Ma petite minute d’avant, quand on allait à l’école pour apprendre

Ecoles.png

Ma petite minute un peu trop longue…

Elle est trop longue, je le sais, mais je vous le raconte quand même car quand les vieux seront morts, plus personne ne se souviendra de comment c’était «avant».

Quand on est vieille et qu’on a de la mémoire, on se souvient, on compare et on se dit que, vraiment, c’était mieux avant… et dans mon cas, j’ai échappé belle: je suis encore de la vieille école…

“Avant” c’était comme ça: on allait à l’école pour apprendre.

Mademoiselle la préfète nous disait: «Vous êtes ici pour être préparées à entrer dans n’importe quelle faculté de n’importe quelle université. Celles qui veulent faire du sport ou de la musique ou autre chose, se sont trompées d’école: elles doivent aller ailleurs.» C’était du vrai féminisme.

C’était aussi pour dépasser les autres. Être la meilleure… C’est très relatif. Ghislaine était la meilleure en dessin scientifique mais nulle en dissertation alors on faisait un deal: tu me fais mon épure, je te fais ta dissert… D’autres étaient meilleures en gym… et puis il y avait celles qui étaient meilleures en math… et là… elles étaient inaccessibles… Moi je n’étais meilleure en rien. J’ai quand même eu un 11/10 en latin et un 21/20 en dissertation… ça fait son petit effet… et j’ai présenté l’examen de maturité en latin avec les félicitations du jury…

A la fin de l’année il y avait la distribution des prix avec le classement: première de classe: mademoiselle un tel, elle monte sur l’estrade, la préfète la félicite et lui tend la main et lui donne son premier prix, une pile de bouquins – applaudissements, elle salue…

Deuxième: mademoiselle …

Troisième: mademoiselle…

Et toutes les autres… celles qui passent de classe et celles qui sont busées et doivent doubler…

Comme dans la vie réelle ou dans le sport: le meilleur gagne…

Et puisque j’ai doublé deux fois j’ai fait 8 années de latin et maths intensifs dont, quand je vois ce qui se passe aujourd’hui, je suis très fière… oui, oui je le répète à chaque fois que j’en ai l’occasion.

Mon père, petit paysan du fin fond de la campagne brabançonne flamandophone, avait été repéré par les sœurs et avec monsieur le curé ils avaient convaincu mes grands-parents de laisser leur fils aller à l’école à Bruxelles chez les Frères des Ecoles Chrétiennes.

Voilà donc le p’tit Marcel d’une dizaine d’années qui prenait le tram à vapeur tous les matins pour parcourir les 15km, aller le matin et retour le soir…

Quand le p’tit Marcel a été présenté à monsieur le directeur, celui-ci lui a dit «Bonjour mon p’tit garçon comment t’appelles-tu?» Marcel n’a pas su répondre parce qu’il ne connaissait vraiment pas un mot de français… Mais à la fin de l’année scolaire, Marcel était premier de classe… parfaitement bilingue.

Après l’école primaire, il a continué l’école moyenne et puis normale pour devenir instituteur. Comme la messe était obligatoire tous les matins, il s’est procuré un missel bilingue anglais-latin, en plus du texte qu’il connaissait déjà par cœur en flamand et en français.

Marcel est devenu instituteur et puis soldat et ensuite prisonnier de guerre dans le camp de concentration de Kaisersteinbruch en Autriche où il s’est fait engager comme interprète français, flamand, anglais – allemand… ainsi il a aussi appris l’allemand…

Après la guerre, Marcel a enseigné à l’école du village et après les cours il sautait dans le tram pour aller suivre des cours du soir à l’université libre de Bruxelles. Cela lui a pris 5 ans pour avoir la licence en psychologie et pédagogie. Ensuite, le gouvernement nous a envoyés au Congo où mon père a monté une école pour former des enseignants indigènes. De retour en Belgique, il est devenu directeur pédagogique et professeur de pédagogie à l’école normale secondaire…

Ben oui, de ce temps-là un p’tit Marcel sorti d’un p’tit village flamand avait accès aux études et pouvait «devenir quelqu’un».

Je vous le raconte car aujourd’hui c’est fini, cela n’existe plus, on ne s’en souviendra même plus.

Dans les années 1960, je l’ai vu rentrer à la maison, furieux car «l’inspectorat veut empêcher aux enfants d’apprendre»…

C’était la folle époque des maths modernes avec les bâtonnets Cuisenaire, la théorie des ensembles, la méthode Papy… Chez Marcel, qui justement était un fort en math… ça ne passait pas… Mais c’est pas tout … Pour apprendre à lire et écrire, il a fallu abandonner la méthode analytique et passer à la méthode globale. Plus aucun enfant n’a appris ni à lire, ni à écrire, ni a compter…

Mon mari était licencié en philologie romane de l’Université de Louvain et avait fait son stage, pour l’agréation, dans une école de commerce où, traditionnellement, finissaient les crabes qui n’étaient pas capables de faire le lycée. Après le stage il y est devenu prof. de français. A son avis ces gosses n’étaient pas bêtes mais s’embêtaient et donc il a adapté sa façon d’enseigner. Je l’ai accompagné avec plusieurs élèves dans un voyage en camping sur les traces de Marcel Proust. Pas mal pour des crabes…Avec un autre groupe il a visité «le Rhin romantique», etc. Il leur a fait jouer les classiques du théâtre français. Il organisait un ciné forum avec du Cocteau, Bergman et Buñuel à l’affiche, pas comme passe temps, mais comme sujet d’étude avec une préparation avant le film et la décodification après.

Après 30 ans de cette philosophie, la petite école de commerce était devenue un établissement respecté qui délivrait un diplôme équivalent au BAC sérieux.

J’insiste sur ces exemples car c’est vraiment le nœud de notre problème actuel: l’école. L’école qui tirait les enfants vers le haut et leur ouvrait des portes.

Aujourd’hui voilà ce que Jean Paul Brighelli nous l’explique:

https://www.youtube.com/watch?v=xpPuloQdY0Q

«C’est l’apocalypse scolaire… le stade ultime… sur les bancs de l’école la génération Z… Z comme Zéro… ça a été pensé et voulu par le système à la Conférence de Lisbonne en 2000: il faut 90% de gens à culture nulle mais consommateurs et 10% de cadres… c’est une apocalypse lente qui a commencé en 1963 – 64…»

Ben oui, justement, l’époque à laquelle mon père avait vu juste et était en pétard avec l’inspectorat…

Par contre… les gosses des élites vont dans des écoles pour élites… Exemple: la princesse Elisabeth qui deviendra reine des Belges. En famille elle parle français mais elle a fait ses études en flamand à Saint Jean Berchmans, chez les Jésuites, elle suit des cours de danse, musique, diction et chante dans la chorale du collège.

«À partir d’octobre 2021, Son Altesse Royale la Princesse Elisabeth, Duchesse de Brabant, étudiera au Lincoln College de l’Université d’Oxford. Elle a conclu avec succès les épreuves d’admission à un programme de trois ans en «Histoire et Politique(link is external)». La Princesse Elisabeth connaît déjà bien le Royaume-Uni. En 2020, elle a obtenu son baccalauréat international au Pays de Galles, à l’UWC Atlantic College.»

Elle a fait l’école militaire et son service militaire et pendant que les «jeunes lambda» vont à la plage elle est au camp d’été de l’école militaire…

https://madame.lefigaro.fr/celebrites/en-video-armee-et-en-tenue-de-camouflage-elisabeth-de-belgique-s-entraine-a-son-futur-role-de-cheffe-des-armees-20220729

Il fut un temps où les «flamingants» les plus virulents envoyaient leurs gosses dans les écoles élitaires… françaises, en France…

Mais il y a eu d’autres coïncidences. Cela doit être vers 1964, il y avait un exemplaire du journal Le Soir qui trainait sur une table à l’internat avec en gros titre: un des hôtels parisiens les plus importants avait été vendu a un millionnaire arabe…

Je n’étais pas économiste mais quand même je me suis dit «Mon Dieu! ils nous vendent aux Arabes…»

Et ensuite tout a été racheté par les Arabes… et aujourd’hui dans les restos de l’Ilot Sacré, le cœur historique de Bruxelles il n’y a plus un serveur qui parle bruxellois…

Et ensuite on a tout délocalisé. Un ami était directeur à l’Union Cotonnière à Gand. Dans cette usine entrait du coton et en sortaient des chemise pour homme emballées sous cellophane… Elle a été dépecée de telle sorte que le tissus soit produit ici, la coupe faite là-bas, l’assemblage autre part, le repassage encore autre part et l’emballage en passant par encore un autre coin du monde… et ensuite le tout est parti au Bangladesh…

Ensuite sont arrivés les immigrés maghrébins. Quand je disais à mon cousin que tout cela allait mal finir il me répondait «Mais nooon: c’est des gens gentils, ils ne cherchent qu’à trouver du travail pour mieux vivre.»

Il y a quelques jours, au téléphone il me dit: «Tu sais, quand, il y a 40 ans tu disais que ça allait mal finir… tu avais raison…»

Ben oui, mais en attendant il a continué à voter pour ceux qui nous ont mis dans cette merde…

Un autre indice: les familles marocaines installées en Flandres avaient des enfants qui allaient à l’école avec de petits flamands. A la sortie les parents se rencontraient. Les immigrés ont sympathisé avec les indigènes et ont appris le flamand. Brusquement les grands-parents ont été autorisés à venir vivre avec leurs enfants et ils ont ramené avec eux leur langue et leurs traditions et au lieu de s’intégrer à la Flandre, ils ont réintégré la famille au Maroc…

Entretemps, regardez la liste des lauréats du Concours Reine Elisabeth…

https://concoursreineelisabeth.be/fr/laureats/

il n’y a pratiquement plus de belges… et ces rares Belges ont des noms étrangers…

Un autre truc digne d’intérêt: quand le PDG de la banque Crédit Suisse s’appelle Tidjane Thiam, que le maire de Londres s’appelle Sadiq Khan, que leur premier ministre pourrait bien être Rishi Sunak, que les échevins de la ville de Bruxelles portent des noms exotiques, etc. cela signifie en clair que les autres sont meilleurs que les nôtres… Voyez les gens brillants comme Idriss Aberkane ou Kemi Seba et attendez de voir ce que vont faire les enfants ukrainiens, qui, eux, ont encore été éduqués à l’ancienne…

Il ne faudrait pas s’étonner que les parents ukrainiens réclament un enseignement convenable pour leurs enfants et n’acceptent pas les arrogances ni les délires minoritaires.

Un autre aspect: la santé.

Nos jeunes sont affalés dans les divans avec leur smarfon. Ils n’ont plus envie de travailler. Chacun fait son burn-out. Le travail est devenu épuisant. Mais, labourer, moissonner, traire, lessiver à la main, descendre à la mine, le travail à la chaine, le bâtiment… était-ce moins pénible qu’actuellement avec les machines?

Ou bien les jeunes n’ont-ils plus le physique d’antan après 80 ans d’augmentation des pollutions dans tous les domaines, aussi dans l’alimentation? L’obésité est un fléau. A force d’ingérer des perturbateurs endocriniens l’essence même des humains a-t-elle changé? Le problème du genre est-ce seulement une idéologie à la mode ou bien les perturbateurs endocriniens causent-ils vraiment des changements endocriniens avec l’augmentation de l’homosexualité, transgenres, hermaphrodites?

Hier, en écoutant Xavier Moreau, ma tune dégringole dans mon bastringue: 2022 est l’année qui marque le grand tournant dans l’Histoire: le renversement du monde, les BRICS émergeants ont émergé tandis que l’Occident sénile a implosé…

https://youtu.be/ylv6qhKKKZ0

«Tout oppose désormais le G7 vieillissant et les jeunes BRICS, symbole du nouveau monde multipolaire…»

Pendant des siècles l’Europe a été premier de cordée, cette année elle a lâché prise, elle est larguée…

L’OTAN et l’UE imposent des sanctions à la Russie qui s’en fout et fait son business ailleurs tandis que l’Europe se prépare aux pénuries, aux black-out électrique et à grelotter cet hiver…

C’est comme dans l’évangile: le premier monde sera le dernier et le tiers monde sera le premier…

Cela a été programmé depuis longtemps: l’Europe était une puissance trop dérangeante pour les USA qui ont voulu la détruire en la privant de ses colonies et ensuite en l’envahissant de minorité incompatibles…

Avec la destruction de notre école, l’excellence a déménagé

https://bestof.one/categories/lieux/pays/classements/pisa-2016-les-pays-les-plus-forts-en-mathematiques

L’Agenda 2030 de l’ONU et de l’OTAN sont en place pour faire table rase en Europe et installer le Great Reset. Seulement en Europe? ou avec elle tout l’Occident avec son G7 vieillissant… et sa population dégénérée…

https://www.youtube.com/watch?v=WwhCasnzu7Y

Conclusion: avec sa «modernisation» depuis 1945 et la destruction de l’école commencée dans les années 1960 l’écroulement de l’Occident s’est conclu en 2022.

Mais… et si le phénix qui renait de ses cendres n’était pas celui du Great Reset mais bien de l’Europe chrétienne comme l’explique Stanislas Berton?

https://www.tvlibertes.com/zoom-stanislas-berton-la-grande-reinitialisation-echec-et-mat

Anne Lauwaert

image_pdfimage_print
11
2

23 Commentaires

  1. Magnifique commentaire on sait tout ça mais de le lire et de l’expliquer comme vous le faites c’est vraiment magnifique merci

    • Je souscris totalement,c’est un magnifique article qui reflète la réalité !

  2. Je me souviens des noms de la plupart de mes instits des années 50.
    Ces gens m’ont marqué à vie: Melle Casadesus, Monsieur Loyau, Monsieur Vittecoq, etc….

    Pas des barbus en tee-shirt et jean troué.

    • @ Mantalo:
      Le look n’a rien a voir avec le materiel présenté. J’étais prof de science po aux States j’étais en jeans et j’étais (je suis encore) barbu cheveux longs. Mes étudiants se souviennent de moi, certains (les wokes) pour me critiquer et les autres (conservateurs) pour louer ma vision des événements. J’allais a la fac en moto en hiver et en VTT au printemps été et automne.
      Don’t judge a book by its cover.

      • Georges S, je parlais de mes INSTITUTEURS quand j’avais 6 ans, 7 ans etc… juste avant la 6ème.
        Nous-mêmes élèves étions correctement habillés.
        Tout l’inverse de ce que j’observe aujourd’hui.

        Ensuite, mes profs de 6ème et au delà était également très bien sapés. Mme Joubert en français et latin, M. Duval en maths, et tous les autres.
        C’était sans doute leur participation à l’ « éducation » en plus de celle de nos parents, et en complément de l’instruction qu’ils nous dispensaient.

        Quant à ce qui se passe aux Etats Unis, non merci!!!

      • Répondre à Georges S: Congrats ! Et j’ajouterais : Don’t judge a person by their words, judge them by what they do ! (s’applique à nos chers – très, très chers politiques -, c’est ce que les gens devraient regarder en priorité, mais la mémoire « publique » est courte…)

  3. j’ai lu votre article avec émotion, presque à en pleurer car moi aussi je dois tout à cette école. et une pensée émue pour Eric Zemmour

    et un regard sombre vers celui qui représente à lui seul la décadence française, l’imposteur devenu président EUROPÉISTE MONDIALISTE par le mensonge et la trahison

    Je ne m’attendais pas à la dernière phrase. Oui il y aura forcément une violente réaction de cette France et Europe Chrétiennes
    Et d’abord 1 MILLION de personnes dans la rue tous les samedis jusqu’à démission !!!, première étape de la renaissance ou reconquête

    • Chrétien engagé c’est à dire pratiquant , je vois bien comment cette France des 2% de français est en train de se couper du reste de la France bobo LGBTQ woke islamogaucho. Je vous avoue que je suis sorti des réunions familiales pour échapper à la vindicte ( celle qui commence par un regard de désapprobation dès qu’on parle de l’Eglise du Christ)

  4. CQFD!mais que faire lorsqu’on a comme moi 75 ans,les forces diminuant, ce qui est le cas de beaucoup d’entre ceux qui s’expriment ici …
    L’envie d’agir ne manque pas cependant.

    • vous avez 75 ans ? j’en ai 76… que faire? Ne jamais renoncer – dire, redire, répéter … comme Guillaume le Taciturne: « Je maintiendrai » …

  5. déconstruction de l’europe occidentale et suicide des peuples blancs par leurs zélites
    (signé l’ambassadeur des lgbt installé par la 1ère ministre )

    • @ patphil
      Pas 1ère ministre mais 1ère sinistre.
      FIFY (Fix It For You) (Corrigé pour vous)

  6. Anne, vous avez mille fois raison, hélas ! Mais qu’attendre de nos descendants qui on eu la cervelle lessivée en permanence depuis 1968, non seulement rien, mais encore pire avec ceux qui sont actifs dans la destruction du pays avec l’appui et la complicité des élus politiques au gouvernement, des FdO et de la magistrature. C’est une machination à l’échelle mondiale et seul un grain de sable non prévisible pourra faire dérailler la machine infernale. Pour ma part, moi qui vais avoir 80 ans, j’ai quitté la France dès que nous sommes entrés dans l’EU, avec la conviction que cela allait déraper grave un jour. Hélas, moi aussi je ne me suis pas trompé…

  7. Victor Hugo disait que l’instituteur méritait d’être salué bien plus bas que tout autre citoyen et d’en donner la raison : « L’instituteur fabrique des esprits « …
    Tous les matins, nous étions en rang devant les 3 marches de l’escalier menant à la salle de classe. Sur un côté du palier se tenait mon instituteur. Quand nous passions DEVANT le maître, nous devrions dire : « bonjour Monsieur, pardon Monsieur ». Je me souviens d’une mémorable raclée que deux compères et moi avons reçu un vendredi matin. Son explication fut très claire : « Messieurs même le jeudi (a l’époque pas d’école ce jour là) je reste votre instituteur et vous devez me dire bonjour. » C’était en 1966. Époque où après les parents, l’instituteur, le curé, le garde champêtre, le maire du village avaient autorité sur notre enfance.

  8. Mme Lauwaert, Je suis toujours avec un très grand plaisir vos commentaires et cette fois encore vous tombez juste, (j’ai 75 ans et ai connu des écoles où l’y apprenait,) sauf pour une chose et ce concernant la Princesse Élisabeth….car si elle est comme son père, elle aura beau être dans les meilleures écoles, ce n’est pas pour cela qu’elle deviendra INTELLIGENTE….car ayant eu des échos d’une personne très, très proche des 3 princes de Belgique quand ils étaient enfants, enfants d’Albert et de « Paola » (qui n’est pas une lumière)…ils n’étaient )pas des lumières…on pourrait même dire des  » cancres ».., et ce malgré les résultats mirobolants dans les meilleures écoles,….. on ne peut quand même pas « buser » des princes de Belgique …quand on voit comment notre bêta de Laeken annone ses discours, heureusement qu’il a eu le concours d’un logopède, en l’occurrence la Mathilde qui a bien profité de l’occasion!!!!!!!

  9. Merci beaucoup pour cet article.
    Mes nièces qui vont devenir profs bientôt et qui vivent avec des bonhommes sympas mais pas intellectuels sont elles cette relève de français à peine instruit, pas trop, pour ne pas trop instruire celles et ceux qui viendraient concurrencer sur les bancs d’école l’élite pré programmée ?

  10. Essayez la petite minute quand il y avait encore de la pluie en été pour voir ?

  11. Ha! Ha! le grand retour de l’Europe catholique, sacré Lauwaert!
    Berton lui dit de la France catholique, 2 dérangés du ciboulot.
    Faut vraiment en tenir une couche, croire que la France et même l’Europe va revenir au catholicisme.
    Sinon, à part cette énorme connerie, ce que dit Berton est intéressant.
    Le mec, à chaque fois qu’il l’ouvre, il faut qu’il parle de l’église catholique, va falloir l’interner, pas le choix.
    Le phénix qui renaît de ses cendres, c’est l’église catholique, mais ma pauvre madame l’église catholique est morte, elle vit ses derniers jours.
    Un phénix renaîtra, mais ce ne sera pas l’église catholique.

    • TGV attend son messie
      il a vu un phénix dans la lumière
      hélas TGV a déraillé
      en sortant du café
      camé et défoncé
      il en tient une couche

  12. À vous et Berton, ce n’est pas la pilule rouge qu’il vous faut, mais la pilule à l’acide chlorhydrique, celle qui nettoie le cerveau, vous avez besoin d’un bon lavage.
    C’est l’église catholique qui coula les Français et les Européens, s’ils sont devenus aussi cons, c’est à cause de cette église.
    Et c’est à partir de l’église catholique que le socialisme est né et plus tard, du socialisme est né le mondialisme.
    Les cathos, dès le départ, étaient des esprits faux et tordus, donc leurs enfants, les socialistes, étaient eux aussi des esprits faux et tordus, seule différence, ils ont abandonné la messe, puis les socialistes ont eu des enfants et eux encore plus cons, plus tordus, plus fous, ont créé le mondialisme.

  13. Bref, Berton et Lauwaert n’ont strictement rien compris et voici pourquoi: un grand pan de connaissances spirituelles leur est inconnu et il a un nom ce pan: le mystère du royaume de Dieu.
    Et comment découvrir et comprendre le mystère du royaume de Dieu?
    Que dit l’évangile? La clé est cachée là. Et les cathos ne l’ont pas trouvé, ne l’ayant pas trouvé, ils ont inventé une religion, le catholicisme. Bonne journée madame Lauwaert.

  14. OUI, l’école est bien le noeud du problème! Quand je vois les « cours »…Les enfants n’apprennent RIEN et les parents ne réagissent pas!! Sans culture, sans esprit critique…. pas de changement à espérer.

Les commentaires sont fermés.