1

Macron envoie l’armée pour mater les Gilets jaunes !

Incapables de répondre à la colère populaire des Gilets jaunes qui sont désormais infiltrés par Black Blocs et Antifas qui cassent et démolissent tous les symboles de la République et les commerces prospères, nos dirigeants, préférant la facilité, le ski ou les boîtes de nuit, ont décidé de remplacer les forces professionnelles du maintien de l’ordre CRS et gendarmes par notre armée.

Cette armée est qualifiée pour affronter un ennemi désigné sur le terrain et le détruire avec ses armes classiques létales. Elle n’est en rien qualifiée pour assurer des vagues destructrices de gens cagoulés qui veulent semer la violence mais qui ont en réserve la médiatisation habituelle qui leur permettra de se justifier si des bavures sont commises.

L’exemple le plus évident de la non-qualification de l’armée en maintien de l’ordre est la manifestation pourtant non violente de Français, drapeaux tricolores en tête, qui s’avançait rue d’Isly le 26 mars 1962. Une section de tirailleurs fit feu et tout le monde connaît la suite. On releva 80 morts et 200 blessés, tous français.

L’armée est faite pour une guerre et à la guerre, on tue l’ennemi, il n’est pas question de lui laisser le terrain. Sauf que la manifestation de la colère du peuple n’est pas la guerre, mais la démonstration de sa volonté de conserver sa démocratie qu’il voit partir en morceaux.

C’est toute la différence avec le maintien de l’ordre professionnel CRS et gendarmes équipés par des grenades lacrymogènes, des lanceurs de balles en caoutchouc, certes destructeurs mais qui ne sont pas faits pour tuer.

Le travail de renseignement qui n’est pas fait sur les groupes violents ou qu’on ne veut pas faire, car cette violence est peut-être la solution pour nos dirigeants de jeter l’opprobre sur ceux qui contestent leur légitimité. La solution nécessaire pour faire cesser la casse gratuite est d’arrêter les vrais responsables de cette casse. Mais on peut légitimement se demander si les véritables casseurs n’habitent pas les lieux de commandement et peut-être même le plus haut d’entre eux…

Les gens qui nous gouvernent ont envisagé une solution vicieuse qui leur permettra, si des incidents sont provoqués, de se défausser sur l’armée et sur les Gilets jaunes qui n’y seront pour rien. Mais l’amalgame étant fait depuis longtemps par la presse et les organes officiels,  ils pourront ainsi dire qu’ils ne sont pour rien dans l’affaire et pourront regagner station de ski et boîtes de nuit, ayant peut-être décidé pour l’occasion de monter dans la répression de justice et tuer la colère justifiée du peuple français.

On aurait pu espérer que le chef d’état-major de l’armée refuse cette solution ou démissionne, mais le courage d’un militaire ne se vérifie que sur le terrain contre l’ennemi et non contre le chef des armées, mais aussi chef des promotions…

Pierre ESCLAFIT