1

Ma petite minute nostalgique : RL, c’était mieux avant

larmes2.png

« C’était mieux avant »… c’est pas sûr, ça dépend, ça se discute…

Avant la lessiveuse électrique, c’était moins bien que maintenant. Cependant la lessiveuse d’avant avec un seul bouton qu’on pouvait tourner sur « peu sale, moyen sale, fort sale, délicat, laine » c’était mieux que la lessiveuse que ma voisine a achetée lundi passé et qui est munie d’un écran tactile avec une infinité de programmes et qu’on peut même enclencher à distance avec un smarfon… Bien sûr il faut apprendre à s’en servir car la première fois, après 2 h 40, sa machine tournait encore…

Question : notre linge est-il tellement sale qu’il faille le laisser tourner pendant 2 h 40 ? Elle m’a expliqué que c’est une technologie nouvelle qui permet d’économiser de l’énergie… Ben oui, puisqu’il y a pénurie d’électricité…

Bon, si monsieur Machin est garagiste et passe ses journées dans le cambouis, bien sûr, madame Machin est contente d’avoir une lessiveuse qui bout et fait fondre ce cambouis… Mais les gens « normaux », nos vêtements sont-ils si sales ou bien suffit-il d’une petite savonnée et d’un bon rinçage pour les rafraîchir ?

Donc, tout ça dépend : c’est relatif et ça se discute.

Idem pour mon appareil photographique. « Avant » avec mon vieux Canon j’ai fait des centaines de photos magnifiques, j’ose même dire « artistiques ». Avec mon Canon actuel l’avantage c’est qu’on peut effacer tout ce qui est raté, mais… C’est certainement un excellent appareil, mais… Il n’a pas de viseur : on voit sur un écran… Cet écran est bordé par plein d’abréviations dont je ne comprends rien… Bref, je suis incapable de le régler et si par malheur je touche l’écran, j’enclenche un tas de réglages qui m’échappent et je dois retirer la pile pour espérer que toute la machine retourne à zéro… Donc j’ai un appareil formidable que j’emploie à sa possibilité zéro…

M’enfin, allez-vous me répondre, lisez le mode d’emploi…

Dans la boîte, il n’y a pas de mode d’emploi… pour le trouver il faut aller sur un site web et lire les 240 pages… et là aussi c’est en novlangue qui me dépasse…

Malheureusement mon petit Canon avec viseur est tombé, on ne sait évidemment pas le réparer et ce modèle-là si simple… ben, on ne le vend plus…

Donc, pour moi et la photo, c’était mieux avant, mais, pour ma petite cousine, c’est mieux maintenant. Encore une fois : ça se discute.

 

Mais là n’est pas mon propos.

Mon propos c’est que chaque matin je reçois la « newsletter » de Résistance Républicaine : c’est un message mail avec une dizaine de titres que je lis et si un thème m’intéresse je clique et l’article apparaît et je lis et souvent je commente car cela me donne l’impression d’avoir mon mot à dire et pouvoir le dire m’aide à ne pas développer un ulcère gastrique.

Mais, si je vais sur le site de Résistance Républicaine, je trouve une page énorme avec plein de photos qui en fait ne me servent à rien. Donc je préfère le message avec rien que les titres : vite fait, bien fait.

Même profusion sur le site de fdesouche.

Idem sur le site de Dreuz

 

Tous les matins, aussi, je vais sur le site de Riposte Laïque et là, horreur… l’autre jour ce fut le chamboulement… le graphisme de RL s’était aligné sur celui des autres…

Hier matin j’ai essayé de compter : ça faisait, grosso modo, 94 images…

Moi, sans vouloir offusquer les concepteurs, j’appelle cela du fouillis. Quand tout devient important, plus rien n’est important. Je regarde les images et ne lis plus les titres et en fin de compte ne lis plus rien du tout.

J’admets : les jeunes aiment certainement, mais moi qui suis vieille, je n’aime pas. Je suis d’accord avec le monsieur qui disait que ce qui se conçoit bien s’énonce clairement : j’aime les présentations claires, le contraire du fouillis.

L’enseignement de mon maître : dans la composition d’un tableau le thème principal doit être principal… sinon, si tout se trouve au même niveau, plus rien ne signifie quelque chose. En général : plus c’est simple, plus ça parle.

Exemple parfait : « Les hasards heureux de l’escarpolette » de Fragonard.

Autre problème : l’obsession de l’image qui illustre l’article. Qu’est-ce qui est important : le texte de l’article, ou bien les images qui illustrent les articles, les couleurs et même les images qui bougent ? C’est un sabotage : distraire le lecteur pour l’empêcher de lire.

Pour moi le texte est important et l’illustration est secondaire, voire inutile ou même dérangeante car ce fouillis me donne la berlue. Mais ça se discute.

Ce matin j’ai voulu lire le coup de cœur de Jean-Louis Chollet mais c’était écrit si petit que j’ai renoncé. Même mon opticien n’est pas aussi cruel. Si on donnait moins de place aux images, y en aurait-il plus pour les textes ?

Alors RL nouvelle mouture ? Ce sera sans doute «Bravo» pour beaucoup de lecteurs mais je suggère, pour les grincheux comme moi, que Riposte Laïque nous envoie tous les matins une « newsletter » avec rien que le texte du titre des nouveaux articles comme le fait Résistance Républicaine et aussi Boulevard Voltaire.

Donc, pour moi ce sera pas d’images mais du texte en beau Garamond 14.

Comme cela ce sera mieux qu’avant pour tout le monde.

Anne Lauwaert 26.X.21