Macron est-il toujours légitime ? Juges et policiers doivent-ils lui obéir ?

Publié le 9 décembre 2018 - par - 12 commentaires - 815 vues
Share

La plupart des théoriciens sur les formes de gouvernance soutiennent sans désemparer qu’en Démocratie seul le gouvernement en place détient le monopole de la violence légitime pour faire respecter l’ordre public.

Tous les universitaires, philosophes, commentateurs, éditorialistes et sbires du pouvoir payés pour la propagande et non pour l’information nous rabâchent les oreilles avec leur notion d’État de droit.

Mis en place à l’issue d’un processus d’élections citoyennes, la légitimité du gouvernement actuel vaudrait ainsi jusqu’aux prochaines élections.

Ce qui se passe en France actuellement avec Macron et sa bande maffieuse oblige à réfléchir plus sensément pour revenir à la source de l’organisation de la démocratie française.

Dès l’abord et rétrospectivement, on peut désormais affirmer que Macron en 2017 comme Pétain en 1940  sont arrivés par effraction au sommet de l’État, constituant tous deux de grandes anomalies de l’Histoire de notre nation.

L’analogie entre les deux est on ne peut plus pertinente.

En 1940 c’est toute une théorie de politiciens complètement discrédités par la défaite qui abandonne le pouvoir au maréchal, en 2017 c’est toute une théorie de forces antifrançaises discréditées par la défaite des politiciens professionnels qui transfère la souveraineté de la nation à son fossoyeur Macron.

Si dans les formes la France a été le pays d’élections libres, dans les faits tout était truqué dès le départ pour arriver au seul résultat souhaité par la diaspora économico-financière mondialiste qui gère la planète pour son seul profit.

Mais en admettant que le processus démocratique ait été respecté en 2017, les chiffres de l’élection obligent à s’interroger sur la légitimité initiale du chef de l’État compte tenu du nombre de votants qui se sont réellement portés sur son nom :

Sur 47 568 693 inscrits, seuls 31 381 603 suffrages ont été exprimés, soit 66 %.

Sur ces 66 %, Macron en recueille 66,10 %, soit 20 743 128 voix sur 47 568 693 inscrits.

Sur 47 568 693 inscrits Macron est élu avec 20 743 128  suffrages, soit moins de la moitié.

Il est bien élu à la majorité puisqu’au 2e tour, seuls 10 638 475 voix se portent sur le nom de Marine Le Pen, mais à la minorité des inscrits.

Les abstentionnistes et les votes blancs peuvent être considérés comme des attentistes qui laissent faire faute de mieux mais ne soutiennent pas, ils veulent voir pour se décider en somme.

C’est probablement de là que naît l’erreur d’analyse des LREM qui se sont crus investis d’un mandat sans frein de réformes à la hussarde.

Quand Macron affirme « je vais faire une politique nouvelle pour créer un pays nouveau qui va être great again, le monde ancien est mort », le Gaulois réfractaire lui répond « pourquoi pas ??? Vu ce que l’on a connu depuis trente ans, ça ne peut pas être pire ».

Quand Macron commence à supprimer l’ISF, y’a comme un petit blanc si j’ose dire par les temps qui courent, mais puisqu’on nous a dit que c’est autrement, il faut bien commencer par quelque chose.

Mais quand Macron se met à tout saccager dans le système social redistributif du pays et dans les services publics dont l’efficacité est le reflet de la richesse nationale, Macron et sa bande mafieuse perdent progressivement tout crédit en France jusqu’à arriver en décembre 2018 à moins de 20 % d’avis positifs sur leur politique.

On peut nous seriner qu’un gouvernement ne doit pas diriger un pays en fonction des sondages, il n’empêche qu’un mouvement de contestation soutenu par près de 80 % de la population oblige à réfléchir sur la légitimité du gouvernement et son droit à utiliser la force publique et la violence comme monopole d’État.

Or, quoi qu’en disent tous les théoriciens et exégètes de la virgule et du point d’interrogation qui tartinent confusément leurs 500 pages sur la violence monopole d’État en se noyant sur des détails de l’Histoire sans intérêt pour l’objet examiné, tout le monde oublie l’essentiel qui tient pour la France en quelques lignes de la Constitution et les conséquences qui en découlent par le seul effet de la logique sémantique.

L’article 2 érige le principe de la République française qui est le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

L’article 3 affirme que « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » et qu’« Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ».

 

Comme une majorité de Français ne veut plus ni de Macron ni de sa bande mafieuse LREM, il s’ensuit que désormais le pays n’est gouverné que par une « section du peuple » à laquelle la Constitution ne reconnaît aucune légitimité.

Dans la hiérarchie des principes républicains inscrits dans la Constitution, c’est l’article 2 qui prévaut, et l’élection du président de la République pour 5 ans ne vaut plus si le peuple de France estime que le principe du « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » n’est plus respecté.

La majorité des citoyens peut alors décider par référendum d’annuler sans délai le mandat donné à tous ses représentants si elle estime qu’ils ont trahi la souveraineté nationale qu’ils sont en charge de faire respecter  par simple délégation et non pour leur propre compte ou le compte d’une faction.

Si le référendum est concluant, tous les mandats sont annulés et il doit être procédé à de nouvelles élections.

Nous voyons donc que le gouvernement Macron est obligé constitutionnellement au référendum si une majorité de citoyens l’exige.

Autre conséquence dont tous les policiers et juges doivent maintenant tenir compte sous peine de devoir s’expliquer si un jour un autre gouvernement est élu : si une majorité du peuple de France reprend aujourd’hui directement à son compte l’exercice de la souveraineté nationale jusqu’à de nouvelles élections, le gouvernement actuel sur le départ a perdu le monopole de la violence légitime puisque le peuple s’est réapproprié ce pouvoir pour l’exercer directement.

En obéissant aux ordres de ce qui est devenu « une section du peuple »  à laquelle la Constitution dénie tout droit dans le gouvernement de la nation, ces policiers et juges se mettent dans l’illégalité lorsqu’ils arrêtent ou jugent  des citoyens qui demandent pacifiquement à reprendre leur droit constitutionnel d’exercer directement la souveraineté nationale, en attendant de la confier à de nouveaux représentants.

En effet, la police peut toujours avoir le monopole de la violence légitime, mais elle doit alors l’obtenir de la majorité des citoyens de la rue si cette dernière veut bien la lui confier, et non du gouvernement actuel qui ne représente plus qu’une caste minoritaire.

Les juges et policiers devraient ainsi dès maintenant commencer à réfléchir aux ordres de qui ils doivent être avant d’obéir aveuglément.

Et le gouvernement actuel qui persisterait à ne pas répondre aux exigences de la majorité des Français qui veulent de nouvelles élections deviendrait de facto un régime fasciste en s’asseyant sur la Constitution.

À moins qu’il n’obéisse dès maintenant aux injonctions de faire enfin une politique souverainiste en fermant les frontières, notamment à la concurrence déloyale, et en expulsant les désosseurs qui pillent les transferts sociaux et les richesses du pays, en mettant au pas les forces antinationalistes, en quittant l’Onu et les autres machins internationaux qui coûtent un pognon de dingue sans rien rapporter, pour essayer, dans un dernier sursaut, de retrouver la confiance du Gaulois réfractaire.

Jean d’Acre

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Soazig

Révisez votre Histoire Monsieur..
Le Maréchal Philippe Pétain n’est pas un usurpateur, il n’est pas arrivé par effraction comme Macrotte..de plus, à la diférence du freluquet, lui est un héros qui a sauvé la France à Verdun..même si cela vous dérange de le reconnaître..
Les courageux qui prenaient la fuite vers Londres sont venus le chercher..
un vieillard de 81 ans..qu’il ai fait des erreurs est une autre histoire..
Je n’ai pas lu votre article qui commence si mal..désolée..
L’Histoire est l’Histoire..il n’est d’ailleurs pas certain qu’un autre aurait fait mieux..il est un peu facile de juger plus de 70 ans après..

DUFAITREZ

Encore le referendum ! Invocation permanente ! Il y en a de 2 sortes.
– Confirmation à la majorité des électeurs. (Maestricht et Lisbonne, de triste mémoire).
– Demande de décision du Peuple sur un thème précis, jamais appliquée…
Condition ? 60 députés et 4, 500.000 signatures.
C’est possible !
(ceci de mémoire, car mes recherches n’aboutissent pas… Rien !)

Enée

La question n’est pas de se demander s’il est légitime ou non, mais plutôt si nous n’avons pas à faire à un MALADE.

Clamp

Du moment que Macron réprime des acteurs innocents des manifestations et laisse à des délinquants le champ libre pour casser, brûler, blesser, intimider et piller, que des délits, évidemment qu’il a d’office perdu toute légitimité, et il faut impérativement que les réseaux sociaux et les sites de réinformation se fasse l’écho d’une telle forfaiture, mais en plus, également qu’évidemment, la police doit faire sécession d’avec le sommet de la chaîne de commandement et faire enfin ce pourquoi elle est payée, c’est-à-dire faire respecter l’ordre et la paix civile. Nos policiers ne sont pas dignes de leur fonction, et les groupes… lire la suite

patphil

le gars a été élu! ses godillots aussi! d’ailleurs 20% des veaux vont voter larem aus européennes, c’est dire s’il y a des masochistes en france
les juges s’en foutent, ils exonèrent les malfrats, et se régaleront des accords de marrakech
quant aux policiers, qu’ils commencent par ne plus verbaliser les gens du peuple pour des broutilles, prendre le gouvernement à la gorge, c’est le seul contre pouvoir qu’ils ont

Antoine

arrêtez de sortir Pétain de votre chapeau à tout bout de champ : la situation n’est pas comparable ! Diaboliser Pétain , c’est justifier Macron, SOS racisme et tutti quanti !!

Dupond

Antoine
+100000000000000000

marie louise chatel

Monsieur macron, Malgré le « pognon de dingue » que vous nous prenez, vos « costards », le « boulot » de président que vous avez trouvé, le soi-disant lettrisme qui émane de vos discours que vous récitez sans aucune conviction et souvent « sans tout comprendre ce que vous lisez » ( sic vous lors d’un meeting !) sachez que je n’envie pas votre emploi du temps. Descendre d’un avion, d’une voiture en mettant ou enlevant votre bouton de veste, courir de commémorations en inaugurations et repentances, car, en fin de journée, je n’aurais pas l’impression d’avoir été utile à la France et d’avoir fait reculé le… lire la suite

kabout

il est légitime mais avec 80% des francais qui ont la haine de lui il ne tiendra pas jusqu’en 2022,il ne fera plus rien et a chaque réforme qu’il fera les gens descenderont a Paris manifester,les juges,journalistes,politicards verreux seront toujours du coté de celui qui gouverne qui tient le baton il ne faut rien attendre de tout ces gens la,policiers et militaires ca peut bouger et basculer coté peuple.

Dupond

kabout
+10000000000000000000000
C’est le manque de flouzz qui va précipiter sa chute !!!
http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-le-departement-craint-la-faillite-09-12-2018-7964112.php

Dumas

Tous ces gens vivant comme des parasites dans l environnement du president ont commence a changer de ton, nous le voyons sur les plateaux de television adoucir leurs propos sur les gilets jaunes, et si le vent tournais? Certains vont etre mal a l’aise dans quelques temps.

Jigsaw

Je crains que Macron ne soit toujours légitime. Il a été élu pour 5 ans. Sauf si il démissionne, il faudra attendre l’échéance.