1

Ma petite minute artistique : le toboggan canadien…

(N.B. Après l’attaque de Richard Boutry contre Zemmour, je me désolidarise de la « Minute de Ricardo ». Toutefois le mot « minute » a au moins trois significations : unité de temps, degré d’angle et compte rendu. Ce qui m’arrange bien puisque ma petite minute n’est ni en temps, ni en angle mais en texte écrit.)

Donc, avant-hier, en parlant avec Alexandra, ma voisine artiste peintre de 96 ans, nous nous sommes demandé où en est l’art…

Dès que les humanoïdes sont apparus sur la Terre, ils ont commencé à tracer des signes et des figures.

Mots magiques : préhistoire et archéologie.

J’ouvre « L’archéologie » de Gilbert-Charles Picard publié chez Larousse en 1969… Si je veux vous rédiger mon petit papier, je ne peux pas commencer à lire car je vais m’y perdre, pendant des heures. C’est passionnant.

Pour simplifier : « digitez » sur Google « art rupestre » Australie ou Afrique ou… autre parte… et « images »… Là vous êtes partis pour plusieurs heures…

Limitons-nous à nos contrées : « Monte Bego » et les études de Ausilio Priuli – Sergeac et Lartet avec « L’ethnoastronomie » de Chantal Jègues-Wolkiewiez – Si ensuite vous ouvrez « Les religions de la préhistoire » de Leroi-Gourhan… c’est fini, vous êtes en voyage, définitivement… plus besoin de Lascaux ou autres dolmens et menhirs…

Et ça c’est pré-histoire.

Ensuite la sculpture grecque, l’architecture romaine, l’art roman et gothique…

Regardez, toujours sur Google-images le « Trésor de Childéric », (437- 481) le papa de Clovis, à Tournai (ce qui prouve que le premier roi de France était un Flamand).

Donatello (1386 – 1466) invente la perspective et c’est la révolution.

Rembrandt (1606 – 1669) est champion du clair-obscur sans parler de Georges de La Tour.

Antoine Watteau (1684-1721) c’est de nouveau autre chose.

Je ne vous fais pas l’injure de citer les peintres des XIXe et XXe… les romantiques, les pointillistes, cubistes, expressionnistes, surréalistes, etc., etc.

Et les flamands, allemands, anglais, espagnols…

Et ça, ce sont les célèbres, ajoutez-y les amateurs, peintres du dimanche…

Au début les hommes ont tracé des signes en relation avec la nature et les dieux. Puis ils se sont laissé peindre le portrait. Depuis que nous avons la photo nous pouvons représenter les gens, objets et paysages avec notre fantaisie, non pas comme ils sont mais comme nous les imaginons.

Et la sculpture, la musique, le ballet… etc. etc.

Chaque « personnalité » comme Picasso ou Magritte est un tournant dans l’évolution de la peinture.

Vasarely, est-ce encore de la peinture ou bien du graphisme ?

La « peinture » avec l’ordinateur, est-ce de la peinture ou de la technique ?

Qu’est-ce qui fait qu’une peinture soit une œuvre d’art ou une croûte ?

Le business du marché ? du foutage de gueule ?

Exemple : « digitez » « chemin de croix peinture images »…

Il y a quelques années, j’ai assisté au vernissage, dans une galerie sérieuse, d’une exposition tout aussi sérieuse. Il s’agissait d’un chemin de croix qui était composé d’une série de toiles de la dimension d’environ 3 x 3 m complètement peintes en noir et, parallèle à un des bords, (chacun son tour) une fine ligne rouge.

Il y avait là les notables de la cité, la crème intello, les VIP et « happy few » qui écoutaient religieusement les élucubrations du professeur spécialisé en exégèse picturale… On hochait la tête, c’est tout juste si on ne sanglotait pas devant une telle profondeur d’expression : qu’y a-t-il de plus émouvant qu’un carré noir avec une ligne rouge…

Alors je me suis demandé : ou bien ils sont cinglés ou bien c’est moi qui n’y comprends rien.

Je vous confie : je peins des peintures… et j’essaie que les gens voient ce que j’ai essayé de peindre. J’ai un jour montré quelques-unes de mes peintures à un spécialiste qui m’a balayée d’un coup de main : sans intérêt…

(Bon, j’ajoute : je suis une femme blanche indigène, normale. Si j’avais été lesbienne, reprise de justice, exotique, clandestine ou autre caractéristique intéressante, j’aurais fait l’affaire idéologique. Quand on est normal on n’a aucune chance, ni pour l’exposition de peintures, ni pour l’édition de livres.)

Alors un jour que mes pinceaux devaient être nettoyés, je les ai d’abord frottés sur une toile blanche pour les vider des restes de peinture. J’ai ensuite présenté le résultat au même monsieur, très sérieux connaisseur, qui d’ailleurs achète des œuvres contemporaines et qui m’a répondu : «Aha ! progression très intéressante !…»

Donc, avec mon amie Alexandra, nous nous sommes demandé : « Quel pourrait être le prochain pas en avant dans l’évolution de la peinture, ou de l’art en général ? »

En musique… après Bach et tous les autres… Je confesse que j’ai un disque LP de Ligeti… et que je n’accroche pas… Les concertos imposés au concours Reine Élisabeth sont certainement « intéressants »… mais cela me dépasse…

Le grand tournant de la chanson c’était Brassens, Brel, Ferré & Co… et là, maintenant on a le rap…

Le cinéma classique et nouvelle vague et le western spaghetti… maintenant on a le genré, racialisé et… déconstruit…

Avant Capri était fini, maintenant James Bond aussi…

On avait Lucky Luke et Tintin et maintenant c’est Superman bisexuel…

Ça va très loin : « avant » il m’arrivait de m’habiller mieux que pour aller sarcler mes laitues et j’étais attentive à appliquer du rouge à lèvres qui soit en harmonie avec les couleurs de mes vêtements, maintenant avec le masque, même plus ça…

« Avant », nous avons eu les Phidias, Michel-Ange, Rodin et même les Botero.

Quand on y pense, ce qu’il y a eu « avant » c’est énorme ! ÉNORME !

Et là, maintenant, nous avons des plugs anals, des vagins de reine (voir internet) et le dernier en date : le toboggan canadien…

Avec Alexandra, notre question devient métaphysique : « Après le toboggan canadien, quel va être le pas suivant dans l’évolution de l’art ? »

Anne Lauwaert

12.X.21