Ma petite minute grossophobe : si une personne pèse 10 kg de trop…

Mais foutez donc la paix aux Gros et aux Grosses!

«Mais foutez donc la paix aux gros» Ben, justement Non!

Avant propos: étant donné que je viens d’une famille de gros, ai été enfant obèse et suis physiothérapeute, je sais de quoi je parle.

Un poids correct n’est pas seulement une question d’esthétique, ni de mode mais bien de santé.

Une norme laxiste: si une personne mesure 1m70 son poids acceptable est entre 70kg au maximum et 60 kg au minimum.

Si une personne pèse 10kg de trop, c’est comme si une personne normale portait jour et nuit un sac à dos de 10kg sur les épaules… Cela fatigue les organes et les muscles et détruit la structure osseuse: pieds, chevilles, genoux, hanches, colonne vertébrale…

Ce n’est pas une opinion, c’est un fait.

Mais il y a autre chose. Les gens en surpoids sont victimes des multinationales qui produisent non seulement la malbouffe, mais aussi les aliments diététiques illusoires. La promotions des «grosses belles» signifie toute la mode des tailles XXXL qui va avec. Le déséquilibre alimentaire nourrit tout un secteur des soins de santé avec l’hypertension, les infarctus, les AVC… Les destructions mécaniques font la fortune des prothèses de genoux et hanches… La maladie c’est du pain béni pour le commerce.

Une personne qui se soigne, contrôle son poids et donc son alimentation et n’achète pas d’alimentation industrielle. Elle est saine et donc ne va chez aucun médecin et n’achète pas de médicaments. Si tout le monde décidait d’en faire autant ce serait la faillite de l’industrie agro-alimentaire et pharmaceutique.

Les campagnes publicitaires ne nous disent pas «soyez bien dans votre assiette et dans votre corps». Au contraire elles nous disent «les grosses sont belles», continuez à bouffer notre malbouffe, à vous rendre malades, à consulter des médecins, à consommer des médicaments, à acheter nos vêtements XXXL… C’est bon pour notre chiffre d’affaires.

Ce qui est pervers dans cette affaire, c’est qu’en plus on convainc les obèses qu’il n’y a rien à faire, qu’ils sont victimes de la fatalité, qu’ils doivent continuer à supporter et souffrir… alors qu’il leur suffirait de changer leur alimentation.

Il y a encore un aspect: plus les gens sont malades, plus les cotisations des assurances santé augmentent et les gens qui se soignent et sont en bonne santé payent pour ceux qui ne se soignent pas et sont malades.

C’est un cercle vicieux qu’il faut briser en décidant de vouloir être en bonne santé et de refuser la maladie. Non, ça ne vient pas du dehors, ce n’est pas votre médecin qui va vous transformer en bonne santé, c’est vous-même qui devez décider et vous comporter en conséquence.

C’est une question de choix: ou bien vous mangez ce qui vous plait et vous vous moquez des conséquences pour votre santé, ou bien votre santé prime et vous éliminez tout ce qui vous fait du tort.

Anne Lauwaert – 12.VIII.22

image_pdfimage_print
18
1

34 Commentaires

  1. J’ai 10 kgs de plus qu’un voisin et 10 cm de tour de taille en moins, pour la même taille. Lequel d’entre nous est le plus gros ?

    • et la quantité d’additifs alimentaires et d’hormones dans l’alimentation depuis 70 ans !

  2. Excellent article. Des obèses, il y en a partout ; c’est EFFRAYANT ! Nous sommes en train de rattraper les USA. Il y a un manque de volonté total parmi la population.

  3. Je vais sûrement choquer des bien-pensants, mais quand j’avais la possibilité de choisir in fine mes collaborateurs, après l’écrémage des diplômes et des expériences, je trouvais toujours de bonnes raisons pour ne prendre ni les trop gros ni les trop maigres, privilégiant celles et ceux qui, en plus d’un solide bagage étaient des pratiquants assidus d’un sport exigeant des efforts.
    Mens sana un corpore sano.

  4. c’est plus facile à dire qu’à faire ! j’ai des gênes de gros, hérités des lignées de paysans prévoyant qui faisaient de la graisse préventive aux famines !

    • alors nous sommes de la ême famille… mes grands parents étaient des paysans, ils travaillaient très dur et mangeaient non seulement beaucoup mais aussi la très bonne qualité de leur production – mes parents étaient gros, j’ai été enfant obèse et depuis 70 ans j’ai la lutte quotidienne contre mon pèse personne…

    • On ne parle pas ici des « gros » à problèmes génétiques, mais de ceux qui bouffent comme des vaches et boivent du soda à longueur de journée. Aux US, il y a des restos qui proposent des menus pantagruelliques, à tel point que si vous le finissez, vous ne payez pas l’addition. Quant aux macdo, il vous propose le coca au litre. Comment s’étonner que plus de la moitié de la population soit en surpoids et 30% en obésité. La France, toujours à la remorque des ricains, suit le même chemin. Savez vous que près de 90% des diabétiques français, sont de type 2, c’est à dire déclenché par des excès de consommation de sucres. Le reste les diabétiques de type 1, le sont de naissance. Idem pour les gros, qui sont souvent les mêmes. Avec tout ce pognon gâché, on aurait pu faire avancer la recherche médicale dans bien des domaines.

  5. Un ancien gros vous parle : supprimez le sucre.

    Par petits bouts :

    – vous supprimez le sucre dans votre café le matin.
    – Quand vous êtes sevré, vous supprimez « un autre sucre » (les mars, les biscuits, les gâteaux)
    – Quand vous êtes sevré du précédent vous passez au suivant.
    – quand le sucre aura totalement disparu, vous vous apercevrez que vous pesez entre 0 et 10 kilos de moins de votre taille.
    – Et pendant tout ce long parcours, chaque mois vous perdrez entre 1 et 3 kilos.
    – pour ne plus jamais les reprendre, faute de sucre (et d’alcool).

    Voilà voilà.

    • tout à fait vrai! j’ajouterais… supprimez le vin et la bierre… je sais c’est un calvaire, mais être malade c’est encore pire

    • Supprimer en fait tout glucide : céréales, féculents, légumes racines, pâtes, Acheter du xylytol pour remplacer le sucre. L’énergie est donnée par le gras : beurre, huile d’olive, de coco ou de noix, crème fraîche, fromage. Manger des légumes à volonté, ainsi que de la viande en quantités raisonnables. Rester prudent avec les fruits. Au petit déjeuner : lard+oeuf+légume au choix. Fini le pain. Les glucides, c’est du sucre, même si l’indice glycémique est bas. Ce n’est pas un problème chez les jeunes, les adultes dynamiques, ça le devient pour les gens en surpoids, les personnes vieillissantes que guette le diabète. Le sucre, et non le gras, est à l’origine des problèmes cardiovasculaires.

  6. Un point de vue d’A.L. un peu sommaire et assez dans l’air du temps, à mon goût.

    • la volonté… si on n’y arrive pas tout seul, il faut se faire aider: il y a de très sérieux spécialistes , cela vaut la peine de s’adresser à eux –

    • seulement que mon air du temps dure depuis que j’étais petite cela signifie 70 ans… être enfant obèse c’est terrible

  7. Pour maigrir comme pour le tabac, les drogues, il faut juste de la volonté. Le psychisme est déterminant dans la volonté de maigrir. Le fait de vouloir être mince est aussi une volonté de se sociabiliser ce qui n’est n’est pas le cas des grosses baleines muzz sous leur voiles et leurs burkas en sueur…

  8. Analyse un peu légère :
    le poids dépend aussi de l’âge, a 20 ans et 60 ans, si on mange pareil, on n’a pas le même poids.
    On peut avoir 10 kg de trop mais ne jamais manger de bouffe industrielle, faire de l’exercice contribue à une bonne santé.
    Et surtout 10 kg de trop ne vous rend pas obèse, mais en surpoids !

    • Totalement faux. J’ai 65 ans, je fais le même poids qu’à 20 ans. Je fais attention à ce que je mange et j’ai toujours une activité physique importante. Jeune, j’étais sprinteur et pratiquais des sports de combat. Aujourd’hui, je fais du renforcement musculaire et je fais des ultras trails. Le médecin me voit une fois par an, pour renouveler mes certicats médicaux pour le sport.

  9. Certaines personnes ont des maladies qui les font grossir sans que l’alimentation entre en jeu de plus plus, à vous lire, on a l’impression qu’il suffit d’avoir le bon poids pour ne pas être malade, en ce cas il y aurait beaucoup de médecins au chômage, ce qui n’est pas le cas, faire allusion que les personnes obèses seraient responsables de l’augmentation des maladies, c’est faire partie de ceux qui ne veulent, ni soigner les non vaccinés, ni les fumeurs, ni les alcooliques qui pourtant comme les gros, payent leurs cotisations. Je ne parle pas pour ma chapelle, je n’ai aucun problème de poids, mais il y en a marre de ces leçons de morale de la part de médecins, qui en plus, bien souvent, n’applique pas ce qu’ils préconisent pour eux eux-mêmes.

  10. En prévision de la famine qui s’annonce, seuls les gros survivront un peu plus longtemps. C’est comme des réserves dans un garde-manger, sauf que tu les trimballes sur toi.

    • Vous avez raison me semble-t-il. Il serait peut-être bon de prendre quelques kilos maintenant. Ils nous aideront en attendant la sortie de crise.

  11. En France, il y avait 4% d’enfants obèses en 1975. Ils sont plus de 15% aujourd’hui, jusqu’a 20 % dans certains départements : une bombe à retardement !

  12. C’est ce que j’adore avec RL. On clive toujours plus loin. Les homos, les juifs, les gros, demain les coiffeurs?

  13. Je suis devenue volontairement obèse, car je trouve qu’il n’y a rien de plus beau et sexy qu’une femme très ronde. Je ne suis pas du tout mangeuse, j’ai dû me forcer. Génétiquement, je suis faite pour être très maigre.

  14. Pendant des années on m’a emm … parce que j’étais trop maigre, maintenant on m’emm… parce que je suis trop gros

  15. Salut Anne,

    J’ai 76 ans, j’ai changé ma « bouffe » il y a 48 ans et je vais bien merci !
    je suis naturo, marathonien, j’ai beaucoup écrit, même des livres et je peux t’enseigner comme garder ton poids, ta forme et ta santé sans perdre le sourire !
    Ce n’est quand même pas le bout du monde !
    Envoie-moi une adresse mail et je te fais parvenir le nécessaire. Je précise que tout est gratuit, je ne vends rien.

Les commentaires sont fermés.