Ma petite minute théâtrale : rencontre entre Poutine et un agent secret suisse

Kremlin Papers. Petite pièce en un petit acte

La première a eu lieu sur les planches des Observateurs :

https://lesobservateurs.ch/2022/08/31/kremlin-papers-petite-piece-en-un-petit-acte-les-personnages-le-president-poutine-et-un-agent-secret-suisse/

Les personnages : le Président Poutine et un agent secret suisse M. + (en référence au drapeau suisse)

Le lieu : au Kremlin, un délicieux boudoir aux couleurs pastels et dorures à l’or rose – un guéridon avec un petit bouquet cabochon de très petites roses saumon – le long d’un mur, un énorme samovar en argent trône sur un buffet Boulle incrusté de nacres aux reflets irisés avec nuances lilas…

Le tapis central est un Kashmir exquis, pure soie, blanc cassé avec des motifs floraux beige et vandijck bruin et seulement quelques petites pointes de rose framboise.

Monsieur Poutine porte un costume de lin couleur gris tourterelle, une chemise à peine plus claire et une cravate un peu plus prononcée, avec des moirures. On ne remarque pas ses chaussures car ce sont des Molière en cuir fin parfaitement en teinte.

Des perles baroques foncées montées discrètement sur platine ornent ses boutons de manchettes et son épingle de cravate.

M.+ porte le costume classique typique de l’agent secret, genre Josef Cotton : rien de notoire. Il a laissé son feutre Bogart et son trench coat Burberry au vestiaire.

M. Poutine s’avance pour accueillir M. + qui entre

  • Bonjour M.+ quel bon vent vous amène ?
  • Bonjour Monsieur le Président, je crois qu’il s’agit d’un petit coup de foehn, vous savez, quand le vent du nord passe au-dessus de la montagne et se réchauffe…

Ils se serrent vigoureusement la main

  • Venez vous asseoir, je vous en prie

Ils s’assoient

  • Comment allez-vous dans votre beau pays ?

M. + hésite un peu, il fait la moue…

  • Je vais vous parler franchement, Monsieur le Président… nous avons eu quelques problèmes dernièrement… la canicule, la sécheresse, les loups qui massacrent nos moutons sur nos alpages…
  • Ah, les loups, il faut les envoyer en Alaska ou en Sibérie…
  • Oui mais, vous savez… nous avons des verts et des environnementalistes…
  • Nous aussi nous en avons et justement nous les envoyons en Sibérie avec les loups qu’ ils aiment tant…
  • Oui mais, en plus des loups qui ont immigré depuis l’Italie nous avons aussi des conseillers fédéraux qui ont immigré depuis l’Italie…
  • Ah bon, et alors?
  • Eh bien quelquefois ils ne savent plus très clairement à qui ils doivent leur allégeance… à l’Union européenne ou bien à leur nouvelle patrie suisse…
  • Expliquez-vous…
  • Ben oui, c’est très embêtant, quand on ne sait pas si on est chair ou poisson on risque de s’enliser dans la panade… et même de se tromper géographiquement… Tenez, dernièrement, nous en avons eu un qui a voulu reconstruire l’Ukraine au lieu de reconstruire les bisses qui doivent porter l’eau sur nos alpages… alors, vous comprenez, avec la sécheresse, c’est notre armée qui a dû porter des bennes d’eau pour que nos vaches ne meurent pas de soif… Pas de vaches, pas d’Emmental, ni de Gruyère… Tiens, justement, nous savons que vous ne buvez pas d’alcool alors je vous ai apporté un petit cadeau sans alcool…

M. + fait signe au valet qui fait le planton à côté de la porte, celui-ci ouvre la porte et quatre vigoureux gaillards roulent une forme de gruyère de 40 kg et une meule d’Emmental de 120 kg dans la pièce…

  • Nous vous avons aussi apporté un assortiment et la recette pour faire la fondue…

Petit signe, d’autres gaillards apportent un échafaudage de piques, caquelons, fromages e tutti quanti…

  • Et le nécessaire à raclette : le fromage à raclette valaisan qui se caractérise par son arôme lacté et légèrement acidulé, où s’expriment les notes végétales et fruitées d’une flore alpine riche au possible. Les experts reconnaissent sans hésiter au goût si la meule provient de la vallée de Tourtemagne, du Val de Bagnes ou de Conches.

Et, bien sûr le traditionnel four à raclette électrique conçu pour des demi-meules, disposant d’un ou de plusieurs supports pour le fromage. La surface à racler est placée vers le haut, la source de chaleur se trouvant au-dessus. Ici aussi, la raclette est raclée directement dans l’assiette. La manipulation requiert un peu d’expérience, et c’est souvent l’hôte qui tient le rôle du racleur…

M. + fait un pas en arrière tandis que le Président Poutine s’avance pour regarder tout cet attirail…

  • Mon Dieu ! Monsieur +, vous me comblez, j’adore la raclette, chaque fois que je vais chez ma fille, au Tessin, je m’en régale…
  • Nous sommes ravis que vous aimiez tant notre belle patrie qui d’ailleurs n’a pas que des fromages, il y a aussi ses banques, ses hôtels *****, ses domaines skiables… ses boutiques de luxe, ses lacs tranquilles où se laisser bercer dans des yachts discrets à l’abri des paparazzi…
  • Oui bien sûr, mais nous aimons la vie de famille… une raclette avec ce judicieux four électrique qui certainement égaille aussi les soirées de votre famille…
  • Hélas, Monsieur le Président… oui, oui, c’était comme ça… avant… jusqu’à ce que des inconsidérés se soient mis dans de tels mauvais draps que cet hiver nous n’aurons que des pénuries et pas d’électricité pour nos fours à raclette…
  • Comment donc ?…
  • Ben… c’est un peu embêtant à dire… mais y a des connards au gouvernement qui ont cru malin de faire le mariole avec les fritteux de Bruxelles et à cause d’eux… les soi-disant sanctions qu’ils vous destinaient nous ont boumerangué en pleine poire : pas de pétrole, pas de gaz, pas d’électricité et donc… pas de raclette…
  • Ah bon… un peu de gaz vous ferait-il plaisir ?…
  • S’il vous plaît, Monsieur le Président, s’il vous reste encore quelques gouttes de gaz… nous serions fort heureux de pouvoir vous en débarrasser… et ensuite de vous recevoir chez nous non seulement pour une raclette, mais aussi pour un séjour dans un de nos chalets ***** bien chauffés avec des pellets écologiques, qui malheureusement, eux aussi, brûlent à l’électricité que, cet hiver, sans vous, nous risquons de ne pas avoir…

Là-dessus le Président Poutine fait signe, un valet va vers le samovar, sert deux tasses de thé Earl Grey et un serviteur muet garni de mignardises.

  • Hum, hum dit le Président Poutine, je vais réfléchir à la question… il me semble que ma fille m’en avait déjà touché un mot…

Rideau

C’est ainsi que, bien plus tard, quand le bon sens eut chassé toutes les folies des années 2000, que les livres d’Histoire parlèrent de l’année de la Raclette qui fut aussi salutaire que les patates du général Guisan.

Anne Lauwaert – 1.IX.22

image_pdfimage_print
15

19 Commentaires

  1. j adore les chroniques d ANNE LAUWAERT mais la j ai rien compris ! par contre , c est tres bien offrir un excellent fromage a VLADIMIR POUTINE qui est certainement un homme de gout comme il est un HOMME D ETAT ET D ESPRIT … et on ne parlera pas du joueur d echec car ca ferait trop de peine a notre BULOT LEMAIRE . BULOT signifie VENTRE SUR PIED . le BULOT est un gasteropode vivant dans les fonds vaseux – c est son cas – et sablonneux . tout un symbole …..

  2. Il me semble que le discours de Guisan visait à galvaniser le pays et l’armée contre le pays agresseur et non contre le pays agressé, contrairement au Conseil Fédéral qui s’était plutôt aplati.

    Je me trompe ?

    • le général Guisan est surtout celui qui a dit aux Suisses de planter des patates pour ne pas avoir faim pendant la guerre

      • Ah oui ? Et les Messerschmitts allemands abattus au-dessus du territoire suisse par les Messerschmitts suisses, c’est une vue de l’esprit ?

        Et le Rapport du Grütli aussi ?

  3. Charmant intermède qui révèle une femme de goût.
    Il se trouve que je suis en train de lire le livre d’Obama intitulé « une terre promise » où il présente Poutine d’une tout autre manière qu’ici sur ce site.
    Selon lui, Poutine n’est pas un homme d’Etat, il lui « fait penser à une sorte de chef de district qui aurait une mallette nucléaire et un droit de veto à l’ONU. »
    Livre par ailleurs très intéressant, bien écrit, qui révèle une intelligence très vive, un esprit redoutable qui semble incarner l’esprit de notre époque, du moins en Occident.

    • Ah voila une groupie de Banania! Obama n’a été élu que grâce à sa couleur de peau, c’est comme « le bon arabe de service », lui a été « le bon nègre de service »! Et d’ailleurs il est à parier que son livre a été écrit non par lui mais par un …nègre!

      Poutine est le seul Homme d’Etat actuel, les autres ne sont que des pitres lamentables. Ceci explique d’ailleurs qu’il ait toujours bénéficié d’une côte de popularité énorme que jalousent les autres dirigeants! Alors allez donc lècher les babouches (puisqu’Obama est musulman) de Hussein Obama, ça vous fait plaisir c’est le principal!

      • Ah non, alors, pas du tout fan de « banania » !
        Vous m’avez très mal lu ! Ou alors je me suis mal exprimée, ce qui est fort possible.
        Mais j’essaie d’être le plus factuelle possible et si je porte un jugement, de donner mes preuves.
        Si j’ai lu ce bouquin, c’est que je veux toujours connaître les motivations et les capacités de nuire de mes ennemis, et avec Obama, on tient un coriace, diablement habile et hypocrite, jouant de ses charmes (au pluriel, car il joue autant de son physique que de son entregent exceptionnel). Mais sa véritable nature se trahit, notamment dans sa façon de se présenter comme supérieur ou l’égal de tous les puissants de la terre, notamment les Chinois.

    • Obama a été le plus russophile de tous les présidents américains depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, et le plus proche de Poutine et de Medvedev.

      Ça lui a été assez reproché !

      • Je vous invite à lire le livre d’Obama pour réviser votre opinion.
        Pour Obama, Poutine n’est pas un homme d’Etat mais le dirigeant d’un syndicat du crime (sic) dont la raison sociale serait la présidence de la Russie !
        S’il s’est rapproché de la Russie, c’est en vue de réduire certaines tensions notamment la prolifération des armes nucléaires et la menace représentée par l’Iran qui se préparait secrètement à se doter de l’arme nucléaire; la Russie étant membre du conseil de sécurité de l’ONU, il s’agissait de la convaincre de voter pour condamner et empêcher ladite menace, avec un bombardement si nécessaire des installations en cause.

  4. Mr Poutine ? C’est le mystère et la riposte en matière de politique étrangère. Un homme fascinant et trouble à la fois.

    • Oui en effet, « trouble » comme la raison d’Etat dans un monde plus chaotique que jamais.

  5. sympa mais dans la vraie vie il paraît que le seul interlocuteur accepté par poutine et encore en bout de table serait un certain macron quoique ceci soit contesté car selon le même Poutine, macron n’entraverait que dalle tandis que sa logorrhée hors sujet conduirait Poutine à renforcer le bombardement des lignes du pianiste à queue

  6. Chère madame Lauwaert,
    J’ai beaucoup ri à la lecture de votre article, surtout le passage où tonton Vlad parle des sentiments très vifs des écolos russes avec les loups…

Les commentaires sont fermés.