Macron, foutez le camp !

Publié le 4 décembre 2018 - par - 128 commentaires - 4 218 vues
Share

Cela s’apparente de plus en plus à une Révolution. Il y a dix jours, j’employais le terme « insurrection », mais il est évidemment aujourd’hui qu’on a dépassé ce stade. La Révolution semble maintenant lancée, dans deux axes : d’une part elle n’a plus lieu les seuls samedis mais tous les jours. Je l’ai constaté dans ma petite ville d’Avallon de 8000 habitants, avec des assemblées générales, des réunions, des actions d’occupation, des départs à Paris tout en maintenant la présence ici…

Oui, cela tous les jours depuis le 17 novembre. Et d’autre part la mobilisation ratisse de plus en plus large. Ce matin, j’ai vu défiler l’ensemble des élèves des lycées, en long cortège pacifique, sans cris, sans violence, précédés et suivis par plusieurs véhicules de la gendarmerie. Après les lycées de France, ce seront les étudiants. Et puis tous les corps de métier, ou presque. Tout un peuple uni contre le plus haï de tous les chefs d’État de ce début de XXIe siècle. Un record. Sans doute le seul record qu’il aura jamais remporté.

Certainement fera-t-il quelques concessions, en se forçant, ce dont son hyper ego souffrira, n’en doutons pas. Mais quelles concessions ? Donner des miettes d’un côté pour reprendre de l’autre ? Personne ne s’y trompera. Il est trop tard, Monsieur Macron. Définitivement trop tard. Votre incommensurable orgueil, qui vous empêcha de considérer que vous n’êtes pas notre maître, vous aura perdu. Jupiter ! Sans blague ? Combien de temps pensiez-vous vous prélasser dans les ors de la République en méprisant le peuple sur le dos duquel vous vivez ? République d’ailleurs devenue une dictature, car il y a des républiques qui sont des dictatures quand d’autres sont des démocraties.

En France, lorsque nous étions à la fois une république et une démocratie (ou lorsque nous croyions en être une), nous avions tendance à confondre les deux notions. Fatale erreur. La République française n’est donc pas morte, mais la démocratie, si ! Donc le dictateur que vous êtes ne restera pas longtemps sur son trône, et vous le verrez, vos soutiens, c’est-à-dire ceux qui profitent de vos largesses en trahissant le peuple de France, ne tarderont pas à vous lâcher. Vous pensiez les avoir achetés, tous ces journaleux qui ont fait votre lit, toutes ces pétasses qui encombrent les allées du pouvoir, tous ces présentateurs dont la liste sera bientôt diffusée, tous ces politiciens qui ne songent qu’à la bonne soupe servie dans votre vaisselle en or ? Mais mon pauvre monsieur, on n’achète pas les traîtres ad vitam æternam. Les traîtres le sont dans l’âme, et ils n’hésitent pas à retourner leur veste selon les circonstances, après avoir fait leur profit de celui qui croyait les avoir à sa botte.

Quant aux maîtres du CAC 40, de Walls street, de la City de Londres (porte avancée du grand capital US), de la FED, (cette banque qui n’a rien de fédéral, n’étant qu’une banque privée aux mains des oligarques américains), et aux capital hégémonistes qui règnent sur Bruxelles, croyez-vous vraiment qu’ils continueront à vous soutenir lorsqu’ils constateront la haine que le peuple entier de France vous porte ? Ils ont l’habitude d’agir dans l’ombre, avec perversité, mais vous êtes devenu trop visible et ils vous remplaceront sans état d’âme. D’ailleurs vous en êtes pleinement conscient puisque, pour vous maintenir et continuer à offrir à votre cougar les dizaines ou centaines de millions d’euros annuels qu’elle exige, vous voilà obligé d’aller jusqu’au bout de votre folie.

Autrement dit de noyer le peuple de France qui vous terrifie sous la déferlante des jeunes hommes d’Afrique, incultes, profiteurs, musulmans, violeurs et conquérants. Vous déversez les milliards d’euros sortis de nos poches pour en abreuver toute la racaille du monde, êtes-vous fou à ce point ? Ne savez-vous pas que tous les peuples du monde se lèvent contre vos maîtres et vous emporteront, vous et vos complices, dans leur vengeance ? Que les Gilets jaunes gagnent partout en Europe et renverseront Bruxelles et cette Europe déjantée ? N’avez-vous pas vu en Argentine les manifestations anti G20 ? (https://fr.sputniknews.com/international/201811301039127017-buenos-aires-g20-protestation/ ) Mais croyez-vous vraiment que le peuple de France va se laisser faire ? Ne voyez-vous pas qu’il est temps pour vous de tirer votre révérence et de partir tant qu’il en est encore temps ? Voulez-vous vraiment sentir sur votre nuque le léger souffle de la guillotine en action ? Ignorez-vous à ce point que le peuple qui s’élève contre vous est vingt fois plus nombreux qu’il ne le faut pour renverser le gouvernement à votre botte ? (http://www.wikistrike.com/2018/11/il-suffirait-que-3-5-d-une-population-soit-mobilisee-pour-renverser-un-gouvernement-sans-violence.html). N’avez-vous pas compris que personne ne vous craint plus et ne respecte plus les institutions (police, magistrats, députés et sénateurs, personnalités en place dans les administrations et autres institutions), que tout le monde se fout de votre loi sur les fake news car on sait que les seules fake news proviennent de vos services, que les radars brûlent par centaines car les polices, qui pourtant vont se déchaîner, n’inquiètent plus personne, que les pères de famille sont prêts à mourir (oui, pour de vrai, ce n’est pas une fake new), pour défendre non seulement notre pouvoir d’achat mais nos valeurs et notre culture, que geler des augmentations est insuffisant quand on vous demande de nous donner de l’argent et non plus de nous en prendre, ce qui implique une seule solution : annuler la dette ? Êtes-vous obstiné à ce point ?

Hélas, il semble bien que oui, et les futurs manuels d’Histoire ne retiendront de vous que votre entêtement et certainement les violences auxquelles vous nous destinez : des morts par centaines dans les semaines à venir, la déferlante africaine devant laquelle les Français ne resteront pas les bras croisés, l’envoi de policiers et de gendarmes qui, s’en prenant aux famille des pères et mères français dressés devant vous, risquent fort un retour de bâtons (tout le monde sait où crèchent les familles des gendarmes), et peut-être l’utilisation de l’Eurogendforce, cette milice constituée par Bruxelles pour assassiner les peuples qui se révoltent. Mais seront-ils assez nombreux face à des peuples européens tous dressés contre les tyrans ? Ne voyez-vous pas qu’il est temps pour vous de partir en courant ? Monsieur Macron, fermez nos frontières, annulez la dette, rendez aux Français l’argent que vous leur avez volé via vos perceptions, et foutez le camp tant que vous le pouvez.

Louise Guersan

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Odette Lejeune

Je suis d’accord le président il sait moqué de nous on ne peut plus le croire avec ses mensonges le peuple de ne peut lui faire confiance

Pilaf

Les GJ ont redonné la fierté d’être Français qui avait été perdue à cause de tous ces mondialistes au pouvoir qui faisaient tout pour humilier et rabaisser les Français, blancs, qu’ils croyaient avoir réussi à totalement soumettre pour de bon.