Macron, c'est le racket fiscal et la précarité des retraites


L’imposture du système universel des retraites, dernière réforme avant liquidation des LREM ! Vincent Brengarth : l’universalisme progressiste imposé par la social-gauchocratie de Macron n’a rien à voir avec le progrès. Macron ne propose ni une plus grande égalité, ni une amélioration du système par répartition. En octobre 2019, François Fillon déclarait que la retraite par points permet une chose qu’aucun homme politique n’avoue : ça permet de baisser chaque année la valeur des points, et de diminuer le niveau des pensions.
L’autosatisfaction de la social-gauchocratie, teintée du cynisme des propos de Macron sur la justice sociale, témoigne de la rupture profonde qui se renforce et qui se généralise entre la population et la caste  LREM. Quel projet de société égalitariste se cache derrière cette volonté de paupérisation des retraités ?
Derrière le projet de réforme des retraites de la social-gauchocratie, après celles de 1993, 2003, 2010 et 2014, la mystification veut déplacer la responsabilité du pouvoir exécutif dans les dépenses publiques sur le dos des contribuables. Une précarisation aux antipodes de l’égalité des retraités. Parmi ces injustices, les danseurs de l’opéra de Paris, que l’on voudrait voir danser jusqu’à 64 ans en dépit des contraintes physiques imposés par leur profession, les enseignants dont la retraite est aujourd’hui calculée sur la base des six derniers mois, mais dont la rémunération pendant la vie active est modérée. Parallèlement, le Gouvernement n’entend pas toucher au régime dérogatoire des policiers, plus que jamais mis à contribution dans le cadre de la répression des mouvements sociaux. Outre le fait qu’il est incohérent et aux antipodes de l’égalité, le projet de réforme des retraites de la social-gauchocratie repose sur l’inégalité, comme au ministère de l’intérieur.
Derrière le projet de réforme des retraites de la social-gauchocratie, pour les avocats, il est question de briser un régime qui a été voulu et pensé comme autonome, géré par la Caisse Nationale des Barreaux Français. Il s’agit de remettre en cause un système autonome et ses règles internes de fonctionnement solidaires, en imposant une augmentation des cotisations de 14% à 28% pour une pension moindre. Dans ces conditions, c’est une gageure de voir l’intérêt d’un tel changement. Les infirmières, les kinés, les agents du métro ne sont pas en reste. La réforme concerne un véritable déni de justice de la social-gauchocratie.
Le projet de réforme des retraites de la social-gauchocratie est une nouvelle régression des libertés !
Cécile Philippe : « La question de l’universalité du régime des retraites est (le mensonge) au cœur de la réforme imposée aux Français. Supposée effacer les inégalités entre les retraites du public et du privé, la social-gauchocratie incarne le mythe égalitariste donnant à chacun les mêmes droits à la pauvreté réelle, et cela correspond à un idéal de la social-gauchocratie de la « pauvreté pour tous » après Hollande en scooter !
Il est impossible qu’un système soi-disant universel des retraites de la social-gauchocratie égalitariste puisse répondre aux attentes variées des cotisants. En France, la diversité en matière de retraite et l’équilibre mis en place au lendemain de la Seconde Guerre mondiale concernent les nombreuses institutions qui s’en occupent : l’Ircantec, l’Agirc-Arrco, les régimes des professions libérales, le Fonds de réserve des retraites (FRR), l’Établissement de retraite additionnelle de la fonction publique (ERAFP), le fonds de pension public.
Ces institutions ont une place importante en matière de diversification des modes de gouvernance. Certaines ont constitué des réserves, et provisionné entièrement leurs engagements, à l’instar de l’ERAFP. Les complémentaires gérées par les partenaires sociaux se sont montrées beaucoup plus prévoyantes que l’État, cela depuis l’origine des protections sociales. Les partenaires sociaux ont fait preuve de responsabilité dans la gestion des régimes de retraite individuels (Préfon) ou collectif (Agirc-Arrco), avec des règles de gouvernances de meilleure qualité, l’absence de déficits et la constitution de réserves significatives.
Le choix d’un régime de retraite universel est un choix profondément moralisateur qui tout en étatisant l’ensemble du système, cache les différences d’approche, voire les conflits majeurs existant entre les gens, d’où la profonde résistance des Français à l’égard du projet de réforme des retraites de la social-gauchocratie.
Macron s’est redit déterminé à mener à terme la réforme des retraites de la social-gauchocratie et n’a rien lâché sur l’âge pivot de départ en retraite à 64 ans qui a mis en colère les syndicats réformistes CFDT, CFTC et UNSA. Mais, à moins d’être partisans d’un passage en force, Macron et le premier ministre ont deux semaines pour modifier la présentation de la réforme en conseil des ministres, la semaine du 20 janvier.
La défiance sape l’adhésion des Français aux mensonges de la réforme des retraites de la social-gauchocratie ! C’est pourquoi, dans les manifestations contre les mensonges de la réforme des retraites de la social-gauchocratie, la trêve de Noël est largement rejetée : « Sous le sapin, la grève » ! (Slogan moderne).
Réforme des retraites : l’alerte des économistes proches de Macron. « Dans une tribune au Monde, les économistes Aghion, Bozio, Martin et Pisani-Ferry, qui ont inspiré le programme de Macron en 2017, veulent revenir aux objectifs initiaux de la réforme. Le débat sur les retraites est mal engagé. Alors que les réformes des trente dernières années avaient pour but de réduire le poids des pensions dans le produit intérieur brut (PIB) de la France, ce n’est pas le cas du projet de système universel qui fait l’objet d’un procès en régression sociale. Et alors qu’il vise à instaurer l’égalité des règles entre professions et statuts, il lui est reproché de piétiner l’impératif de justice. Il est absolument nécessaire que les Français retrouvent confiance dans la retraite par répartition et la solidarité. Pour réussir une réforme ambitieuse, il faut de la clarté sur sa finalité, sur ses paramètres, sur la gouvernance du système et sur les conditions de la convergence des régimes existants. Cette clarté a jusqu’ici manqué. Pour convaincre, le gouvernement doit sans délai y remédier. »
Le projet de réforme des retraites de la social-gauchocratie est une des tares des intellectuels LREM qui ont inventé cette tragédie. C’est pourquoi les manifestations et les grèves viennent marquer les limites de cette ultime fumisterie de la réforme universelle, paralysée par la CGT, les Français et les syndicats suivistes.
Le projet de réforme des retraites de la social-gauchocratie ne dispose pas d’assez de volonté ni de force de conviction pour imposer les décisions politiques de la macronnerie vulgaire. Certes, le tableau que présente le projet de réforme des retraites de la social-gauchocratie n’est pas plus noir que celui de la PMA-GPA pour les homosexuelles. L’émergence d’une opinion publique qui refuse de subir plus longtemps les mystifications de Macron gay-friendly est une révolution dont Macron commence à peine à entrevoir les effets.
Trop disparate pour être démocratique, cette réforme des retraites de la social-gauchocratie voulait que l’opinion des Français soit manipulable, comme pendant la loi-travail ! Elle ne propose pas de progrès, et elle est généralement si injuste que demain, tous les Français seront concernés par la baisse des pensions.
C’est pourquoi les manifestations de masse des Français, contre les mensonges et les manipulations du sectarisme de la réforme des retraites de la social-gauchocratie, peuvent empêcher ce projet d’aboutir.
Ce sont elles qui obligeront Macron gay-friendly à reculer et à restreindre son ambition de pouvoir absolu pour imposer la réforme des retraites de la social-gauchocratie contre le peuple. Grâce à elles, si avec Macron un nouvel ordre moral est impossible, du moins le chaos et le pourrissement du mouvement voulu par Macron seront improbables. La difficulté est que, si l’opinion publique des Français exerce une influence, c’est pour le retour de la morale et de la justice. C’est ce qui aura permis de libérer le peuple de la tyrannie de la social-gauchocratie totalitaire. C’est pourquoi la réforme des retraites de la social-gauchocratie de Macron va dans le mur ! En fait, la révolte populaire, si elle n’échoue pas dans ses fins, contient en puissance un espoir de démission des LREM et de Macron, après la mise à l’écart nécessaire du rentier Delevoye de garage.
Mais si l’esprit de liberté des Français n’est pas seulement un acquis de la raison, c’est aussi un fait culturel attaché à la conscience démocratique qui a pour but de continuer à s’imposer dans le pays réel.
Surtout, il est clair que la raison soi-disant économique de la réforme des retraites de Macron et de la social-gauchocratie est sans effet si, en raison d’une conjoncture politique catastrophique, la confiance ne suit pas. Faire croire à la raison économique, c’est-à-dire faire confiance à la compétence des experts LREM pour pacifier le peuple révolté, est aussi illusoire que d’espérer imposer l’injustice au nom des lois LREM.
« Les objectifs de la réforme, lisibilité, sécurité, confiance, équité, ont été trahis par des considérations budgétaires des lois LREM qui détournent de l’essentiel. Depuis le début, c’est cafouillage sur cafouillage face au flou de la réforme des retraites. » C’est pourquoi les régimes bien gérés vont sûrement se faire dépouiller !
C’est bien le racket fiscal de Macron et la précarité pour tous de l’imposture de la social-gauchocratie.
 

image_pdf
0
0

9 Commentaires

  1. Ce qui se cache derrière cette volonté de réforme des retraites : outre entre autres duperies, celle de ne pas dire clairement que grâce à l’immigration volontairement incontrôlée, dont les travailleurs – s’ils travaillent un jour – étaient censés payer les retraites de ceux à venir- seront moins payés et coûteront moins cher aux entreprises, surtout les pour les grosses – voilà !
    En attendant, macron investit sur les nouveaux arrivants appelés « migrants » que j’espère un jour voir définir « remigrateurs » ! Et en attendant également, macron presse et le contribuable français et la planche à billets – quand il n’emprunte pas -, ce qui veut dire qu’à plus ou moins long terme votre euro ne vaudra plus rien !

  2. on n a pas le droit de juger choupinet car , l expertise psychiatrique revelera des troubles sicologiques avec affection morbide . il fume le chichon aussi ?

  3. La retraite par points n’est que l’aboutissement de deux constats :
    Une Démographie inversée et coûteuse…
    Un individualisme grandissant lié à l’explosion de la Redistribution !
    (Retraites = 14 % du PIB, Redistribution = 34% !!)
    Il y a 38 ans, la retraite était à 65 ans !! Tout allait bien.
    On parlait de QI plus haut ?
    On pinaille sur 64 ans ???

  4. macron l’avait annoncé, non ?
    il a été élu avec les voix des syndicats, des insoumis et autres bêlants aujourd’hui

    • MLP avait prévenu les français, nous en sommes là parce que certains ont joués la soude oreille et préférés écouter les mensonges de Macron !

  5. Excellente analyse de TMN!
    Il convient d’ ajouter que cette réforme des retraites a pour seuls objectifs d’ abord de spolier les Français en les faisant payer de plus en plus pour percevoir de moins en moins, en suite de financer l’ importation massive des racailles afro-arabo-mahométanes et enfin de gaver grassement ces dernières comme des palmipèdes!!!
    Ce qui vérifie, une fois de plus, que la républiquekipu est, depuis 1792 à ce jour, le parti de l’ étranger, des escrocs, des menteurs et des voleurs!!!
    L’ immense majorité des Français qui se lèvent tôt pour bosser, qui fument des clopes et qui roulent au diesel en sus d’ être blancs, judéo-chrétiens et hétéro sexuels sont la cible de cette macronerie de la républiquekipu. Les grévistes vont être atteints dans leurs ressources…

    • …financières suite au non-payement des journées de grès… déjà plus d’ un mois en moins… il convient donc d’ ajouter de nouvelles stratégies et de nouvelles techniques de combat contre la républiqueki pu du maquereau macron en langue picarde en l’ atteignant là où cela lui fait très mal: au portefeuille en réglant amendes, impôts, taxes, redressements douaniers et fiscaux par lettre-deux-chèques-manuels-en-euros-sur-la-banque-de-Polynésie–à-l’-ordre-du-trésor-public et ce sans limitation ni de montant, ni de nombre, ainsi que je pratique avec succès depuis plus de 10 ans avec pour chaque règlement ainsi effectué par mes soins pour le compte du contribuable le récépissé ad hoc du percepteur concerné à ce contribuable. Ainsi, chacun réalise d’ abord une substantielle économie, ensuite,

      • …le maquereau macron en langue picarde de la républiquekipu est réduit à l’ impuissance et, enfin, cela fait autant de fonds en moins pour les racailles afro-arabo-mahométanes qui seront donc bien moins nombreuses à venir en France!
        Pour tous renseignement: me contacter à fcdc@bbox.fr Tél.: 06 04 08 46 36 Fernand CORTES de CONQUILLA Cercle Légitimiste de France 31 place Sylvain Dumon 82400 Valence d’ Agenais

Les commentaires sont fermés.