Macaron-Merluchon : un menu indigeste

 

Haut les mains, c’est un hold up !

Bien malin qui pourrait faire des pronostics crédibles. Nos chers compatriotes sont tellement imprévisibles. Tellement irrationnels. Tellement influençables. De démocrature en démocrassouille, tout est possible !

Toutefois on ne peut écarter l’hypothèse d’une cohabitation musclée si la tendance qui a présidé au premier tour se renforçait au second.

J’en connais qui vont hurler comme des loups-garous à la pleine lune si je dis,  après mûre réflexion, que ce pourrait être une bonne chose.

D’abord, le grand bordel

Quand on connaît les carences intellectuelles du psychopathe immature, on peut parier que même si sa « renaissance » avortée associée à des renégats LR n’obtient pas une majorité à l’Assemblée, il nommera quand même un Premier ministre et un gouvernement issus de sa mouvance présidentielle.

Par défi. Parce que c’est comme ça qu’il fonctionne.  Parce qu’il ose tout et ne se refuse rien. Pour épater son Brichel. Et pour le plaisir d’emmerder ceux qui s’opposent à sa toute munificence.

La suite est prévisible : une motion de censure, la démission du gouvernement, et de nouvelles élections dans la foulée. À moins que l’esprit de provocation du gamin mal dans sa tête oblige sa bornée ou toute autre sortie du même caniveau à engager directement sa responsabilité sur une déclaration d’intention. Avec le même résultat.

L’Assemblée dissoute, les prochaines élections doivent avoir lieu obligatoirement dans un délai de 20 à 40 jours. Une fourchette entre mi juillet et début août compte tenu de la date de dissolution, à un moment où beaucoup de gens sont en vacances. Ce qui accroîtrait l’abstention. Et favoriserait les islamo-gauchistes dont le militantisme agressif est chevillé au corps.

Pendant ce temps, sans députains pour approuver ses extravagances, le paltoquet ne pourrait plus faire grand chose. Le gouvernement expédierait les affaires courantes. En attendant qu’atterrés par le désordre, les Français comme souvent par le passé, volent finalement au secours du pouvoir en place.

Mais s’ils ne le font pas, le Président ne peut pas dissoudre une nouvelle fois avant un an. Et c’est là que ça pourrait commencer à devenir intéressant.

Vers une « dictature légalisée » ?

Avec un despote qui a maintes fois violé l’esprit des lois et la lettre de la Constitution, on peut imaginer qu’il décide d’appliquer l’article 16. C’est-à-dire les pleins pouvoirs. Avec, j’en suis sûr, l’assentiment des larves du conseil anti-constitutionnel qui ne pourrait, de toutes façons, pas être saisi avant 30 jours.

La vraie-fausse guerre contre la Russie fournirait un prétexte idéal puisque la dictature, cette fois institutionnalisée, est prévue « lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territoire ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacés ».

Mais après ? Peut-on croire que les nupes dupés ne réagiraient pas ? Eux qui disposent des troupes syndicales, des milices associatives et des nervis de toutes sortes d’officines gauchisantes aux franges de la délinquance. Sans oublier les mahométans toujours disponibles pour aider à démolir un peu plus la France.

Ce pourrait être l’amorce d’une paralysie générale. Peut-être avec un peu de chance le début d’une guerre civile. Car j’ai peine à croire que, cette fois, tous les hommes des casernes sans exception resteraient dans une prudente et lâche expectative.

Vers une coexistence non pacifique ?

Le pire n’est pas inéluctable. Surtout avec un inverti écouillé qui frime beaucoup, brasse du vent comme une éolienne et aime se donner en spectacle façon gay pride. Mais reste intrinsèquement un pétochard. Qui s’entoure d’une garde prétorienne dès qu’il met le nez dehors. Et envoie ses sbires mettre au pas une lycéenne qui s’est permis de lui faire une remarque critique… On peut douter toutefois que ses rodomontades impressionnent le Merluchon, lui même expert en la matière.

Une alternative serait alors qu’il nomme une Premier sinistre « civilisé » issu des rangs des gauchards, croyant les amadouer, sans être obligé d’avoir l’arête du Merluchon en travers du gosier.

Mais là encore, la gauche ayant souvent fait preuve d’une unité, d’une cohésion et d’une discipline dont les droites sont hélas incapables, cette solution pourrait avorter avant même d’avoir commencé. Et enfin, on se trouverait dans la situation idéale pour la suite : le Merluchon à Matignon.

Deux caractériels égotistes, deux irresponsables psychorigides, deux autistes emmurés dans le bunker de leurs certitudes, cela aurait des chances de conduire à un blocage du pouvoir. Les deux énergumènes se neutraliseraient mutuellement. Plus motivés et occupés à se pourrir mutuellement la vie qu’à emmerder les Français.

Le Merluchon ferait voter ses délires économico-écolo-wokistes pour leur donner force de loi. Et le Macaron, même s’il les approuve sur le fond, refuserait de signer les décrets de promulgation, les rendant de ce fait inapplicables. Et l’inertie des hauts fonctionnaires aux ordres de l’Élysée aiderait à saboter le fonctionnement des ministères phagocytés par les nupes, dupes, putes, il n’y a qu’une lettre qui change.

Les patriotes pourraient en profiter pour se refaire une santé

Les institutions étant bloquées, la vraie droite pourrait enfin essayer d’être intelligente. Elle aurait un an pour se préparer à une nouvelle dissolution suivie d’élections générales.

Un an pour neutraliser la rancunière mère à chats, un an pour engager des négociations sérieuses avec Zemmour, NDA, Philippot, un an pour convaincre la frange honnête des LR de rejoindre une union de patriotes. Un an pour chercher des dénominateurs communs en vue d’élaborer un programme de gouvernement.

En espérant que les Macaron et Merluchon ayant prouvé qu’ils étaient indigestes, et donnaient des aigreurs d’estomac et des coliques aux Français, ceux-ci décident d’un régime plus équilibré, meilleur pour leur santé et celle de la Nation.

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/

 

 

image_pdfimage_print

2 Commentaires

  1. Excellent article, c’est toujours un plaisir de vous lire !
    Je soupçonne quand même qu’il y a eu de la triche lors du dépouillement des votes, car c’est étonnant que Zemmour, Dupont-Aignan aient si peu de voix à chaque élection…

Les commentaires sont fermés.