1

Ma petite minute exotique : eh non, ils ne sont pas comme nous !

Des Afghans interviewés

Je ne suis pas allée en Afghanistan. J’ai bourlingué au Pakistan depuis Karachi au sud jusqu’au col du Kungerab au nord, qui est la frontière avec la Chine. J’ai séjourné un mois au camp de base du K2 et parcouru le Biafo-Hispar, seule avec deux porteurs Hunza ismaélites et trois Balti shiites et j’ai séjourné dans une famille sunnite à Rawalpindi.

J’ai adoré les montagnes dans le Nord-Ouest qui borde l’Afghanistan. C’est un paysage grandiose, aride, des montagnes immenses. Les 8000 sont couverts de glaciers et de neige. Les ruisseaux qui descendent vers les vallées sont bordés d’arbres. Dans les plaines les cultures luxuriantes contrastent avec les déserts environnants. Les habitants sont accueillants et gais pour qui est capable de se plier à leur mode de vie qui est aux antipodes du nôtre.

Comment une personne provenant du Baltistan pourrait-elle s’adapter à notre mode de vie?

Le jeune et moderne « guide » Hunza qui a séjourné chez moi n’a pas tenu le coup. Heureusement il a pu rentrer chez lui après 3 mois.

Allez sur Google et digitez « Hunza » ou « Baltistan » ensuite « images » et regardez ces photos. Faites la même chose avec « Afghanistan » – « Afghanistan mountains » – « Kaboul » – « Mazar e sharif » – « Kandahar » et autres villes.

Regardez bien ces photos, l’environnement, les gens.

Ma question : comment pensez-vous que ces gens puissent s’adapter au mode de vie européen ? Apprendre nos langues ? Récupérer les années de scolarité nécessaire à exercer une profession ? Vont-ils être heureux dans notre système ?

Une fois qu’ils seront déracinés, ils ne seront plus « de chez eux » et ils ne seront jamais « de chez nous ».

Les « immigrés délinquants » ? Ils ne se soumettent pas à nos coutumes ni à nos lois parce qu’ils sont différents, ont d’autres coutumes et sont soumis à d’autres lois. Depuis des siècles ils naissent, grandissent et sont éduqués dans la haine de l’infidèle tandis que depuis 2000 ans on nous inculque l’amour du prochain.

Mais il y a autre chose : ce ne sont pas des « Pakistanais », ce sont des Hunza, Balti, Pendjabi, Sindhîs, Baloutchis, etc. Ce ne sont pas des « Afghans » mais des Pachtouns, Ouzbeks, Baloutchis, Hazaras, Sunnite, Shiites… etc. avec leurs chefs de guerre et les alliances qui changent au gré de leurs intérêts.

Comme en Inde, ce ne sont pas des “ Indiens ” mais cf. Internet : « Quelles sont les ethnies de l’Inde ? »

Parmi les principales ethnies, on distingue les Hindi, les Ourdous, les Bengali, les Marathes, les Assamais, les Sindhi, les Oriya, les Panjabi, les Cachemiriens (Kashmiri), les Népalais (Népali), les Télougous, les Tamouls, les Kannada et les Malayalam.»

L’Inde “la plus grande démocratie du monde” ? Avec le système des castes en plus de toutes ces ethnies ?

L’erreur ? L’erreur c’est que nous avons rêvé que tout le monde est comme nous.

La réalité ? La réalité c’est que chaque être vivant doit s’adapter à l’environnement dans lequel il vit. Les humains d’aujourd’hui se sont adaptés depuis des millénaires aux conditions environnementales dans lesquelles ils vivent et tous sont différents de tous et c’est leur droit.

« Accueillir des réfugiés afghans » ? Là n’est pas le problème. Le problème c’est « et après ? » Quel futur est possible pour ces gens dans notre monde ?

Et pour commencer : quel est leur taux d’alphabétisation et dans quelle langue ?

Que va-t-il se passer en Afghanistan? Les Anglais n’ont pas réussi à les coloniser. Les Russes non plus. Les Américains ont armé des « talibans »/des tribus, pour empoisonner la vie des Russes. Les Américains y sont allés pour construire le pipeline du Turkménistan à Karachi pour le compte de la UNOCAL. Ils ont échoué.

Maintenant les Chinois y sont pour exploiter les richesses minières qui servent à fabriquer vos smarfons, voitures électriques, panneaux solaires, éoliennes et autres nouvelles technologies…

Et pendant ce temps-là… les paysans pachtouns, ouzbeks, baloutchis, hazaras, etc. cultivent leurs pavots dans leurs vallées et ne sont pas assis devant BFM pour savoir ce qui se passe dans la vallée voisine…

Accueillir les malheureux qui fuient la guerre ? Et les autres alors ? ceux qui fuient tant d’autres guerres dans toute l’Afrique, dans tout le Monde ? Je ne les énumère pas, allez consulter :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste des_guerres_contemporaines

Allez sur mon site, copiez mon livre « Des raisins trop verts » et lisez comment cela s’est (mal) passé avec mon ami pakistanais.

https://atelier-ca-della-fiola.blogspot.com/p/des-raisins-trop-verts.html

Ce n’est pas qu’ils soient méchants, ou bêtes ou autre. C’est tout simplement qu’ils sont fondamentalement différents. Après les premiers jours d’euphorie, quand ils arrivent chez nous et commencent à être confrontés à notre mode de vie, la déception s’installe et ensuite le désespoir ou la colère car ils ne sont plus « de chez eux » et ils ne seront jamais « de chez nous ».

Mais c’est pareil pour nous. La Belgique est un concept, mais les Belges n’existent pas. Même s’ils ont tous le même passeport belge, il y a des Flamands,  Wallons, Allemands, Africains,  Asiatiques etc.

Ethniquement je suis flamande. Culturellement je suis trop francophone pour être flamande et trop flamande pour être francophone. En Suisse, même si j’ai le passeport suisse, je suis trop belge pour être suissesse et en Belgique trop suissesse pour être belge… Je suis étrangère partout. Avec 2 passeports, en fait, je suis apatride…

Notre rêve universaliste s’écroule comme s’est écroulé le rêve œcuméniste et comme le Nouvel Ordre Mondial est destiné à s’écrouler.

Dernière minute : le sondage de Boulevard Voltaire démontre qu’à BV ils n’ont encore rien compris : « Les USA auraient-ils dû rester en Afghanistan ? »

La bonne question aurait été « Les Anglais, Russes, Américains, Chinois etc. auraient-ils dû aller en Afghanistan ? »

Mais la question s’étend : « Les Belges auraient-ils dû aller au Congo ? »

Les Français auraient-ils dû aller à Pondichéry, Saint Barthélémy ou Terre Adélie ?

Mais oui, bien sûr : tout ça au nom du progrès : tout ça pour que vous puissiez jouir de votre frigo, 2 télés, 3 smarfons, 4 trottinettes électriques, 5G & Co.

Et c’est là qu’arrive la quatrième révolution industrielle de notre ami Schwabby avec une surprise et la surprise, c’est qu’il n’y a pas de révolution, mais une involution car de plus en plus de personnes s’en vont, sans télé et sans smarfon, vivre à la campagne pour y cultiver un potager…

Après des millénaires, la boucle est bouclée : chacun chez soi et les moutons seront bien gardés.

Anne Lauwaert

23.VIII.21