Ma rencontre avec Trump : le miracle de l’amitié…

Publié le 21 septembre 2016 - par - 19 commentaires - 3 078 vues
Share

bercofftrump2Notre fondateur, Pierre Cassen, a rencontré ce jour André Bercoff, seul journaliste européen à avoir interviewé Donald Trump. Il revient sur cette rencontre…

Riposte Laïque : Après avoir écrit une quarantaine de livres, vous venez de publier un ouvrage qui suscite déjà bien des commentaires : » Donald Trump, les raisons de la colère » (Editions First). Vous êtes le seul journaliste étranger à avoir eu l’honneur d’être reçu par le candidat républicain. Comment avez-vous réussi cela ?

André Bercoff :   Le miracle de l’amitié. Une personne très proche de Trump a réussi à m’obtenir l’interview. Trump est fidèle : il n’a pas hésité.

Riposte Laïque : Qu’est-ce qui a vous le plus marqué, lors de vos échanges, chez Donald Trump ?

André Bercoff : Il est brut de décoffrage. Il n’a pas adapté son langage à un public français ou européen, sous prétexte que j’allais publier la conversation dans Valeurs Actuelles. Il m’a parlé exactement dans les mêmes termes que si je venais de Portland ou de Cincinnati.

Riposte Laïque : Dans sa communication, Trump paraît aux antipodes de Marine Le Pen. Lui paraît brut de coffre, et n’hésite pas à appeler un chat un chat, quitte à multiplier les polémiques autour de lui. Marine, elle, cherche à lisser son discours, et à dédiaboliser son image. Qui a raison, selon vous ?

André Bercoff : Evidemment, Donald Trump. Mais à la décharge de Marine, il n’a pas eu un père actif en politique qui se nommait Jean-Marie, et son mouvement ne s’appelle pas le Front National. Deux labels qui attirent autant qu’ils repoussent, ce qui force la candidate à bien des efforts.

Riposte Laïque : Que pensez-vous de l’attitude des journalistes français, dans leur manière de couvrir la campagne américaine ?

André Bercoff : Ils ont pour Hillary les yeux de Chimène. Pas tous, certes, mais ceux dont la devise, le credo, la colonne vertébrale sont : bobo, boulot, dodo.

Riposte Laïque : Certains disent qu’une victoire de Trump est le dernier espoir de l’Occident. Vous partagez cette vision ? Que changerait-elle, dans le monde, selon vous ?

André Bercoff : N’exagérons rien. Trump n’est pas Jeanne d’Arc. Et l’Occident a connu d’autres déboires. Reste qu’une victoire du candidat Républicain changerait profondément la donne mondiale, notamment vis-à-vis de la Chine, du Moyen-Orient et de l’Europe. Ce serait la fin inéluctable du laisser-faire, laisser-aller, laisser conquérir. Avec Poutine et contre Daesh, ce serait une coexistence lourdement armée.

Riposte Laïque : Si Trump gagnait, pensez-vous que cela aiderait Marine Le Pen pour 2017 ?

André Bercoff : Pas spécialement. Trump ne fera rien pour l’Europe si celle-ci ne se prend pas en main et en charge, et cela vaut pour la France, pour Marine Le Pen et pour tous les autres.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share

19 réponses à “Ma rencontre avec Trump : le miracle de l’amitié…”

  1. renaldo jean jean dit :

    je suis aux USA en ce moment et dans la campagne on voit des banderoles pour Trump , dans les propriété au bord des routes, mais rien sur Clinton

  2. Robert dit :

    Si Donald passe on evite la troisieme guerre mondiale. Si l’autre vieille cinglee passe la Russie detruira les USA.

  3. Ce que dit André Bercoff correspond entièrement à mon analyse de la situation, du personnage Trump et des répercussions chez lui mais aussi mondiales ainsi que le duo solide qu’il formerait avec Poutine. Je ne suis pas une politique mais passionnée par elle car nous dépendons tous de ses orientations !
    Je souhaite vivement la victoire de Trump qui a la vision, le courage et la détermination d’un guerrier de ce siècle et les actions posées seront déterminante.

  4. BALT dit :

    La Clinton est encore malade. La menteuse ne peut plus cacher ses déboires.

  5. Lola dit :

    La dernière question posée à Bercoff fut, à mon avis, mal interprétée par ce dernier. Oui, une victoire de Trump profiterait au FN car il ferait sauter le dernier verrou qu’était sa diabolisation.

  6. GUIJI dit :

    Je ne dirai qu’un mot: « Bravo ! ». Bravo Bercoff, et Bravo Trump !

  7. Canis Majoris dit :

    J’espère qu’il sera élu, même si je pense aussi que l’occident n’a pas dit son dernier mot. J’ai beaucoup lu sur l’histoire mondiale : je me passionnais pour Hérodote, Plutarque, Tacite et l’histoire antique, y compris celle de l’Asie pendant la période chinoise des « royaumes combattants ». Même l’histoire de Corée. Je n’ai jamais vu un pays ou un royaume, qui soit envahi comme l’Europe l’est actuellement, ne pas avoir un sursaut terrible pour se libérer. Mais plus on attend plus ce sera violent.

  8. Azémar dit :

    je préfère Mr TRUMP à notre honte nationale le merdique et mou hollande le nain. Il est exact que Mr TRUMP élu ne fera rien pour nous.

    • Christine L dit :

      Le principal n’est pas qu’il fasse quelque chose POUR nous mais qu’il ne fasse rien CONTRE nous. C’est là toute la différence avec sa folle de concurrente qui, elle, ne se priverait pas de nous détruire !

  9. zorglub dit :

    Trop bon ce TRUMP , en voila un qui laisse son libre arbitre aux pays , et qui ne se mêle pas des affaires internes qui ne le regarde pas.Il est américain, il s’occupe de américains d’abord et il a raison. Bref rien à voir avec chez nous , donc c’est surement un homme bien.

  10. Geostrategos dit :

    Excellent article , lucide Bercoff dont les chroniques réveillent les dormeurs.

  11. Hervé Boismery dit :

    Trump est certes un excentrique et même un provo.
    Mais, quand on se réfère à ses idées, on découvre un modéré et un homme de bon sens.

  12. GAVIVA dit :

    très bon article mais je pense que si Donald Trump est elu, ca aidera parce que les prédiction grotesques eschatologiques qui accompagnent la présidentielle, le référendum pour le brexit volent en eclat a chaque fois, les gens se rendent quand même un peu compte ( je l’espéré) que les journalopes racontent des conneries

  13. Eric,

    Je suis un défenseur de l’occident européen mais je ne partage pas la vue de l’occident américain, je suis plus proche de la vision de Florian PHILIPPOT que de Donald TRUMP. Cependant, je pense que la première menace est l’islamisme, l’islam et surtout les lèche-babouches. Nous sommes au début de la troisième guerre mondiale, je ne verrai jamais la fin de cette guerre car elle va durer très longtemps, j’ai 46 ans.

    Heil Daesh