentaires

  1. Lecture tardive.
    Merci pour cette critique de l’art contemporain.
    De l’urinoir de duchamp à l’arc de triomphe emballé , tout est dans la manière de présenter l’artiste, vous le dites bien. Et sa cote monte à l’infini, des millions pour un bout de plastique ou une ferraille rouillée.
    Les milliardaires à la Arnaud ou Pineau se battent pour acheter « l’oeuvre ».
    Sans aucun intérêt artistique, personne ne la regardera. mais les comptes en banque des gugusses acheteurs vont enfler avec cette nouvelle cryptomonnaie.
    Ça ne vaut rien, mais si l’objet est détruit, les assurances rembourseront le prix du bitcoin vénitien: des millions.
    Et le fisc n’y voit que du feu. D’ailleurs les « œuvres d’art » échappent à l’impôt.
    Des insultes à Phidias, premier utilisateur de Phi, le nombre d’or.

  2. Ceci-dit, tonton Adolf faisait des croûtes figuratives. Les marchands d’art auraient dû se les arracher ça nous aurait au-moins évité qu’il change d’orientation professionnelle.

  3. L’annus phalus et pan! Dans le mille. En tous cas fallait oser faire ce toboggan dans un parc pour enfants. Sans être prude, je trouve ça plus que limite même indécent si vous voulez mon avis. Ça n’engage que moi.

  4. Moi qui en étais resté aux énigmatiques mais simples colonnes de Buren qu’avaient pu offrir mes impôts, me voilà médusé par l’acceptation intellectualo-médiatique d’une telle représentation binaire, sexiste, hétéro-rétro, vulvocratique, ouvertement négationniste des nouvelles normes et orientations diverses aux sigles abscons, inculquées par les hussards de l’Eduperversion Nationale aux chères têtes blondes ou crépues de nos chérubins. Mais il est vrai que le nouveau Canadesh n’est plus la Nouvelle-France.

  5. La beauté est une réalité que les enfants innocents perçoivent naturellement.
    Dans l’émission « Transformations extraordinaires » de la chaîne M6 un coiffeur, une styliste et une maquilleuse relookent parfois des mamans excentriques ou à l’abandon et les transforment toujours de façon à tendance classique. Leurs enfants sont bouleversés par le résultat. Ils pleurent car ils n’en pouvaient plus de l’apparence déprimante ou provocatrice de leur mère et sont soulagés par la nouvelle apparence plus proche des canons de la beauté classique. Ils disent: « tu es belle ».

  6. on sait maintenant où recaser « l’oeuvre d’art » du plug anal géant…

    • Moi j ai bien aime le plug anal place Vendôme.
      Mais qui l a dégonfle ?
      Génération Identitaire ou le RN ?
      Allez savoir…

  7. Après le toboggan canadien, ben le jet de sperme vert, l’étron blanc………..Y a plus de limite chère madame………..

  8. C’est l’art pour jardin d’enfants. A y regarder de près, c’est très profond.
    Merci Anne pour ce panorama sur les arts et sa conclusion.

  9. IL parait que c’était pour un décor d’un film : « Le 7 octobre, le Daily Hive, média en ligne de la région de Vancouver, publiait cette photographie dans un article intitulé « Une production de Seth Rogen donne à un parc de l’agglomération de Vancouver un look déconseillé aux enfants ». Le toboggan semblable à un sexe masculin entrant dans un vagin a été installé dans un parc de Maple Ride, petite ville du Sud-Ouest du Canada​. Il faisait partie intégrante du décor d’un film sur 4 femmes asiatiques-américaines à la recherche de l’une de leurs mères biologiques. Il sera « classé R », donc interdit aux moins de 16 ans dans le pays. Le film sera le premier d’Adele Lim, qui a travaillé sur le scénario de Crazy Rich Asians ». (source 20 minutes).
    Reste a savoir si ce décor a été démonté…

    • comme je l’ai écrit plus bas: quel que soit le but de cet objet, film ou pas, l’important c’est qu’il y ait quelqu’un qui ait pensé à le réaliser… quand on en est à penser des plugs anals, des vagins de reine ou des toboggans de ce genre, cela donne une idée de l’orientation de la « pensée » contemporaine…

  10. Ah non, mais c’est de pire en pire.
    Tout pour pervertir nos enfants.
    Quel monde tordu.

  11. Maintenant l’ art n’ est plus présent dans l’œuvre , mais dans l’artiste lui-même qui devient l »objet de toute les passions par son excentricité, vous avez peut être entendu ce matin à la radio cette nouvelle mise au enchères d’un tableau qui s’autodétruit des son acquisition et qui fait la fortune d’un pseudo artiste que tout le monde s’arrache, preuve, si il en faut, que depuis l’abstrait voir le symbolisme, l’oeuvre a disparu de l’art, regardez Dali, son œuvre c’est lui.

    • En même temps c’est ce que le gouvernement macron fait aux français depuis qu’il a été élu, le toboggan parle de lui-même.

  12. Ah, j’attendais les “spécialistes” qui, comme d’habitude, en savent plus que moi et allaient me chicaner sur qui a inventé quoi … Eh bien, c’est encore différent car ce n’est jamais un seul qui invente, tout d’un coup, quoi que ce soit, mais un courant qui pendant des années, par petites étapes conduit à un tournant. Qu’importe si c’est un tel ou un tel qui “invente” la perspective? Elle apparait et c’est elle qui est importante, grâce aux travaux de nombreux artistes qui confluent.

    • Qu’importe si c’est un tel ou un tel qui “invente” la perspective? / dixit
      Oui il est possible de raconter des betises au kilomètre pour que des couillons gobent et répètent derriere les conneries…
      perso je préfère me taire que d’affirmer des faits contraires à la vérité quand je sais pas…

      Mais vous avez raison la perspective est UNE de mes specialites….

  13. Superbe « Anne » (J’ai envoyé l’article à ma sœur qui vit au Canada et à son fils !)
    Merci pour ce bel instant !

  14. Ce toboggan a fait son apparition dans le parc Fletcher de Maple Ridge, au Canada ! Il s’agit d’une installation temporaire mise en place pour un film de l’acteur et producteur canadien Seth Rogen, habitué des formats humoristiques.

    Un parc de la région de Vancouver a donc bien fait l’objet d’une transformation extrême, mais à des fins purement cinématographiques.

    • Autre question : est-ce un toboggan toboggan ou un toboggan gag ou un toboggan pub ou un toboggan installation, etc ? Là aussi : qu’importe ? L’important c’est que quelqu’un ait eu l’idée de réaliser cet objet. En soi il est fort bien réalisé, d’ailleurs ! Mon propos c’est de dire : « avant » la pensée était orientée vers la réalisation d’auriges, d’anges souriants, de penseurs, etc. aujourd’hui la pensée se dirige vers des plugs anals, des vagins de reine et des toboggans canadiens, et quoi ensuite ? Quelle sera l’étape suivante ? C’est une question d’orientation de la pensée.

      • La suite sera les plaisirs de la sodomie montrés en détail, les dos flagellés, les seins étirés, les testicules éclatées, la fellation profonde entre hommes, la partouze, le cunnilingus entre femmes.
        Le Marquis de Sade sera le nouveau livre de chevet de la gauche, et des artistes gauchistes.
        A quand les sexes déconstruits, éclatés à travers une statuaire mis sur des places publiques, dans les cours d’écoles . On est par encore au fond du trou de l’ignoble.

  15. L’art moderne, demandez à C. Combaz ce qu’il en pense.. enfin , même si toute cette merde est subventionnée avec les sous du con de tribuable. A la limite si cet « art » n’était pas subventionné avec mes impôts je n’aurais rien à y redire. La peinture, c’est la même chose que l’humour, il faut être dans le bon courant (pour la plupart du reste aussi d’ailleurs)
    Michel Blanc dans « circulez y a rien à voir » écrit sur le livre d’or « bien peint », la seule chose qu’on peut cliairement mettre en critique d’un grand monochrome bleu ou blanc.

    Et pour l’humour le sketch « la set » des inconnus, résume pas mal ce que j’en pense.
    vidéo 5′
    https://www.youtube.com/watch?v=1yKay8HDjPU

  16. Facile à deviner Anne: les lgbt vont nous faire rêver avec de « l’émotion déconstructive »..

  17. Qu’avez vous de Ligeti, chère Anne ?
    Il est stressant, agaçant (même avec seulement un clavecin !) … mais c’est de la musique.

    • le Requiem, entre autres, aussi du Lutoslawski et encore quelques autres bizarres que j’ai oubliés dans un tiroir et que je dois réécouter… d’accord c’est de la musique mais je suis plus sensible aux chants des oiseaux dans mon jardin car, peut-être, plus harmonieux

    • Alice J’adore la musique classique j’ai entendu un nombre considérable d’oeuvres des premiers âges aux contemporains mais si , pour citer Anne, lutoslawski a fait des oeuvres intéressantes, je dois reconnaître que pour Ligeti je préfère, et de loin le bruit d’un moteur diesel.

  18. Donatello (1386 – 1466) invente la perspective et c’est la révolution./ dixit

    Archi faux Anne Lauwaert ! Desole… car il faut rendre a GIOTTO ce qui est a lui…c est le premier precurseur de l invention de la perspective.
    Et c est Brunelleschi ( l architecte du duomo ) qui finalise ce concept et c est grace lui qu il y a cette revolution mathematique et artistique… ! Certainement pas Donatello

    Il y a d autres erreurs dans votre texte sympathique, mais je ne vais pas me la jouer en correcteur pompeux…

Les commentaires sont fermés.