MacroMagnon et Merkel de Néanderthal insultent la Pologne

Publié le 27 août 2017 - par - 13 commentaires - 1 039 vues
Share

Lu sur dreuz.info : « La première ministre polonaise a taxé aujourd’hui Emmanuel Macron d’arrogance et d’inexpérience, en réponse à ses propos sur l’isolement de Varsovie. « Peut-être ses propos arrogants sont-ils dus à son manque d’expérience« , écrit Beata Szydlo dans un communiqué adressé à Reuters. « Je (lui) conseille de se concentrer sur les affaires de son pays… Peut-il obtenir les mêmes résultats économiques et le même degré de sécurité pour les citoyens (français) que ceux qui sont garantis en Pologne ? »

En clair : L’arrogant MacroMagnon « ne décidera pas de l’avenir de l’Europe« .

Selon la pensée complexe de MacroMagnon élu-président de l’arrogance et de l’inexpérience : « Les Polonais méritaient mieux qu’un gouvernement qui trahit les valeurs européennes« . (Lefigaro.fr) Ben voyons !

Patrick Edery Lefigaro.fr : « Pourquoi le couple Merkel-Macron sème la discorde en Europe centrale« . Patrick Edery déplore que le maintien discutable de la domination du couple franco-allemand dans l’UE se fasse « au mépris des puissances d’Europe centrale, et notamment de la Pologne« .

Maya Szymanowska Lefigaro.fr : « Travailleurs détachés : la Pologne vent debout contre le projet de révision (de MacroMagnon). Varsovie considère l’engagement de réformer la directive Travailleurs détachés (de MacroMagnon) comme une menace pour l’économie polonaise. Le ton est monté entre Varsovie et Paris. Macron taxant la politique menée par le gouvernement conservateur d’isolationnisme… » Ben voyons !

Isabelle Lasserre Lefigaro.fr : « Macron a critiqué le pouvoir polonais, qui refuse de durcir la directive européenne sur les travailleurs détachés. Varsovie dénonce « l’arrogance » (de MacroMagnon). Il fallait crever l’abcès. C’est désormais chose faite. Le refroidissement des relations franco-polonaises s’est transformé en crise diplomatique. Macron a tenté de passer en force sur le dossier des travailleurs détachés. Il a essayé de rallier à lui deux des quatre pays du groupe de Visegrad, la République tchèque et la Slovaquie, pensant ainsi pouvoir affaiblir l’opposition de la Pologne et de la Hongrie à son projet de durcissement de la directive européenne sur le sujet. Varsovie a contre-attaqué en prévenant qu’elle refuserait « jusqu’au bout » une réforme du texte européen. Le refus polonais a visiblement eu raison de la patience (de MacroMagnon). Il a vivement critiqué la décision de Varsovie, qui avec cette « nouvelle erreur » « se met en marge de l’histoire, du présent et du futur de l’Europe« . Jugeant que les Polonais méritent mieux que leurs dirigeants, qui trahissent les valeurs européennes, Macron a regretté que le pays ait « décidé de s’isoler« . Les déclarations (de MacroMagnon) sont « arrogantes » a répondu la première ministre polonaise, dues « à son manque d’expérience et de pratique politique« . « La Pologne, a-t-elle ajouté, est membre de l’Union européenne au même titre que la France. »

« La relation franco-polonaise a subi un fort refroidissement à l’automne 2016, avec le nouveau pouvoir issu du parti nationaliste Droit et Justice (PiS). C’est à l’Europe entière que la Pologne pose problème depuis le retour du PiS au pouvoir. Les sujets de divergence avec Bruxelles s’accumulent : crise des migrants, avenir de l’UE, État de droit et valeurs. La Commission européenne a lancé un ultimatum à la Pologne, qui devrait se conformer au droit européen, malmené par des lois visant à réduire l’indépendance du pouvoir judiciaire.

« Comme la Hongrie de Viktor Orban, la Pologne refuse d’appliquer le plan (de Merkel de Néanderthal) de répartition des migrants au sein de l’Union européenne. L’UE ne (comprend pas) les pays membres de l’Est, sous-estimant le danger que représente pour eux la Russie et « méprisant leur refus d’une immigration musulmane« . 28 ans après la chute du communisme et l’effondrement de l’URSS, de fortes divergences opposent les parties orientale et occidentale de l’Europe. « La Pologne est toujours un État tampon entre l’Est et l’Ouest. La sortie du totalitarisme n’est pas si simple à faire. La conception qu’ont les Polonais de la démocratie n’est pas la même que la nôtre. Pour eux, la dictature de la majorité, c’est la loi de la majorité, et pour nous, la dictature de la majorité, ça reste la dictature » (celle de l’incompétence de MacroMagnon et de l’amateurisme de l’État-PS-LREM), affirme Giuliani, le président (UE-soumis) de la Fondation Schuman.

Selon lui « l’incompréhension » persiste entre les pays de Visegrad et les pays d’Europe occidentale. L’immigration musulmane est une atteinte à leur identité. « Il faut mieux penser européen. Il faut du recul, du calme et de la patience ». Au lendemain de la chute du mur de Berlin, la Pologne, sixième pays de l’Union par sa population, a été pionnière dans les réformes économiques. Les traditions européennes et démocratiques de la Pologne sont très fortes. Aujourd’hui, le parti Droit et Justice et les nationalistes ont pris le pouvoir. Mais la société civile réagit (manipulée de l’extérieur par les ONG Soros en Hongrie et en Ukraine). Depuis qu’il est au pouvoir, le PiS a connu trois vagues de manifestations… » (comme font les ONG Soros anti-Trump).

Yohan Blavignat Lefigaro.fr : « Qui est Beata Szydlo, la première ministre polonaise qui défie Macron ? Élue à la tête d’un gouvernement ultraconservateur en 2015, cette femme de 54 ans a pris des mesures en Pologne, provoquant la colère de Bruxelles. Depuis sa nomination, elle n’a de cesse de critiquer « l’ancienne Europe » et sa position sur les réfugiés. Cette ultraconservatrice a sèchement répondu aux accusations (de MacroMagnon) qui reprochait à Varsovie de se mettre « en marge » de l’Europe sur « de nombreux sujets » (???), jugeant ces déclarations « arrogantes« . Qui est Beata Szydlo ? Fille de mineur, diplômée en ethnographie de l’université Jagellonne de Cracovie, Beata Szydlo s’est lancée en politique en se faisant élire maire, en 1998, de la petite ville de Brzeszcze, dans le sud de la Pologne. En 2005, elle se fait élire députée sous les couleurs de Droit et justice (PiS), un parti ultraconservateur et eurosceptique. Au Parlement, l’élue défend les positions de sa formation politique proches de l’épiscopat, sur des questions comme l’avortement, la fécondation in vitro et la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes. Son parti a remporté largement les élections et elle est nommée première ministre le 9 novembre 2015 par Andrzej Duda.

« Je sais que l’on me traite d’ennuyeuse et de quelconque, mais je préfère travailler dur et dans l’ombre que de construire ma carrière avec des feux d’artifice » (du type du maquillage de MacroMagnon).

Le Monde.fr avec AFP : « (MacroMagnon) a qualifié de « nouvelle erreur » le refus de Varsovie de durcir la directive sur le travail détaché. « La Pologne n’est en rien ce qui définit le cap de l’Europe« , a-t-il lancé. La Pologne « se met en marge » et « décide d’aller à l’encontre des intérêts européens sur de nombreux sujets« . Or, « l’Europe s’est construite pour créer de la convergence (selon les diktat de Merkel de Néanderthal).

« C’est le sens des fonds structurels que touche la Pologne » (a menacé MacroMagnon, le jeune prince de l’arrogance, de l’incompétence et de l’amateurisme de l’État-PS-LREM en politique). Ce qui n’est pas sans rappeler les légendaires colères du Président-dictateur fantoche de la république bananière du GROPOPO, le pays imaginaire de l’enfant prodige qui ambitionne de « décider de l’avenir de l’Europe« . (Beata Szydlo)

MacroMagnon, le prince de l’arrogance, de l’incompétence et de l’amateurisme de l’État-PS-LREM a déjà sévi en politique contre le Général Pierre de Villiers. Le chef d’État-major des armées avait exprimé des critiques sur les coupes décidées par Bercy dans le budget de l’armée en guerre au Sahel et au Levant. Il a dû démissionner après le recadrage insultant du jeune MacroMagnon, le prince de l’arrogance en public.

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
dufaitrez

Connaissant la Pologne, ils ne plieront pas, échaudés par l’URSS. Pays digne et Catho.
Ils ont tort sur les Travailleurs détachés, le savent, mais en profitent… Trop beau !
Ils ont raison sur tout le reste avec Visegrad !

Callum

Vous êtes sur d’être ancien chef de service de pédopsychiatrie ? Vous ne seriez pas plutôt nouveau patient en service de géronto-psychiatrie ?

adrien

Les polonais ne se coucheront pas ! Pas du tout la meme mentalité qu’en France, plus de patriotisme et de combativité !

STUREL

l’Elève Macron qui ne peut même pas maitriser sa pulsion Vaudoo Child adolescente et s’arracher à son obsession Mystique et fanatique de l’Odeur du vagin de Brigitte ,sa prof et sa Prêtresse tutélaire , comment ose-t-il donner des ordres et des conseils à des nations libres comme la Pologne ?

alesia

mais tout le monde sait, que micron, a eu une relation, hors norme a l âge de 15 ans, brigitte, si je crois en avait 36 ans, allez faire la même chose , et vous verrez le mur, la prison.. LA PEDOFOLIE CONSENTIE.UNE HONTE.

Joël

Réaction normale de macron et merkel : en bons petits lieutenants du parrain juncker, ils font un rappel à l’ordre à ceux qui ne suivent pas les ordres du maître.
Prochaine étape : les pieds dans le béton au bord de la Vistule ?

Brouillon

On comprend que vous dites qu’il s’y voit. Il y est. Grâce à qui ? Aux électeurs français, dont les insoumis, les centristes une partie de la droite et autres… Ils l’ont voulu ? Ils l’ont !

FRANCE PILLEE

je n’ai pas compris si vous étiez favorable au durcissement de la directive sur le travail détaché

il me semble que sur ce point, macron a raison ; melenchon est lui aussi partisan du durcissement

en revanche, s’agissant des migrants, la pologne a bien raison de ne pas en vouloir

Leresistant

Le problème des travailleurs détachés est un faux problème: revenons à l’Europe des nations, où chaque pays est maitre chez lui!

Abbé conner

Macromagnon! LOL Je l’adopte celle là.

Haggar Dunor

L’arrogance et l’insulte remplacent rapidement le dialogue chez les gens à bout d’arguments. Macrotte est un apprenti-dictateur et un dictateur en puissance… si Poutine ou Trump ne le remettent pas rapidement à sa place !

Callum

Examinons attentivement les deux premières phrases du commentaire de Haggar Dunor.

1) L’arrogance et l’insulte remplacent rapidement le dialogue chez les gens à bout d’arguments : Monsieur Dunor condamne les gens qui remplacent l’argumentation par l’insulte.

2) Macrotte est un apprenti-dictateur et un dictateur en puissance : insulte + affirmation gratuite (le suffrage universel a porté E. Macron au poste de Président de la République, que M. Dunor le veuille ou non).

Je laisse la lectrice et le lecteur conclure.

Chantal

Nicolas Sarkozy sort de son silence et s’improvise conseiller d’Emmanuel Macron
https://francais.rt.com/france/42514-nicolas-sarkozy-sort-de-son-silence-et-simprovise-conseiller-demmanuel-macron

Il a tout de même réussi à se taire pendant 3 semaines… un exploit… Pour être aussi gentil avec cette bille de Macron, c’est qu’il a encore des trucs à lui demander….

… le pauvre, Sarkozy va passer le restant de sa vie à lécher les pompes de tous les Présidents pour qu’ils lui évitent la taule et la banqueroute…