1

Ma petite minute terre à terre : le lavage des cerveaux suisses a marché

Suisse.jpg

Ma petite minute terre à terre

Hie, les Suisses ont voté quasiment à l’unanimité pour la loi Covid c.-à-d. à 62%.

En fait, il n’y a rien d’étonnant : cela reflète une situation normale à la mode de Gauss : dans un groupe, il y a peu d’extrêmes et un vaste milieu soit:

Le problème c’est les 40% d’indécis et là les non-co-vax doivent faire leur mea culpa : ils n’ont pas assez expliqué le fond de l’affaire.

01-Lavage-de-cerveaux.jpg

D’abord, nous sommes individualistes du genre « vivre et laisser vivre » .

Fort bien jusqu’à ce qu’on en arrive à l’obligation de se laisser injecter la mixture.

 

Ensuite, et surtout, la grande majorité des gens n’est pas informée :

*elle subit le lavage de cerveau constant des médias : la plupart allument la radio ou la télé, parfois les deux en même temps, dès le lever et jusqu’au coucher…

*elle n’a pas le temps de s’informer : après une journée de travail et encore les charges de la maisonnée, plus personne n’a envie d’éplucher la presse alternative.

*elle est trop paresseuse pour s’informer, ici au Tessin italophone, personne ne se donne la peine d’écouter une vidéo ou de lire un article en français, qui est pourtant une langue nationale étudiée à l’école.

*elle a peur de s’informer : si vous avez été injecté, avez-vous envie de vous entendre expliquer que la protéine spike détruit la paroi interne de vos vaisseaux sanguins, que le graphène vous amène la spike jusque dans vos capillaire, que les caillots formés tapissent vos poumons et que votre cœur en manque d’oxygène va faire boum ? Ou que le cancer dormant dont vous ignoriez l’existence va être réveillé et activé ? Ou que, outre à la spike, vous allez vous retrouver avec des prions et la vache folle ?

Vous auriez envie d’entendre cela ? Ou bien vous allez répondre comme pour les problèmes avec l’islam, les migrations, les dangers des additifs alimentaires, les infidélités de votre mari qui passe ses week-ends avec sa secrétaire à des colloques dans un environnement rural  : « Tais-toi, j’veux pas l’savoir » ou mieux encore « Tu n’as pas le droit de me faire peur »…

 

C’est un gros problème, car nous aimons nos proches, nos voisins, les gens qu’on rencontre au bistro et nous ne voulons pas leur faire de peine… alors nous nous taisons. Très bien, jusqu’à ce qu’eux disent « c’est à cause des no-co-vax que nous sommes dans la merde… »

Là, c’est le moment de passer outre à nos scrupules charitables et de dire les choses comme elles sont :

« Tout d’abord nous ne sommes pas des no-vax, nous sommes des no-co-vax.

Ensuite : toi tu t’es laissé injecter une mixture dont tu ne connais ni la composition, ni les effets, ça te regarde, c’est même tant pis pour toi.

Moi je refuse de me laisser injecter la protéine spike qui etc, etc., et tu sais quoi ? Eh bien, si moi aussi on m’injecte cette saloperie pour me rendre malade, c’est pas ça qui va te rendre ta santé, car m’injecter ne va pas te débarrasser, alors tu sais quoi ? Eh bien, il est grand temps que les injectés et les non injectés unissent leurs forces pour trouver des remèdes contre les effets secondaires qui te pendent au nez, et tu sais quoi ? Il est vital de préserver un pourcentage de no-co-vax qui soient capables de tenir sur pied la baraque quand les effets secondaires se manifesteront car alors ce seront les no-co-vax qui feront tourner la boutique : l’hosto, l’école, la distributions de l’électricité, de l’eau, de la nourriture, etc., et même la police pour éviter que les pillards ne s’en prennent, aussi, à tes réserves de riz et de pâtes… »

 

Il y a un autre problème encore plus grave, structurel… Quand ils vont voir un de leurs proches chopper la maladie de la vache folle ou un de leurs gosses s’écrouler sur un terrain de foot, quand ils vont commencer à se poser des questions et se rendre compte qu’ils ont été entubés… alors, ils ne vont plus avoir confiance ni dans leur médecin, ni dans les médias, ni dans leurs élus, ni dans leur gouvernants… et alors ?

Alors, d’abord ce sera la panique et ensuite la colère.

 

Non mesdames et messieurs, nous sommes dans la merde non pas à cause des non-vaccinés, nous sommes dans la merde à cause des crédules, benêts, pusillanimes et autres niais qui n’ont même pas réfléchi avant de se laisser injecter, frelater, trafiquer, dénaturer…

 

Au village, dans ma famille, parmi mes connaissances et amis, tout le monde sait que je suis physiothérapeute, eh bien PERSONNE ne m’a demandé mon avis au sujet de la « vaccination », je ne dis pas «conseil », non, seulement «avis ». Ils ont tous couru se faire injecter… et maintenant, c’est moi qui suis la cause de la situation de merde ?

Non !

 

Quand 60% de la population vote pour la loi Covid, il est grand temps que les 40 autres % se fassent entendre. En avant pour le no-co-vax coming out…

 

Anne Lauwaert