1

Macron exfiltre des talibans d’Afghanistan pour les accueillir en France !

L'accueil des réfugiés peut-il devenir une politique locale ?

Nous exfiltrons des talibans d’Afghanistan pour les infiltrer en France, alors que nous sommes déjà la première cible des terroristes en Europe.

Une fois de plus, la France importe le terrorisme sur son sol, mettant en danger le peuple français au nom de la religion des droits de l’homme et du sacro-saint droit d’asile.

Comme le dit un haut magistrat, « La preuve vient de nous être administrée qu’il ne faut pas faire n’importe quoi et ramener n’importe qui. »

Il est vrai que pour ce qui est de faire n’importe quoi, Macron reste le champion toutes catégories.

Rappelons qu’entre 2018 et 2022, ce sont 2540 terroristes qui auront été libérés ! A ce rythme, plus besoin de construire des prisons ! Le terrorisme, nous le cultivons.

Des millions de Français ne veulent plus de cette déferlante ininterrompue de réfugiés musulmans qui ne fait qu’aggraver la fracture identitaire et la menace terroriste. Si la compassion pour les Afghans consiste à brader la sécurité des Français, cela devient une « mise en danger de la vie d’autrui ».

J’aggrave mon cas : j’en ai rien à foutre des Afghans !

Pendant que nos illuminés immigrationnistes réclament un accueil inconditionnel de tous les Afghans désireux de fuir le nouvel Émirat islamique d’Afghanistan, des talibans se fondent dans la masse des réfugiés en toute discrétion, autant de bombes à retardement qui ensanglanteront le pays dans le futur.

Car ne nous leurrons pas. L’Afghanistan est redevenu le sanctuaire du terrorisme dès le 15 août 2021, date du retour triomphal des talibans à Kaboul. Pour les islamistes, la débâcle occidentale, humiliation suprême pour l’Otan, est un formidable encouragement à la lutte éternelle contre les infidèles. 

Cette nouvelle croisade qui visait à la libération de la femme afghane et à l’instauration de la démocratie dans un pays tribal et moyenâgeux se termine en fiasco absolu et va se traduire par une explosion des attentats en Europe, incapable de protéger ses frontières passoires.

Ce ne sont pas des réfugiés que nous accueillons. 90% sont des hommes de moins de 30 ans ! Et on prétend sauver la femme afghane ! Ce sont des déserteurs bien trop lâches pour se battre contre les talibans afin de  sauver leur pays de la barbarie.

Les cinq « réfugiés » démasqués tardivement par les services de renseignement ont porté les armes sous la bannière talibane. Ce sont donc des talibans, même s’ils ont travaillé à l’ambassade de France.

Les talibans ne sont pas des Martiens, ce sont des Afghans. Par conséquent, tout Afghan qui porte les armes avec les talibans est l’un des leurs. Ne prenons pas le peuple français pour un ramassis de neuneus.

Nous savons pertinemment que l’armée afghane, la police, les ambassades occidentales étaient infiltrées depuis des années par des taupes talibanes. Taqîya et duplicité islamique sont les armes favorites des ennemis de l’Occident.

Ceux qui veulent nous faire sangloter sur le sort des Afghans et applaudissent à la politique d’accueil de Macron devraient méditer ces quelques chiffres :

La France concentre à elle seule 44 % des attentats islamiques perpétrés en Europe et totalise 42 % des victimes !

Entre 1979 et 2021, il y a eu 330 victimes du terrorisme islamique.

Entre 2012 et 2021, il y a eu 56 attentats qui ont fait 293 morts dont 18 mineurs.

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/terrorisme-la-france-est-clairement-le-pays-d-europe-le-plus-touche-20210315

Mais cela n’émeut visiblement pas Sandrine Rousseau, la lumière EELV qui nous illumine de ses réflexions éblouissantes.

Je lui souhaite de ne jamais croiser un de ces terroristes potentiels sous surveillance !!

Sandrine Rousseau (EELV) : « S’il y a des Afghans potentiellement terroristes, il vaut mieux les avoir en France pour les surveiller »

Mais le pire, dans cette tragédie qui s’annonce, c’est que ces talibans sur notre sol, quand ils sont démasqués, sont INEXPULSABLES !

La législation française est la plus protectrice pour les terroristes et les clandestins, mais la plus dangereuse pour le peuple français.

Un clandestin bénéficie de tellement de recours au niveau national ou européen qu’il en devient inexpulsable.

Tel est le résultat de 40 années d’aveuglement et de renoncement permanent des élites à protéger le peuple français.

Depuis des décennies, nos élus bradent la France, notre nationalité, notre culture, notre Histoire et même notre sécurité !

Nous avons en France 35 000 Afghans en situation régulière et sans doute le double dans la clandestinité. Tôt ou tard, tous seront régularisés et le regroupement familial fera exploser les compteurs.

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/politique/laccueil-inconditionnel-des-refugies-afghans-une-gauche-hermetique-a-la-volonte-populaire/

Parmi ces 100 000 Afghans, combien de bombes potentielles ? Mystère.

Le gouvernement, fautif d’avoir ramené en France des talibans, tente maintenant de nous rassurer en nous disant que ces dangereux réfugiés sont sous haute surveillance.

Quand on sait qu’il faut trois policiers pour surveiller un seul individu 24 heures sur 24, on mesure combien le pouvoir est en fait démuni et désemparé. Donc il en est réduit à mentir.

Entrés sur le territoire national au titre du droit d’asile, les cinq Afghans concernés sont protégés au nom du principe de non-refoulement. (Figaro)

Ils peuvent demander une protection internationale à titre politique ou religieux. Procédure longue, bénéficiant de multiples recours qui protègent les réfugiés.

Et en admettant que le ministère de l’Intérieur décide finalement de les expulser, il lui faudra le fameux sésame du laissez-passer consulaire.

Or, le gouvernement afghan issu d’un coup d’État n’est pas reconnu. La France n’a donc plus d’interlocuteur !

On le voit, toutes nos lois sont élaborées au détriment de la sécurité du peuple français.

Voilà où mènent les délires du mondialisme et du multiculturalisme si chers à Macron. Au désastre sécuritaire, qui fait de la France le pays le plus dangereux d’Europe.

Jacques Guillemain