1

Macron économiste ? C’est du foutage de gueule !

Le ministre de Bercy de Hollande déguisé en nouveau président de la République a-t-il aussitôt oublié sa promesse de réformer l’État, non pas en paroles mais dans les faits ? Ni droite, ni gauche, avec Juppé-Bayrou de la droite molle et tous les socialistes recyclés LREM, quelle mystification ! Mais certainement pas le nouveau monde fait avec du vieux monde pour les apparences du neuf de pacotille. C’est la grosse arnaque.

Macron économiste ? C’est le foutage de gueule du gars si peu engagé sincèrement en faveur de la réforme de l’État. Pourtant, au cours de sa campagne hystérisée, et aux premiers jours de sa présidence, Macron fait tout ce qu’il faut en matière de bavardage ! À croire qu’il avait été convaincu par les apparences.

Macron ministre de Bercy de Hollande compétent en économie ? C’était beau comme un mensonge !

Comme n’importe quel gros mensonge conforme à ses engagements de campagne sur la réforme de l’État, son équipe gouvernementale, avec les Juppé-Bayrou de la droite molle et tous les socialistes recyclés LREM, est sûrement parvenue à ne pas faire oublier l’incompétence naturelle de la macronnerie ordinaire.

La mise en cause des mâles blancs dans la haute administration ne peut cacher longtemps son bilan médiocre quant aux questions d’Économie et à propos des droits des Français contre les migrants étrangers.

Mais les Français ne sont pas naïfs et ils ont flairé l’embrouille dans ce foutage de gueule de Macron avec ce programme de pacotille et de mystification de la réforme de l’État. Quant à la réforme de l’Économie revendiquée par Macron, ministre de Bercy, mais sans être appliquée, elle est limitée à un gigantesque racket fiscal dans lequel Macron a sauté à pieds joints avec la CSG de la honte, les impôts nouveaux et les taxes.

Ainsi quand, comme argument de campagne en faveur de la réforme de l’État, il avance la place qu’il veut accorder à la CSG de la honte, aux impôts nouveaux et aux taxes, on comprend pourquoi le PIB stagne, pourquoi le chômage augmente, pourquoi la dette explose, pourquoi la consommation se tarit et pourquoi la TVA s’affaiblit, pourquoi la croissance est très faible et pourquoi le déficit du commerce extérieur se creuse.

Macron, ancien ministre remplaçant de Bercy dans l’équipe de branquignols de Hollande, oublie les règles élémentaires de l’Économie libérale que Trump a si bien compris et mis en œuvre avec plus de 4% de croissance aux États-Unis. Macron, c’est précisément augmenter la fiscalité pour ne pas mettre en œuvre la réforme de l’État qui plombe l’Économie. Quand Macron finira par tempérer le fiscalisme confiscatoire, il sera trop tard. Il n’a pas compris que l’Économie repose sur la confiance et que ses macronneries ont fait long feu.

Une vraie réforme de l’État, c’est indispensable pour changer l’ambiance et redonner confiance aux acteurs de l’Économie. Et la réforme de l’État a des qualités pour relancer l’Économie, ce dont Macron aurait tort de se priver. À quel point est-il un économiste ? Et ses promesses de campagne ? Macron a eu recours à des postures de campagne du vieux monde qui reposaient déjà sur l’opportunisme et la démagogie. Pas une seule de ses promesses n’a été tenue et la dernière reculade sur la dépense publique a définitivement sonné le glas de la réforme de l’État. Les dépenses somptuaires sont partout et les économies, selon Macron LREM, sont au pire comme toujours sur le dos des Français les plus pauvres, surtout parce qu’elles sont illégitimes !

Pour sa vaisselle en or et ses copains de la diversité, Macron opprime fiscalement « ceux qui ne sont rien », les retraités, abusant de leur faiblesse et de la misère dans laquelle ils tentent péniblement de survivre.

Macron n’est responsable de rien ! Et surtout pas responsable de Benalla, ni du groupe incompétent LREM, et encore moins de l’Économie. C’est la faute des autres, c’est-à-dire des entrepreneurs qui ne font rien de ce que Macron voudrait leur imposer, comme l’obligation de financer les arrêts-maladie des salariés.

Ce « grandiose économiste juvénile » se limite à barbouiller en rouge socialo-communiste ses brouillons de réforme de l’État. Certes, il n’y a jamais eu autant de barbouillage juvénile en politique et on est encore loin de la maturité ! Y avait-il vraiment de quoi parler de réforme de l’Économie avec le scandale des radars à 80 km/h et de la CSG de la honte ? En clair, comme dans l’ancien monde, le changement c’est pas maintenant !

Macron, conseiller de Bercy, oublie qu’il part de la base du fiscalisme de Hollande le faible, le roi UBU déchu avec sa Pompe à Phynances !  Pas de quoi se rengorger du fait qu’on se rapproche à peine du PIB du mandat socialiste précédent. Si En Marche a contribué à cette agonie socialiste, ce n’est pas une surprise.

Si les Français ont hérité de la « pauvreté pour tous » de Hollande au profit des migrants, chacun sait que Macron ne fait qu’aggraver la déchéance du pays réel. En clair : « Macron, c’est Hollande en pire ».

Macron, conseiller de Bercy, ce n’est sûrement pas ce qu’on peut appeler un bond en avant !

Ce qui est intéressant, c’est de voir comment Macron veut nous entuber avec sa communication.

Et pas seulement avec Benalla. Il s’est empêtré dans une arrogance juvénile vaseuse et balbutiante : « Qu’ils viennent me chercher ! » Alors, on lui ressort les arguments du grand, très grand, Winston Churchill :

« Les économies, c’est très bien, surtout (quand les autres) les font pour vous !

« Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses.

« La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.

« On considère le chef d’entreprise comme un homme à abattre et une vache à lait. Peu voient en lui le cheval qui tire le char. (Car c’est d’abord les compétences de l’entreprise et la qualité des personnes !).

« Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur.

« Il ne sert à rien de dire Nous avons fait de notre mieux. Il faut réussir à faire ce qui est nécessaire.

« (LREM est) un groupe d’incapables de faire quoi que ce soit qui décident que rien ne peut être fait !

« Un (militant islamo-gauchiste anarcho-immigrationniste), c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant (stupidement) qu’il sera le dernier à être dévoré.

« Un politicien, c’est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est capable d’expliquer pourquoi (en l’absence de résultats en matière l’Économie) rien ne s’est pas passé comme il avait dit.

« En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit » (pour les militants immigrationnistes). (Le Figaro)

Macron l’économiste de la diversité ? C’est bien le foutage de gueule de l’Anti-France !

Thierry Michaud-Nérard