Mac Donald, KFC et Pizza Hut feraient du racisme anti-musulman… au Maroc !

Voici la lettre que je viens d’adresser au Mrap, à SOS-Racisme, à Ni Putes Ni Soumises, à la Licra, et à la LDH. Il n’y a que le Cran que je n’ai pu contacter, car autant sur son site que sur les deux blogs de son président Patrick Lozès, il n’y ni adresse courriel ni formulaire de contact. Je vous tiendrai au courant des réponses…
Madame, Monsieur,
Je sais combien vous êtes sensible au racisme dit « anti-musulman », même si parfois vous confondez celui-ci avec la critique ou la crainte de l’islam que vous nommez « islamophobie ».
Je sais aussi que vous êtes particulièrement vigilants sur les faits de discrimination non seulement en France, mais aussi à l’étranger quand cela touche des pays proches du nôtre par l’Histoire ou l’immigration.
Aussi je vous permets de vous signaler un article du blog State Afrique selon lesquels les enseignes Mac Donald, KFC et Pizza Hut refusent de servir des repas à consommer sur place pour les musulmans, et uniquement pour les musulmans, pendant le mois de ramadan.
http://www.slateafrique.com/21401/maroc-ramadan-comment-mcdo-reconnait-les-non-musulmans
L’affiche de Mac Donald est explicite : « Avis à nos clients. Pendant la période de ramadan, seuls les enfants et les adultes non-musulmans peuvent être servis sur place ».
Il s’agit là d’une discrimination manifeste à raison de appartenance ou de la non-appartenance supposée ou réelle à une religion. Je sais que les lois « antiracistes » françaises ne s’appliquent pas au Maroc. Néanmoins, nombre de nos compatriotes français de confession musulmane peuvent être l’objet de ce refus de service à raison de leur appartenance supposée à la religion de Mahomet, et c’est votre devoir de les défendre même à l’étranger. Et là vous ne pourrez invoquez vos réserves sur le racisme anti-blanc, anti-français, anti-chrétien que vous refusez de traiter.
Aussi je vous demande de prendre position sur cette discrimination manifeste qui touche non seulement les Marocains musulmans, mais aussi nombre de nos compatriotes qui passent le mois de ramadan « au pays ».
A défaut d’une réponse de votre part, Madame, Monsieur, je vous considérerai complice implicite de cette discrimination anti-musulmane.
Bien à vous,
Djamila GERARD

image_pdf
0
0