Macron et l’UE, c’est la France sous domination allemande

« Nous tenons pour naturellement évidentes les vérités suivantes : Tous les hommes naissent égaux.

« Ils reçoivent du Créateur certains droits inaliénables, parmi lesquels sont le droit à la vie, le droit à la liberté et le droit à la recherche du bonheur. Pour préserver ces droits, des gouvernements sont constitués qui tiennent leur pouvoir du consentement des peuples gouvernés. Lorsqu’une forme de gouvernement s’oppose à ces fins, le peuple a le droit de changer ce gouvernement ou de l’abolir et d’en instituer un nouveau. »

(Thomas Jefferson, Déclaration d’Indépendance des États Unis)

La France face à son ennemi mondialiste : Ultime provocation de l’insignifiant Macron à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne contre la France et les Français : le drapeau de l’UE remplace le drapeau français sous l’Arc de triomphe ! Macron en campagne a saisi l’occasion de la présidence fantoche française de l’Union européenne pour remplacer le drapeau français sous l’Arc de triomphe par le drapeau de l’UE. Une ultime provocation qui a suscité la colère des responsables politiques de droite. En même temps, les étoiles de la propagande du drapeau européen s’affichent sur la tour Eiffel contre le drapeau français !

Éric Zemmour sur Twitter : « L’Arc de Triomphe sous Macron : après le saccage et l’empaquetage, l’outrage ! » Jean-Frédéric Poisson, président de Via évoque une « injure de plus à ceux qui ont donné leur vie pour la France. » Pour Dupont-Aignan : « Macron est un profanateur qui piétine nos couleurs nationales ! »

Macron annonce aux Français des mesures punitives allemandes soumises au règne de l’hégémonie germanique sur l’Union européenne avec la présidence française fantoche de l’Union européenne.

La fin de Macron et de l’Union européenne, c’est la fin d’un accident de l’histoire de l’après guerre.

L’Union bureaucratique européenne contre la démocratie et contre les peuples aura été un accident de l’histoire, une parenthèse historique de nature totalitaire quasi-soviétique, qui se referme grâce au Brexit démocratique pour la réussite dans le monde de la Grande Bretagne à nouveau libre.

Macron le petit soumis à l’Union européenne sous domination allemande a été incapable de concilier l’efficacité de l’État avec sa légitimité, comme de concilier son autorité perdue avec la liberté des individus.

La démocratie occupe une place des plus réduites dans l’Union bureaucratique européenne. Sans doute la démocratie aurait-elle pu durer si elle avait été le seul type d’organisation politique solide. Mais elle n’est pas constituée pour se défendre contre ses ennemis adeptes de la mondialisation qui veulent sa perte.

Le communisme qui a été le modèle achevé du totalitarisme se présente avec l’Union bureaucratique européenne comme un détournement de la démocratie, dont Macron le petit soumis est la négation absolue.

La démocratie est par vocation occupée à l’amélioration patiente et réaliste de la vie en société.

L’Union bureaucratique européenne contre la démocratie des peuples constitue un échec politique et social absolu, car elle est incapable d’engendrer une société viable. Aussi, la Nomenklatura bureaucratique européenne réalise un ensemble fait de bureaucrates-dictateurs professionnels qui dirigent le système. La démocratie bafouée nie les menaces dont elle est l’objet et répugne à prendre les mesures pour y remédier.

La France ne se réveille que lorsque le danger devient mortel, imminent, évident, face à son ennemi mondialiste et à l’ultime provocation de Macron à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne contre la France et les Français : le drapeau de l’UE remplace le drapeau français sous l’Arc de triomphe !

Mais alors, soit le courage lui manque pour qu’elle puisse le conjurer, soit le prix à payer pour survivre face à la domination allemande devient exorbitant. Face à l’ennemi, jadis nazi, aujourd’hui écolo-gauchiste, dont toute l’énergie intellectuelle de gauche et toute la puissance économique allemande sont tournées vers la destruction de la France, s’ajoute pour la France l’ennemi intérieur, dont la place est inscrite dans ses lois mêmes. Alors que le totalitarisme sait liquider tout ennemi intérieur et pulvérise tout début d’action de sa part, grâce à des moyens infaillibles, la France soumise à l’Allemagne ne peut se défendre que très mollement.

L’ennemi mondialiste de la France joue une partie aisée car il exploite le droit inhérent à la démocratie même. Il impose un droit européen légitime dans le dessein de détruire la France avec la recherche active du pouvoir absolu des juges et du monopole de la force impérieuse du droit européen. La République En Marche de Macron est ce régime soumis où est offerte à ceux mondialistes qui veulent détruire la France la possibilité de s’y préparer dans la légalité, conformément au droit européen, et de recevoir l’appui de Macron, l’ennemi adepte de l’Anti-France, sans que cela passe aux yeux des Français pour une violation du pacte social.

La transition facile pour la mondialisation use d’une faculté prévue par les institutions pour détruire la France. Le totalitarisme de l’Union bureaucratique européenne justifie l’écrasement de toute opposition.

La France a peur d’être accusée de trahir ses propres principes qui sont ceux de la démocratie.

On aboutit à cette situation que nous vivons dans cette France de la civilisation de l’Occident soumise à l’Allemagne, où ceux qui veulent détruire la France imposent des revendications de l’Union bureaucratique européenne légitimes, tandis que ceux qui veulent la défendre sont présentés comme des réactionnaires.

L’identification des adversaires progressistes de la France aux forces bureaucratiques légitimes tend à déconsidérer et à paralyser l’action des patriotes qui ne veulent que préserver leurs institutions.

À cette coalition de forces hostiles de l’Union bureaucratique européenne contre la France s’ajoute un harcèlement d’accusations écolo-gauchistes et d’intimidations culpabilisantes tel qu’aucun opposant politique n’en a jamais supporté. Les adversaires progressistes de la France représentent l’industrie du vice. Et Macron impose l’industrie du mensonge LREM-socialiste qui tend à accréditer le postulat, aujourd’hui admis, que tout ce qui se produit de mauvais en France est le fait l’opposition d’une droite nationale patriote coupable.

Macron, c’est la haine de la France et des Français ! Macron, c’est la haine de soi !

Macron, c’est la fin du régime socialiste qui sent le sapin !

Thierry Michaud-Nérard

(Librement adapté de Jean-François Revel, Comment les démocraties finissent, Grasset, 1983)

 

image_pdfimage_print

6 Commentaires

  1. Depuis que le 1er janvier le psychopathe préside l’UE il se sent pousser des ailes et s’arroge le droit d’encore plus insulter les français ! Il doit trouver qu’il ne l’a pas assez fait durant 5 ans ! Destitution ! Mais surtout il ne devra pas s’en tirer à bon compte !

  2. Dire que nos anciens se sont battus pour bouter le teuton hors de France, voilà que maintenant ils commandent chez nous sans combattre avec l’aimable complicité de nos politiques, honte à ces gouvernants fantoches.

    • Ce sont les Ricains qui nous imposent cette soumission aux chleus.
      Et ce, depuis Monnet.
      Notre impuissance,c’est le resultat de la trahison et de l’incompétence de nos élites.
      Fallait vous manier le cul entre 30 et 40.
      Les fr me degoûtent.
      Maintenant les voilà contenus par de nouveaux chiens de garde ces saletés d’arabes, et mangés à toutes les sauces !

  3. Oui il est la haine de la France, il est Président d’une UNION EUROPEENNE dirigée par l’Allemagne . Il n’est rien et ne cherche qu’a assouvir sa soif de faux Pouvoir.

Les commentaires sont fermés.