Macron fait penser à un vieux garçon qui habite seul avec maman

aznavour.jpg

Macron à l’Élysée fait penser à un personnage de vieux garçon qui habite seul avec maman dans un très vieux palais de la république où il dort peu la nuit, et où il exerce un pouvoir quasi absolu contre une France vieillissante et nostalgique. Personne ne songe à une quelconque censure contre les bonnes mœurs.

Officiellement, Macron à l’Élysée fait penser à un personnage original qui vit seul avec sa mère.

Et en même temps, il est entouré de figures homosexuelles, ce qui doit représenter une libération, une transgression inouïe des tabous, un éloge de la différence et de la tolérance. La liberté sexuelle est à son apogée avec la propagande LGBT à l’école. C’est un progrès majeur de la civilisation progressiste pour la religion de la déconstruction de la famille et de la virilité conquérante. L’homme blanc hétérosexuel doit se montrer discret jusqu’à subir une longue traversée du désert et jusqu’à la défaite totale de la civilisation.

Avec Macron à l’Élysée et les GOF-LGBT, on assiste à l’émergence de l’homosexualité triomphante. Tout le monde sait que la propagande GOF-LGBT destinée aux masses n’est ni fine, ni précise, ni élégante. Contrairement à la littérature tellement française de ces hommes blancs qui aiment les femmes avec passion.

Et en même temps, la France cherche les raisons de son humiliation. Il est interdit aux femmes de succomber au charme masculin. Avant la guerre de 1939-1945, une grande tolérance régnait en France pour les questions sexuelles. Mais pendant la guerre, à travers les mots d’ordre, les polémiques, les slogans, une propagande virile, Vichy accuse l’esprit de jouissance et l’homosexualité qui devient alors une de ses cibles.

Une concurrence virile oppose Vichy à Londres. Les homosexuels ne sont pas persécutés mais la propagande préfère mettre en avant les valeureux combattants qui affrontent les Allemands les armes à la main. Pas une discrimination et encore moins une persécution. À Vichy, le discours matrimonial et familialiste n’empêche pas les homosexuels de tenir le haut du pavé. Le ministre de l’Éducation nationale, Abel Bonnard, est homosexuel et les officiers allemands rencontrent d’innombrables homosexuels au bar du Select, à Montparnasse. Mais dans les années 1950 et 1960 la virilité gaulliste continue de régner sur les esprits.

Et la contre-société communiste en rajoute qui voit l’homosexualité comme un signe de décadence bourgeoise. Les imprécations des religions monothéistes contre l’homosexualité, essentiellement masculine, la préférence des filles pour les filles bénéficiant d’une grande mansuétude, comme si elle n’était pas prise au sérieux par les sévères prophètes juifs, chrétiens et musulmans, ces imprécations implacables du Lévitique étaient contemporaines des petites communautés humaines, aux temps d’une agriculture très peu productive et d’une mortalité infantile obsédante. Les vieux peuples fatigués d’Europe seront les premiers à tolérer une homosexualité qui ne menace plus la pérennité de l’espèce. La libération homosexuelle est sans doute au départ une forme de sélection imposée par l’Évolution pour limiter la reproduction de l’espèce. Elle serait en elle-même une réponse de l’Évolution à l’explosion démographique du XXe siècle.

Thierry Michaud-Nérard

Source : Éric Zemmour, le suicide français

 

image_pdfimage_print
7
1

13 Commentaires

  1. L’homosexualité était une pratique commune aux civilisations antiques, mais elle existait sans prétendre imposer ses normes et ses goûts au reste de la société.
    Le renversement total des valeurs amorcé dans les années Mitran, et triomphant aujourd’hui avec à l’Elysée un inverti maqué à un travelo, tend à faire croire à la jeunesse par le biais de l’inéducation antinationale et des médias militants où la jaquette fait la loi, que ceux attirés par des personnes du sexe opposé seraient des pervers, des tarés, des anormaux !
    D’où ce flottement inquiétant d’une certaine jeunesse, la moins intelligente et la plus influençable certes, incapable d’analyser le transfert freudien avec le pédagogue-pédéraste, et qui se demande avec anxiété de quel genre elle relève. Avec les dommages psychiques qu’on peut imaginer pour la suite…

    • L’homosexualité a été en effet une caractéristique malheureuse – parmi d’autres – des sociétés païennes et pré-chrétiennes, c’est-à-dire moralement aveugles et n’ayant aucun principe autre pour se gérer et se gouverner que les (bas) instincts humains.

      Le fait que cette pratique totalement contre-nature et injustifiable remonte à l’antiquité (si ce n’est à la nuit des temps, hélas !) ne constitue en aucun cas une excuse, mais fait la preuve que l’homme livré à lui-même, l’homme qui s’est coupé de Dieu, n’a fait que s’engager dans une impasse dont il n’est jamais sorti.

      Il serait temps que vous compreniez la nuit profonde qu’est cette doctrine de merde que vous appelée « humanisme », et que vous entriez dans la LUMIERE du Christianisme (aux antipodes de celle de vos philosophes prétendûment tels, les Voltaire & Cie de votre bien peu glorieuse révolution de 1789)…

    • Quelqu’un peut-il dire combien il y eut d’invertis – et éventuellement lesquels – parmi les hommes de pouvoir de ce monde ?

  2. « Elle serait en elle-même une réponse de l’Évolution à l’explosion
    démographique du XXe siècle. »

    Voilà un remarquable tissu d’âneries. L’explosion démographique ? Depuis les années 70, dans tous les pays occidentaux, on peut plutôt parler d’implosion démographique.

    L’explosion démographique concerne précisément des pays dans lesquels l’homosexualité est au mieux interdite, au pire punie de mort.

    • Excellente remarque Rik, je partage pleinement ! TMN a encore confondu le suicide français avec celui du monde !

  3. Vous voulez dire que Fidel Castré serait un ….. euh une ….. !!!
    Mon dieu, c’est trop horrible. Mamie Brichel est-elle au « coran » ?

  4. Comme c’est drôle. C’est tellement vrai. Nous avons une rombière de 70 ans qui veut paraître en avoir 50 (et encore) avec ses talons et ses jupettes ridicules et trop courtes. Un visage ravagé caché derrière un coupe de cheveux qui veut faire « mireille darc »;
    Toujours est il que la Brizitte se vante (et on en parle dans la presse) d’avoir sauvé Dupont Moretti et de l’avoir imposé à son mari. Qui a accepté puisqu’il ne peut rien refuser à sa « maman » qui lui a appris tant de choses…….

  5. C’est un Mitterrand au petit pied, voire un de Gaulle de maternelle.
    D’ailleurs, il n’a toujours pas quitté sa maîtresse d’école..

  6. Sa vraie mère (sa génitrice) ne voulant pas le prendre dans son lit (1), il s’est trouvé une maman de subsitution (qui s’appelle Brigitte).

    (1) encore que… peut-être bien qu’elle a assuré son « initiation sexuelle »… Ceci expliquerait cela…

  7. Macron fait penser à un pauvre gosse abusé par son prof devenu « femme » et ses amis de l’élite Rothschild, manipulé comme un MK-ULTRA dissocié et préparé depuis la petite adolescence (comme Attali l’a dit, fabriqué), un type qui se drogue à la coke au moins, un perverti-pervers. Un pauvre moustique qui va finir en enfer.

  8. d’un côté il y a libération (bientôt totale) des moeursses et en même temps on importe du peuple qui incite les jeunes filles à se cacher de tout regard masculin dès la puberté ; est ce que c’est légal d’empêcher une jeune fille de draguer hors la famille ?

Les commentaires sont fermés.