1

Macron et sa clique n’ont même pas demandé pardon aux familles des victimes

Ce matin, j’ai réalisé ma vidéo quotidienne de dix minutes sur le double scandale du confinement et de l’assassinat de trois Français dans l’église Notre-Dame. J’évoquais, vers la fin, la prestation, devant le lieu du crime, du président de la République, entouré d’Éric Ciotti (LR), de Christian Estrosi (LR tendance Macron), d’Éric Dupond-Moretti (le yéti), de Gérald Darmanin (dit Moussa) et du préfet du coin.

Je terminais cette vidéo en expliquant que les faits donnaient raison à l’action de Génération Identitaire, au col de l’Échelle. En effet, il s’avère que l’assassin, par ailleurs tunisien, avait pu, venant de Lampedusa, arriver en France en profitant du fait que nos frontières sont des passoires. Et j’insistais sur la lourde condamnation subie, en première instance, par les leaders de cette organisation exemplaire, qui, régulièrement, par leurs actions, sauvent l’honneur de la France.

https://www.lci.fr/politique/attentat-de-nice-c-est-la-france-qui-est-attaquee-emmanuel-macron-denonce-l-attaque-terroriste-islamiste-de-la-basilique-notre-dame-2168536.html

Mais je pense que cela ne peut suffire à exprimer mon ressenti et ma rage devant cette nouvelle agression musulmane contre des Français, avec deux décapitations, à peine quinze jours après celle de l’enseignant Samuel Paty, trois ans après celles de Laura et Mauranne, et cinq après celle de l’entrepreneur de l’Isère Hervé Cornara.

On apprend donc que ce clandestin islamiste âgé de vingt-et-un ans a été repêché en mer par la gauchiste dégénérée qui a repêché ce sauvage, portant ainsi, avec ses complices de SOS Méditerranée et tous ceux qui les soutiennent, l’entière responsabilité du drame de Nice, et d’autres provoqués par l’invasion migratoire.

Mais il y a pire, dans le discours de Macron. Certes, pour une fois, il ne dit pas que c’est la République qui a été attaquée, il ose utiliser le mot « France ». Puis il dit que les catholiques – dont il parle exceptionnellement, alors qu’il est silencieux devant toutes leurs fêtes, au nom de la laïcité, tandis qu’il envoie un message à tous les musulmans lors des leurs – qu’ils ont le droit de célébrer leur culte. Encore heureux, on est en France, mais l’islamo-collabo Estrosi, qui est à ses côtés, a décidé, lui, de fermer toutes les églises niçoises jusqu’à nouvel ordre !

Mais, alors que ces trois catholiques sont morts des suites de sa politique mondialiste, qui laisse nos frontières grandes ouvertes pour l’assaut des clandestins, majoritairement musulmans, il n’en tire aucune conclusion, ni aucune stratégie, et, bien plus grave, il ne plaide même pas coupable. Il ne présente, à aucun moment, en son nom et en celui du gouvernement, ses excuses à ces trois familles, dont la plus jeune victime est décédée, lardée de coups de poignards, dans un bar en ayant un dernier mot pour ses enfants. Pas un mot non plus pour ces deux catholiques décapités de la même façon que procédaient les disciples du FLN, en Algérie, contre les pieds-noirs ou les harkis.

La moindre dignité, voire le début d’une auto-critique, aurait consisté à présenter toutes les excuses de la France à ces familles, mais aussi à toutes les familles des victimes de l’islam, et à dire aux Français que le chef de l’État assumait ses responsabilités (comme il sait le dire pour justifier le confinement), et qu’il tirait les conclusions de ce nouveau drame.

Mon ami Charles Demassieux m’expliquait, ce jour, que c’était une tradition japonaise, lorsqu’un ministre commettait une erreur, il présentait ses excuses au peuple. Nous sommes fort loin de tout cela, en France. C’est plutôt le contraire : plus ils multiplient fautes et trahisons, plus ils paraissent arrogants et méprisants.

La moindre dignité, de la part de Macron et sa clique, aurait de rassurer les Français, et de leur expliquer qu’il avait pris la mesure qu’exigeait la situation, et allait, pour commencer, fermer les frontières, et expulser les clandestins qui n’ont rien à faire en France.

Certes, cela n’aurait pas été grand chose, par rapport à l’ampleur de la politique qu’il faut mettre en place pour sauver le pays de l’islam : outre la fermeture des frontières, l’interdiction de toute visibilité de ce dogme politico-religieux barbare (mosquées, uniformes musulmans, halal…), et bien sûr la remigration massive de tous ceux qui préfèrent les lois de l’islam à celles de la France, sans oublier des déchéances de nationalité massives, pour éviter que des Merah puissent se dire français.

Mais demander de la dignité à Macron et à ceux qui l’entourent, ainsi qu’à tous les collabos immigrationnistes qui ont sur les mains le sang des trois victimes catholiques, n’est-ce pas demander l’impossible ?

En attendant, à cause de Macron, des LR, du MoDem, des LREM, des Insoumis, des gauchistes, des imposteurs de l’antiracisme, des associations dites humanitaires, des artistes et de toutes les prétendues élites immigrationnistes, trois Français sont morts, et hélas, on sait que le pire est à venir, et que d’autres suivront.

Mais le pire n’est pas là. Par leur silence, par leur refus de mettre fin à l’invasion de la France, qui entraîne son ensauvagement, son islamisation et sa ruine économique, ils envoient un message clair au peuple français : on s’en fout que des Gaulois soient de plus en plus souvent trucidés par des soldats d’Allah, et cela va continuer !

Après la mort des habitants de Romans, tués, eux aussi, par un islamiste, j’avais qualifié Macron, dans cette vidéo qui avait rencontré un énorme succès, d’assassin. Je l’avoue, j’avais été injuste.

https://resistancerepublicaine.tvs24.ru/cc-content/uploads/h264/ALueVKnq0xbu3Y8xBQ7s.mp4?_=1

C’est l’ensemble de la clique immigrationniste qui mérite d’être traitée d’assassins.

Pierre Cassen