1

Première réunion Reconquête Aude : un enchantement !

Pendant qu’à Carcassonne se déroulait, ce samedi 15 janvier, une énième manifestation contre le passe sanitaire, « machin » tendant à rendre obligatoire le vaccin, d’une manière aussi fourbe et vicieuse que ses concepteurs… j’assistais à ma première réunion de l’antenne RECONQUÊTE Aude, que je résumerai par le terme : enthousiasmant !

Déjà le responsable du département n’est autre que Robert Morio, qui était celui du RN quand je m’y suis encartée (seulement deux ans)… avant qu’il en soit évincé pour être remplacé par un pion de la patronne…

Mais aussi, parmi les dix engagés qu’il nous a présentés, responsables de secteurs en Occitanie, il n’y avait qu’une seule exception n’ayant  jamais  adhéré à un parti ; la grande majorité avait des  parcours identiques à quelques nuances près, sur la même ligne RPR puis FN/RN + quelques DLF… pour arriver dans une même allégresse au mouvement « Les amis d’Éric Zemmour » puis à son parti.

Beaucoup se disaient déçus de voir leurs valeurs trahies par ceux-là mêmes qui étaient à leur origine, et les continuelles déceptions à chaque scrutin.

Zemmour étant manifestement pour la salle entière, celui qui ne nous trahirait jamais.

Une salle pleine, chaleureuse, même si à cause des consignes gouvernementales d’interdiction de manger assis/debout/couchés…  (non, ça ce sera seulement pour les prochaines restrictions) nous n’avons pu partager la traditionnelle galette.

Nous nous sommes régalés en revanche des diverses interventions, éclatante démonstration que nous  partagions tous  les mêmes angoisses, les mêmes colères et les mêmes frustrations, depuis plusieurs décennies, face à la dégradation incessante de notre pays, et la conclusion pour chacun, que seul EZ était sincère puisque resté toujours sur la même ligne sans jamais en dévier… contrairement aux multiples girouettes politiciennes se liguant aujourd’hui contre lui.

Dans la bouche des responsables, comme celles d’intervenants du public, j’ai retrouvé les mêmes phrases, même idées, mêmes affinités pour telle ou telle personnalité, qui sont journellement reprises dans RL  ; c’était donc grandement réconfortant… surtout en apprenant qu’en à peine un mois et dix jours, ce parti créé pour soutenir un homme extraordinaire, affiche déjà 80 000 adhérents (dont 702 dans l’Aude).

Macron fait l’unanimité dans le rejet et le dégoût des participants (huées) ;  à l’inverse, Marion Maréchal et Jean Messiha font, eux, l’unanimité dans la sympathie (applaudissements) ; dans l’attente d’une Marion rejoignant Reconquête, que beaucoup espèrent ouvertement.

J’ai pu discuter un peu avec des jeunes de Génération Z pour leur suggérer d’entrer en contact avec les étudiants de l’ISSEP, l’école de Marion qui rencontre un grand succès et est donc en passe de réussir son pari de former les futurs triomphateurs des énarques ayant fait tant de mal au pays.

Sans doute sont-ils déjà pro-Zemmour, mais il ne semble pas superflu de s’en assurer… ces jeunes étudiants n’ayant pas le même « frein » que Marion ayant toujours ménagé sa tante.

Ces jeunes m’ont dit qu’ils étaient eux-mêmes sidérés de voir tant l’augmentation que la ferveur des jeunes citoyens  souhaitant rejoindre leur mouvement et paraissant avides de s’investir.

Il est clair que de voir autant de jeunes, sains de corps et d’esprit, rejoindre notre candidat, a quelque chose d’extrêmement émouvant pour nous, les anciens, quand le système ne jure que par les racailles islamistes en les présentant toujours comme des victimes.

Pierre Cassen, qui séjourne souvent en Bretagne, témoigne qu’il y fait le même constat ; que cela soit dans la venue d’Éric à Saint-Malo et à Nantes, ou celle de Messiha, à Vannes, où lors des réunions d’organisation de la campagne (collages, tractage, signatures, porte-à-porte), on rencontre toutes les générations, mais beaucoup de jeunes, et le même enthousiasme, je dirais même la même ferveur. En Bretagne, beaucoup de militants du RN et de LR ont rejoint Reconquête.

Éric est considéré comme un sauveur, et les participants sont conscients qu’ils doivent se remuer dans les trois mois qui viennent, car les enjeux sont décisifs.

Même état d’esprit à Carcassonne, et c’est sur cette constatation et cet engagement que la séance est close, nous permettant d’aller faire le plein d’affiches et de tracts.

Bref, une super-séance d’environ deux heures trente, qui n’a pu que me conforter dans le bien-fondé de mon admiration et adhésion totale envers Éric Zemmour.

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression