Macron et sa diplomatie génocidaire pour les Slaves

L’affrontement militaire entre le plus grand État du monde par son territoire et le plus vaste pays continental européen, à savoir la Fédération de Russie et l’Ukraine, déchire les peuples slaves : ce n’est pas une guerre, c’est un génocide de Caucasoïdes, lequel, dans la mesure où il implique une puissance nucléaire, est capable de se transformer, à moyen ou à long terme, en l’extermination de l’humanité tout entière. Nombreux cependant étaient ceux qui avaient un intérêt pervers à l’éclatement de ce conflit. Il était pourtant clair que si l’accord du 9 février 1990 entre Gorbatchev et Baker sur la non-extension de l’OTAN vers l’Est avait été respecté, jamais la manipulation de ce monstre bicéphale qu’est la République d’Ukraine n’aurait été utile à qui que ce soit.

Ce qui m’intéresse dans cet article, ce n’est pas l’action destructrice des États de l’OTAN qui se sont regroupés en 2021 dans une alliance qui détient la force de frappe la plus importante sur Terre actuellement qui est l’AUKUS, mais la dégradation psychique de l’establishment français, entièrement plongé dans une dissonance cognitive, effaçant les actes décidés au sommet de la diplomatie indo-européenne aussitôt qu’ils sont effectifs. J’estime que c’est l’irresponsabilité psychopathique dans le sens médical du terme d’un tandem schizoïde de présidents français, Hollande puis son ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique qui lui avait succédé à l’Elysée, qui est, à cause de cette posture d’arrogance frénétique, en majeure partie responsable de cette guerre en Ukraine où meurent des Slaves, autrement dit des Européens blancs.

Naturellement, ces deux présidents démagogues et socialisant n’ont pas accédé à la fonction suprême par hasard, mais ont été élus par ceux qui disposent en France de droits civiques – car depuis 1944, l’on ne peut plus parler en France de peuple authentique. Ces deux présidents ne sont que l’incarnation de cet élan d’irresponsabilité qui consiste en l’effacement psychique des actes aussitôt que ceux-ci sont commis auquel les individus peuplant la république numéro 5 se livrent, éduqués par une caste de professeurs tout aussi névrosés, collectivistes et haïssant le principe même de responsabilité. C’est la diplomatie française incarnée non par des professionnels du quai d’Orsay, mais par le plus haut élu de l’tat qui a fait faillite. La guerre en Ukraine est la batarde de la déchéance des présidents français en tant que diplomates et nous assistons à un spectacle pitoyable où ce fiasco est interprété comme étant une extrême réussite dans cette campagne présidentielle visant à réintroduire au sommet de l’État français un amnésique génocidaire d’Européens.

Acte I : Signature des accords de Minsk II

Souvenons-nous que c’est le 11 février 2015 que Hollande, alors président de la République, incapable de pacifier son propre pays ou de le sauver du déferlement d’un terrorisme tout aussi fanatique que lui mais exercé dans le domaine d’une croyance en quête de ses origines du début de l’Hégire, se porte garant des accords de Minsk II. Ce document prévoit l’obligation pour le gouvernement ukrainien établi à la suite d’un renversement du pouvoir en 2014 d’entrer en négociation avec les forces séparatistes. L’on était alors à peine au début de cette guerre civile qui maintenant, sept ans plus tard, a dégénéré en une crise mondiale. Tout ce premier acte du désastre diplomatique français se déroule sous l’irresponsabilité de Hollande et par conséquent de son ministre de l’Economie Macron, alors membre depuis plusieurs mois du gouvernement. Ils glissent, en effaçant toutes les probables conséquences tragiques dont ils seront à l’origine. Hollande est l’image même d’un apparatchik du parti socialiste, ennemi du Logos et de la grandeur, à l’aise dans la chicanerie politicienne, mais méprisant la seule idée qu’il existe des conséquences à ses actes au niveau planétaire. Cette bulle de grisaille comblée de banalité et d’inculture a été portée au sommet du pouvoir, car la majorité de ses électeurs s’y reconnaissent. Et, sur ce point, il ne faut pas mépriser ce fait : la canaille professorale des établissements supérieurs de la 5e république l’avait élu majoritairement. C’est donc cette trivialité de la frénésie de l’irresponsabilité qu’ils distillent à leurs élèves, leur transmettant des réflexes qui leur permettraient d’acquérir des postes à responsabilité. Telle est la source de cette pathocratie omniprésente dans la république française qui n’a absolument pas remarqué, voire pire qui a remarqué mais effacé sur le champ, ce premier acte de la tragédie.

Acte II : L’estafette de Macron dans le désastre diplomatique français

Deux ans plus tard, Macron saisit le flambeau de la grande diplomatie française : il devient le nouveau garant des accords de Minsk II, lesquels pour lui ne sont que l’occasion de croiser une chancelière allemande et des personnalités d’encore plus grande envergure. Le nouveau président n’accorde pas plus d’importance à ces rencontres dans le cadre de Minsk II qu’aux soirées parisiennes avec ses fréquentations cocaïnomanes et inverties. Si, une semaine après le 29 mars 2018, vous lui aviez rappelé qu’il avait affirmé, lors de la rencontre de Normandie, sa détermination à rappeler au gouvernement de Kiev son obligation d’entrer en négociation avec les séparatistes, il n’aurait su que vous répondre, ayant, j’en suis sûr, totalement glissé sur ses engagements. Le fait de se porter garant nécessite d’avoir été éduqué à l’instinct de responsabilité, instinct que l’on obtient par une longue instruction, en établissant un lien avec notre passé – ce qu’une créature comme le président méprise comme lui étant étrangère.

Ainsi, le 11 novembre de la même année 2018, Macron réagit aux élections qui se sont déroulées dans les deux tats séparatistes pro-russes d’Ukraine, sans pour autant vouloir enfin se pencher sur leurs probables conséquences (Qu’est-ce qu’un président français aurait-il à faire avec les conséquences de ces actes ?..) : « un coût de la démocratie en Ukraine ». Naturellement, s’il était responsable de ses actes, Macron aurait pu s’inquiéter des bombardements que subissaient les civils de ces républiques rebelles de la part de l’armée ukrainienne, des milliers de morts dont nous pouvions déjà avoir connaissance via quelques journalistes français[1]. Mais le président français n’est pas fait pour être responsable : il n’a pas perçu son rôle de garant de Minsk II comme, notamment, une tentative d’éviter un génocide vécu par un peuple blanc d’Europe, il a d’autres chats à fouetter. Pourtant, ce rôle dans l’extermination de Slaves, Macron le mettra à son avantage en avril 2022 devant les foules de ses électeurs bornés et même devant ses concurrents à la fonction suprême non moins stupides et incultes.

Monstre d’irresponsabilité, incarnation de cette Marianne transgenre et métisse sous le bonnet phrygien, il a pourtant eu une occasion unique de se montrer au minima digne de la grandeur de sa fonction : il aurait fallu pousser les deux clans qui gouvernent l’Ukraine à respecter les accords de Minsk II signés par son gourou Hollande. Naturellement, la campagne présidentielle en France battait l’année dernière son plein. Macron a voulu en profiter au maximum avant de se présenter officiellement à sa propre succession : un événement de cette envergure était indiscutablement une occasion charmante pour faire la réclame internationale, et gratuite, de ses efforts de grand diplomate. Dans les faits, son action est proche du 0 absolu.

Les bases otanesques encerclaient de plus en plus cet empire qui est la Fédération de Russie, d’une façon telle que les États-Unis auraient depuis des mois déclenché une troisième guerre mondiale si la Russie avait amorcé quelques percées semblables au Mexique ou au Canada. Souvenons-nous la tentation du très démocrate Kennedy de lancer une attaque nucléaire contre l’URSS au moment de la crise des missiles de Cuba en octobre 1962. Dès 2019, le président français aurait pu se rendre compte que les deux groupes ethnico-religieux gouvernant l’Ukraine avaient marqué dans sa constitution, via un amendement le programme d’adhérer à l’OTAN, notamment via la mise en place de missiles nucléaires otanesques à quelques dizaines de kilomètres de la Belgorod russe, soit à 4 minutes de vol de Moscou.

Nous sommes à la veille de la crise militaire. Je l’avais prédit dès l’été dernier, indiquant clairement le moment des frappes russes contre l’Ukraine, la tactique et les armes qui seraient employées. Car cela ne pouvait pas se passer autrement – pour tant est que l’on maîtrise l’histoire et que l’on appréhende au minimum l’équilibre des forces entre les grands ensembles géostratégiques. L’ultime élu français et ses conseillers ne sont intéressés par le destin ni de leurs peuples ni du monde. Ils ne sont au bout du compte responsables que de leur propre destin minable. Ils glissent ! Totalement dépourvus d’existence psychique, ils ne savent pas s’arrêter et alternent crispations d’arrogance et ricanements de grands psychopathes, ainsi qu’ils l’avaient appris auprès de leurs professeurs – et ils ne le font même pas en tant qu’individus, mais se meuvent en groupuscules collectivistes haïssant par instinct l’unique entité qui pourrait leur offrir une puissance saine, à savoir la race, le peuple.

Acte III : Le naufrage de la diplomatie macronienne

La destinée offre de nouveau à Macron la possibilité de se montrer responsable 15 jours avant l’opération russe en Ukraine. Le 7 février 2022, il est à Moscou. Il a toutes les chances de saisir l’importance du moment. Zéro compréhension : ni du président français ni de son équipe. Le lendemain, il est à Kiev et le président ukrainien le rassure qu’il respectera les accords de Minsk II, bien que son armée ait déjà massacré plusieurs milliers de ses concitoyens de l’Est dans un silence international assourdissant. Macron part à Paris sans exiger que soient respectés ces accords de Minsk, bien que les services spéciaux français auraient dû le prévenir : une centaine de troupes russes sont à la frontière ukrainienne face à l’armée la plus nombreuse d’Europe occidentale, celle d’Ukraine, en état d’alerte. Les courtisans parisiens rassurent le grand président schizophrène en le flattant car les fous aiment être flattés : il a remporté, disent-ils, un « demi-succès »[2] – comme s’il existait des demi-génocides ou une demi-guerre ou un demi-conflit nucléaire. Pendant que des dégénérés flattent leur président dans des torchons parisiens, 20 heures après que Macron a quitté Kiev, le ministre des Affaires étrangères ukrainien déclare le contraire de ce que Macon a entendu dans cette même Kiev : « Nous ne respecterons pas le principe des accords de Minsk II ».[3] D’ailleurs, reprécise le ministre, Macron « ne poussait même pas Zelensky à respecter les accords de Minsk »[4]. Qu’est-ce que cela fait à Macron ? Rien, puisqu’il avait déjà quitté Kiev le 8 février 2022 et que cela avait été dit le 9 février 2022. Il avait déjà glissé et les grands névrosés ne peuvent pas analyser leurs propres actes : ils sont portés par le courant de leur dissonance cognitive, applaudis par des foules d’admirateurs éduqués par le même type de pathocrates qui ont érigé l’irresponsabilité comme mode de comportement.

Il y a quelques semaines à peine j’avais publié un texte en français où je me penchais sur les trois stades du comportement de ces créatures anthropoïdes qui poussent l’humanité, docile et joyeuse, vers le suicide. D’abord, ils essaient de raisonner et de garder leur sérieux, mais ne croient absolument dans la logorrhée qu’ils vous déballent. Puis, voyant que leur démagogie ne prend pas, ils tentent de vous effrayer en en appelant aux gendarmes – unique métier que ces libéraux-démocrates apprécient. Et quand ils ont échoué dans ces deux premières démarches intellectuelles, ce bétail anthropoïde se met à ricaner.[5] Bientôt, nous allons tous assister à un spectacle drôlissime de la déchéance de l’humanité où le grand diplomate président français présentera à ses électeurs ses succès quasi olympiens dans l’empêchement de ce conflit qu’au bout du compte, durant sept ans, lui et son prédécesseur avaient mis en place, entretenu puis déclenché – et qu’il utilise pour couper la grande Eurasie et les peuples caucasoïdes en deux armées belligérantes, séparées par une haine insatiable qu’il est permis d’avoir seulement envers des Blancs encore non normalisés, ayant même marqué dans leur constitution – je parle là des Russes naturellement – être les successeurs de la gloire de leurs ancêtres qu’ils perpétuent également au sein de leur famille composée exclusivement d’un homme et d’une femme et fondée pour transmettre la vie. Comment, puis-je poser cette question à mes lecteurs, ces bipèdes dépourvus d’existence psychique que les citoyens français ont porté à l’Elysée pourraient-ils ne pas participer à exterminer une telle civilisation qui persiste à ne pas se normaliser ?….

Voilà quelques idées sur le triomphe de la grande diplomatie présidentielle de la 5e république « française ».

Dr Anatoly Livry, Altdorf, Suisse

[1] « Anne-Laure Bonnel, reporter indépendante : « 200 guerres par an, lesquelles sont médiatisées ? »

» : https://www.youtube.com/watch?v=0qL7QusWJMU

[2] https://www.france24.com/fr/émissions/dans-la-presse/20220209-tournée-diplomatique-d-e-macron-demi-succès-ou-semi-échec

[3] «Кулеба: Киев не будет выполнять Минские соглашения на условиях Москвы»: https://www.dw.com/ru/kuleba-kiev-ne-budet-vypolnjat-minskie-soglashenija-na-uslovijah-moskvy/a-60720156

[4] Ibid.

[5] Dr Anatoly Livry, « L’Université, cet élan vers un singe omnipuissant » in Proceedings of the Academy of DNA Genealogy, Boston-Moscou-Tsukuba, ISSN 1942-7484, volume 15, n°1, janvier 2022, p. 160-170.

image_pdfimage_print
11

8 Commentaires

  1. macron n’arriverai méme pas a négocier un virage avec sa voiture, c’est dire,on l’a vu a l’oeuvre quand il s’est fait rouler dans la farine avec l’histoire des sous-marin .

    • Il a son permis de se conduire ? sans blague……pour traverser la route .

  2. A mon avis la table n’est pas assez longue , Vladimir ne perdez votre temps avec cet individu (ça n’en vaut pas la peine) .

  3. On est commander par un fou on va recevoir la bombe atomique de Poutine Français il faut voter ZEMMOUR pour être tranquille Il faut sauver la France. Voter bien

  4. La France commence à imiter gravement les conneries du régime ukrainien à l’égard des russes ( de nationalité française ) de France :imposiibilité d’ouvrir un compte dans une banque , de s’inscrire sur les listes électorales ( le N° INSEE « bug »), difficulté à renouveler un passeport etc….eN REVANCHE POUR LE PAIEMENT DES IMPOTS ET TAXES PROFESSIONNELLES , la république accepte nos paiements . Prions pour qu’après avoir libéré les républiques du DONBASS , Vladimir Vladimirovitch libère les russes d’Europe

  5. Quand on lit tout ce qui est publié sur la guerre en Ukraine, ses causes profondes et les choses simples qui pouvaient aisément l’éviter, on constate qu’il n’y a que l’imbécile élyséen qui tombe des nues. Sans doute parce qu’il s’en fout comme de sa première maîtresse. Il me fait penser à ce chauffard, bourré au hachich et à la vodka qui conduisait son bolide comme Macron gouverne la France, n’importe comment sans se soucier des conséquences de son inconscience.

  6. Un petit hors sujet :
    À la lecture d’articles relatant les déboires de réfugiées ukrainiennes déjà confrontées dans l’Europe de leur rêve aux chances pour l’Europe, nul doute que pas mal d’ukrainiens vont comprendre quel est le sort réservé à leur pays s’il entre dans l’UE. Il n’y aura pas toujours un « Orban » pour leur éviter le sort de la France.

  7. Dès avant son … « élection » – véritable Coup d’Etat politico-médiatico-judiciaire -, le psychiatre italien Segatori avait clairement diagnostiqué une constitution et une conduite de PSYCHOPATHE chez cet individu … que confirment les moindres de ses faits et gestes depuis CINQ ans !!! En outre, il est NOTOIRE qu’un PSYCHOPATHE, NARCISSIQUE de surcroît, prête sa propre maladie à tout qui « OSE » se montrer supérieur à lui … D’où … l’accusation de « PARANOÏAUQE » distillé à destination de Poutine et reprise FORTISSIMO par toute a MERDIACRATIE à ses ORDRES et à sa DEVOTION …

Les commentaires sont fermés.