Macron et Le Maire veulent relancer le nucléaire : ont-ils pensé à l’uranium?

La souveraineté ; ils n’ont plus que ce mot à la bouche depuis des mois. Il faut garantir notre souveraineté dans tous les domaines. La souveraineté énergétique est particulièrement populaire depuis que nous avons pris conscience que nous ne sommes plus en mesure de produire suffisamment d’électricité en France pour assurer notre propre consommation. Les plus courageux parlent de souveraineté énergétique nationale, les autres continuent à s’entêter dans cet oxymore qu’est la souveraineté européenne.

Afin d’atteindre cet état de souveraineté énergétique, Macron et Le Maire viennent de comprendre que, non seulement il faut maintenir notre parc de nucléaire civil, mais également le développer, à l’instar de tous les pays industrialisés un peu sérieux comme la Chine, le Japon ou les États-Unis.

Or, on ne peut parler réellement de souveraineté dans un domaine économique qu’après avoir sécurisé (si possible sur le sol national) l’intégralité de la chaîne de production. A titre d’exemple, vous ne pouvez prétendre être souverain dans votre fabrication d’ordinateurs si l’unique producteur de puces électroniques se trouve à Taiwan. Dans le domaine du nucléaire, la souveraineté passe par la fabrication du combustible, à savoir l’uranium enrichi. A l’état naturel, ce que l’on appelle l’uranium 308, ne peut être utilisé comme tel pour faire fonctionner les réacteurs des centrales, car il contient moins de 1% d’uranium 235 (combustible fissile). Le procédé d’enrichissement a pour objectif de faire monter ce taux à un niveau situé entre 3% et 5%.

La question qui se doit donc d’être posée immédiatement est la suivante : quel est notre degré de souveraineté en termes d’extraction d’uranium naturel, d’enrichissement et de traitement des déchets nucléaires ? En ce qui concerne l’enrichissement de l’uranium naturel, et le traitement des déchets, nous disposons encore d’un savoir-faire et d’une technologie propre, de niveau mondial, par le biais d’une société détenue à 80% par l’État, nommée Orano.

Suite à la gestion désastreuse d’Anne Lauvergeon, que Mitterrand avait imposée à la tête d’Areva, la filière nucléaire française s’est retrouvée au bord du précipice. Après recapitalisation par l’État, et restructuration, Areva s’est scindée en trois branches. Orano est celle chargée du combustible sous tous ses aspects.

Orano n’est qu’un nain économique, qui a passé la majorité de ces dernières années dans une situation financière déplorable, et qui n’a renoué avec les bénéfices que très récemment. Il serait peut-être opportun de demander aux génies qui nous gouvernent s’il ne serait pas éventuellement judicieux de recapitaliser correctement cette société, dont l’aspect vital n’est plus à démontrer pour notre économie, afin de lui permettre de rivaliser avec ses concurrentes des autres pays. S’il y a des dizaines et des dizaines de milliards d’euros disponibles pour l’Ukraine, nous devons probablement être en mesure d’en trouver 4 ou 5 pour Orano.

Se pose également la question de l’approvisionnement en uranium naturel. Il se trouve que la France a commencé à réduire sa production depuis 1990. La production d’uranium naturel sur notre sol est aujourd’hui nulle. Nous l’importons de quatre fournisseurs qui sont le Niger (35%), l’Ouzbékistan (25%), le Kazakhstan (30%) et l’Australie (10%). Il est évident que l’approvisionnement en uranium naturel va devenir un enjeu majeur dans les prochaines années. Le prix du minerai d’uranium U308 a même pris plus de 40% depuis le début de l’année. Orano, qui exploite différentes mines au Niger en partenariat avec l’État nigérien, estime que l’approvisionnement de la France n’est pas en danger, et que nous possédons même deux ans de stock sur notre sol.

Il n’aura certainement pas échappé à nos dirigeants que l’Ouzbékistan et le Kazakhstan sont géographiquement dans la sphère d’influence de la Russie, pays avec lequel nous avons en ce moment ce qu’on pourrait appeler une petite divergence de point de vue. En étant pessimiste, on peut même affirmer que les Russes seraient parfaitement en mesure de nous « couper l’uranium » comme ils nous coupent le gaz, nous privant ainsi de 60% de notre approvisionnement.

Quant au Niger, notre principal fournisseur, rappelons que nos soldats y sont toujours présents, par le biais de l’opération Barkhane, mais qu’ils s’attirent de plus en plus l’hostilité des populations, à l’instar de ce qui s’est passé au Mali. Que va-t-il donc se produire si les autorités nigériennes nous demandent de débarrasser le plancher ? Comment allons nous défendre les intérêts d’Orano face aux autres puissances qui ne manqueront pas de venir prendre notre place, comme la Chine par exemple ? Quelles mesures concrètes ont été mises en place ?

Probablement aucune. Comme d’habitude. Macron et Le Maire attendent probablement que les mines soient prises par l’armée nigérienne ou des mercenaires étrangers, les contrats de concession résiliés, nous privant ainsi d’un tiers de notre approvisionnement. Que feront-ils alors ? Des réunions et des déclarations communes avec von der Leyen et Josep Borrell, ces deux incapables notoires ? Des achats groupés d’uranium, qui seront autant couronnés de succès que ceux des masques FFP2 ?

La vérité, c’est qu’il faut relancer d’urgence la Françafrique (sans s’en vanter, bien entendu) et mettre de côté nos pseudo-valeurs humanistes dont 99% de l’humanité n’a absolument rien à faire. Cette méthode a fait ses preuves pendant des décennies, il n’y a aucune raison d’en changer. Il faut revenir aux outils de base qui ont fait son succès : ingérence, corruption des élites, pots-de-vin, chantage, menace et intervention armée si nécessaire.

C’est le seul langage que comprennent la majorité des dirigeants africains. Si nous ne le faisons pas, d’autres puissances le feront, et nous nous retrouverons aussi dépendants d’eux avec l’uranium que nous le sommes vis-à-vis d’autres, avec le gaz ou le pétrole.

Quant aux critiques qui ne manqueront pas de pleuvoir de la part de nos pseudo-partenaires européens, Alphonse de Lamartine nous a donné une réponse toute trouvée : « La critique est la puissance des impuissants ».

Alain Falento

image_pdfimage_print
19

24 Commentaires

  1. Des gisements d’uranium, ce n’est pas ce qui manque en France. J’en connais au moins trois autours de Gueugnon (71130)

    • Dernières nouvelles. Dans les années 80, la mine de Grury aurait servi de dépôt pour des réservoirs de dioxine déposés pendant les nuits. De même que des sacs d’amiante auraient été jetés directement dans l’Arroux. Rivière qui longe le site de Grury et qui se jette dans la Loire à Digoin.
      Les déconologistes ont oublié tout ça et préfèrent la pollution des batteries des véhicules électriques.

  2. Faut relancer le programme Superphénix (SPX) ou le projet Astrid….Enfin, ce qu’il faudrait faire si on était encore maitre chez Nous….

    • OH que oui ! Super Phénix a été tué par con de bandit et tous les déconogistes ignares, si on avait réussi à faire ça nous serions les premiers producteurs d’électricité d’origine nucléaire du monde.. on s’est fait mener en politique énergétique par un pédophile.. Il y a vraiment de quoi s’en féliciter !!

      Mais il n’est pas trop tard si on veut vraiment s’y mettre, en mettant au boulot les ingénieurs en France en les payant à la hauteur de leur compétence plutôt qu’ils ne partent à l’étranger et qu’on importe des CPF… le monde à l’envers vraiment, c’est ça la franconnie avec omicronestrouduc.

  3. si nos centrales nuclaires fonctionnaient avec de la connerie on serait tranquille tres longtemps avec pruno lemaire et surtout avec ces soi disant 18 millions de cons qui ont permis sa remise sur le marché de ses cons tres recherché et dont micron l’enculé s’est attaché les services et les idées lumineuses!d’ailleur sa seule apparition rechauffe ces traitres de journalopes!plus besoin de chauffages pour ces salopes

  4. Aïe, je suis très déçu (pour une fois) par votre article.. En effet :

    l’U308 n’existe pas, c’est une société cotée en bourse au Canada, il n’y a que deux isotopes significatifs dans l’uranium extrait du minerai : U238 environ 99,3% et U235 à 0,7% aisément fissile et utilisable aussi bien dans les centrales que pour les nukes. (Il existe des traces d’isotopes 236 et 237)
    Ensuite, les réactions des réacteurs produisent du plutonium 239 (issu de la fertilité de U238 bombardé de neutrons) qui mélangé à l’U238 à proportion d’environ 10 /90 % produisent du Mox, utilisable à nouveau comme combustible… on n’est donc pas prêts d’en manquer.

    D’autre part, la France a beaucoup d’Uranium, on y a exploité plus de 200 mines, mais évidemment, c’est plus pratique et moins cher de le faire sortir en afwik, comme d’habitude.

    • C est le nom commercial du « yellow cake » et le nom de cotation en bourse, mais je ne voulais trop rentrer dans les détails des isotopes. Il y a effectivement de l uranium en France, mais à quel prix? Personne ne ne veut réouvrir. Il y a aussi des terres rares et de l’or.

      • Le thorium ou un de ses isotopes pourrait être utilisé comme combustible nucléaire : il est plus abondant en Europe que l’ uranium

  5. Champion de l’économie sur l’énergie : il faut subventionner les factures des particuliers, on parle de moitié pour LUTTER CONTRE L’INFLATION… Qui va payer : l’État, ahahahaha ! Donc ils vont demander à l’Europe de racheter les obligations, et on devra rembourser avec intérêts : l’Europe n’a pas l’air très chaude, ils se retourneront vers les banques, qui se retourneront vers l’Europe, qui n’aura pas d’autre choix que d’imprimer des billets et…. relancer l’INFLATION !! Ah ! Ils sont forts.. Des pompiers qui mettent le feu… Puis ils nous demanderont de serrer la ceinture en faisant semblant de ne pas avoir été aux commandes…

  6. A Michel Bernard, si vous avez des connaissances sur ces questions, ce serait intéressant que vous nous écriviez un article, si vous avez le temps?

  7. Macron-nescu s’est (enfin) souvenu que les centrales nucléaires fonctionnaient sans gaz sans charbon et sans pétrole: Yahoooo !
    Il faut garantir notre souveraineté dans tous les domaines. La « souveraineté territoriale » par exemple ? (sic)
    Le Maire comprendre quelque chose ? il ne comprend même pas les âneries qu’il débite : (tirs de mitrailleuse dans le pied!). Obtenir de l’uranium 235 (combustible fissile) ? Pas de souci : on peut en acheter à la Russie, ils en ont plein ! Oooh pardon, le souci n’est pas de régler le problème, MAIS DE L’AGGRAVER (ce sont les ordres du WEF de Davos) , j’avais oublié…

  8. Pour les grands projets il nous faut des hommes pas des bêtes lopettes , et commençons pas virer Lemaire un nul parmi les nuls juste bon a tirer dans l’autre sens du cochonnet et sourire de satisfaction , mais ses collègues de la Macronnie le suivent de près sur le registre des bévues .

  9. Il faudrait relancer la recherche sur la fusion froide, on aura résolu le problème de l’énergie ! Le biogaz avec nos agriculteurs qui pourront avoir un salaire décent ! Le problème c’est qu’on vit pareil avec les fameux matchs de foot où les lumières crachent les watts pour avoir un spectacle de baston ultraviolente ? We are the champions ?

    • Oui argon, nous sommes les champions, les champions de la connerie ! Et ce n’est pas terminé : vous verrez en 2027 refleurir les mêmes slogans « tout sauf MLP » ou « le fascisme ne passera pas » etc… Vous aurez donc droit à un Vauquiez ou à un ancien premier ministre barbu pour vous faire croire que tout va changer. Et sur ce site les explications des pseudo-intellectuels vous expliqueront que MLP est une vendue, une traitresse, etc… Dur de sortir de 50 ans de connerie organisée…
      IRE, vite !

    • La fusion : les plus optimistes n’envisagent pas une exploitation commerciale avant au moins 80 ans, si le « démonstrateur » ITER fonctionne un jour, (ce qui est loin d’être certain) car pour l’instant la date de son démarrage augmente d’un an tous les ans… pire que le paradoxe d’Achile et de la tortue.

      En plus, ça coûte un bras et les participants ne fournissent pas de cash, mais les pièces du puzzle gigantesque avec les problèmes d’interface et de spécifications inhérents à cette méthode.

      Les solutions valables sur 15 / 20 ans restent les réacteurs à fission, type PWR, EPR, surgénérateurs, et SNR si on s’y met dès aujourd’hui et c’est urgent.

      De toutes manières, pour faire la jointure on sera obligé de passer par les « énergies renouvelables » (qui n’en n’ont que le nom malheureusement)

  10. La souveraineté ???? Macron l’a donnée depuis 5 ans à BRUXELLES. Le Nucléaire ?? Il l’a combattu (pour faire plaisir aux écolos par clientélisme, et à l’Allemagne), et maintenant il veut revenir en arrière. Mon pauvre bonhomme, il y en a pour des années, et pendant ce temps nous serons ruinés grâce à ta politique destructrice et ta fonction de pantin à l’oligarchie financière mondialiste.

  11. Ils ne peuvent s’empêcher de se foutre de la gueule du peuple, ils ne se cachent plus ! Ils ont raison, toute la gauche a voté pour eux !

  12. Apparemment non ! Les deux imbéciles n’ont rien prévu pour cette crise mise à part le délire de Bruno Le Renouveau qui voulait détruire l’économie Russe mais que l’économie Russe se porte bien voir très bien contrairement aux Occidentaux qui se retrouvent dans une merde pas possible à cause des sanctions contre la Russie donc moralité c’est un festival d’imbécilité de la part de la Macronie !

  13. Alain Falento est gonflé !
    « Il faut revenir aux outils de base qui ont fait le succès (de la Françafrique) : ingérence, corruption des élites, pots-de-vin, chantage, menace et intervention armée si nécessaire. »
    Voilà qui n’est pas politiquement correct, mais c’est ce que font les Américains depuis toujours, sans vraiment se cacher. Voulons-nous garder une place dans le concert des grandes puissances ou non ?

  14. Ces larves ont oublié un petit truc: le premier kw nucléaire sort d’une centrale 15 ANS après l’inauguration du chantier, avec un coût multiplié par quatre.

    Sauf en chine où c’est 5 ans.

Les commentaires sont fermés.