Macron, je ne suis pas noir, je suis blanc de peau…

Publié le 3 juillet 2018 - par - 17 commentaires - 1 562 vues
Traduire la page en :

Et s’il y avait eu une suite à l’épisode du Mont-Valérien, comment le saurions-nous ? L’actualité vorace, indifférente, ne se soucie que de l’écume fébrile des jours et dédaigne la vague lente des lendemains.

Souvenez-vous. Il y a une douzaine de jours, l’actuel intérimaire de l’Élysée se rendait en majesté au Mont-Valérien pour un hommage aux fusillés de la Résistance française. Le grand ordonnateur de l’invasion et de l’occupation étrangères allait saluer ceux qui avaient donné leur vie pour les combattre. Hommage cynique du vice à la vertu, hypocrite révérence du bourreau devant le corps sans vie du supplicié.

Parmi la foule des sans-dents – pardon, des badauds – un adolescent de quinze ans, pur produit de cinquante années de soixante-huitisme appliqué et de trente de guignolades de l’info, se permit de l’interpeller avec une familiarité qui n’était pas de mise devant un si haut personnage. Cabré sous l’outrage, notre Prince-Président se mit alors en devoir de tancer vertement le malappris, de le morigéner d’importance, en bref de le mettre minable comme aurait dit notre grande philosophe Nabilla Benattia.

Quel courage inouï et quel brio ! Le jeune impertinent, passé maître pourtant dans l’art oratoire et rompu aux joutes verbales, fut vaincu, brisé, humilié et se retira, tête basse, réduit à quia.

Le hussard élyséen, de retour dans son palais, fit diffuser derechef, urbi et orbi, la vidéo du combat de titans dont il sortait triomphant et couvert de lauriers.

Pendant ce temps, le petit collégien téméraire, cloîtré chez lui, remâchait son dépit et sa honte.

Quelques jours plus tard, l’actualité braquait son projecteur éphémère sur l’Élysée à l’occasion de la Fête de la Musique. La troupe noire, de genre indéterminé, qui avait pris possession des lieux profita de la circonstance pour se livrer, en présence de la Première Daronne, à maintes gesticulations et scansions de caractère explicitement sexuel.

Peut-être s’agissait-il d’une vieille tradition africaine, d’une danse de la fertilité dans l’espoir de favoriser une prochaine grossesse de leur hôtesse ? Nous verrons avec quel résultat, dans quelques semaines ou quelques mois, et si les dieux sont vraiment tombés sur la tête…

Notre insolent du Mont-Valérien, toujours aussi mortifié, prenant connaissance des festivités élyséennes, put ainsi constater, non sans amertume, les nombreux égards prodigués à ses visiteurs à peau noire par celui-là même qui l’avait publiquement piétiné.

C’est alors qu’il se souvint de ce vieux disque qu’il avait écouté sur la platine de son grand-père quelques années plus tôt. Un certain Claude Nougaro, petit taureau de Toulouse, la ville rose qui vire aujourd’hui au rouge sang, y chantait « Armstrong, je ne suis pas noir, je suis blanc de peau ».

Et l’idée lui vint, reprenant du poil de la bête, d’adresser au gandin qui l’avait maltraité une épître chantée, manière de réponse du berger blanc de souche à la bergère négrophile et francophobe.

J’ai réussi, ne me demandez pas comment, à me procurer une copie de ce libelle musical dont je vous livre aujourd’hui la teneur.

Cela tombe bien, il y a si longtemps que nous n’avions pas chanté ensemble…

Quant à la jeune pousse présidentielle, qui a souvent tendance à jupiter plus haut qu’elle n’a le péplum, elle devrait prendre garde à l’effet boomerang : à force de cracher en l’air, on finit tôt ou tard par devoir s’essuyer !

Armstrong, je ne suis pas noir

Macron, je ne suis pas noir

Je suis blanc de peau

Quand on veut quelques égards

Quel manque de pot

Même si je suis poli, réglo

Rien, rien ne vient de là-haut

Respect zéro

Je suis blanc de peau

Macron, tu te fends la poire

À l’abri des sans-dents

Moi, je broie plutôt du noir

Du noir en dedans

Danse pour nous, Manu, veux-tu

Danse, danse, danse, sur la techno

J’ai froid, oh moi

Qui suis blanc de peau

Macron, les gens du terroir

C’est pas très marrant

Toi, tu préfères les noirs

Avec toutes leurs dents

Tu aimes aussi le brun, le gris

Tout, tout, tout plutôt que le blanc

C’est ça, ma foi

Ton seul vrai credo

Macron, un jour, tôt ou tard

On n’est que des os

Est-ce que les tiens seront noirs ?

Ce serait rigolo

Adieu Manu, Manu ciao

Pour passer l’éternel repos

Choisis-tu Yamoussoukro

Lomé ou Bamako ?

Raphaël Delahaut

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Raphaël Delahaut

Vous faites erreur, Monsieur Carrasco, je vous l’assure.
C’est un détournement, une pochade sans prétention et nullement une insulte envers le grand Claude Nougaro dont je pourrais fredonner deux douzaines au moins de chansons.
Et j’aime aussi Louis Armstrong, Benny Goodman, Miles Davies, Ella Fitzgerald et, dans un autre domaine, Morgan Freeman, Whoopi Goldberg, Denzel Washington, Halle Berry et tant d’autres…
Ne croyez pas tout ce qu’on dit de nous !
Sans rancune, en tout cas.
Raphaël

jaannot Lapin

Blanc de peau ? Blanc de peau ?
Mon oeil !

haegi

bravo jeune homme
bien répondu
chantons cette chanson

Christine L

Excellent, je vous félicite. Si on OSAIT chanter une telle chanson à la gloire des Blancs aujourd’hui, je ne vous dis pas le tollé !

pierre estrelka

La boîte qui l’emportera n’aura besoin que deux poignées : c’est le bon nombre, qui convient à une poubelle.

DUFAITREZ

Sa Peau est Blanche, l’Ame est Noire !
Sa détestation du “Mâle Blanc” nous l’a enseigné ! Tout fut dit ! Puis répété…
Noirs PD en festouze, Lèpre des couillus, pour confirmation, qq jours après..
De mâle en pis !

Anne-Marie G

Bravo, bel humour ! Seule réserve, je veux bien chanter le remake mais avec ironie et non pas avec le pathos de la chanson d’origine. Il ne faut pas donner dans la pleurniche, le mal du siècle. Surtout quand on ait réellement lésé. Les adeptes de la pleurniche sont ceux qui attendent des gros sous pour les indemniser. Les vraies victimes sont celles qui ne comptent sur personne d’autre qu’elles-mêmes.

Raphaël Delahaut

Absolument d’accord avec vous, Anne-Marie !
Gémir n’est pas de mise, aux Marquises comme sur Riposte Laïque…
Bien cordialement,
Raphaël

lafronde

Excellent ! Une bonne tranche de rire ! A enregistrer en musique ! Ce serait viral ! (mixé sur la video de la party du Château !). Quelle dérision.

Raphaël Delahaut

Prochainement dans les bacs…

UltraLucide

Attention Mr Delahaut, , c’est forcément raciste, fasciste et xénophobe d’écrire “négrophile”. Quelle horreur, “négro….”! Non.
Il faut désormais écrire “noirophile”, ou mieux “decouleurophile”, et avec .e.s en suffixe, veuillez s’il vous plaît respecter l’immense progrès progressiste en marche vers l’avenir radieux tel que défini par l’avant-garde éclairée des masses incultes et lépreuses que nous sommes tous.

Raphaël Delahaut

Bravo et merci, UltraLucide, pour votre ironique mise en garde ! Mais si la ligue de défense noire africaine (LDNA) prétend combattre la « négrophobie », je peux donc légitimement user du mot « négrophilie »…
De même, qui pourrait m’interdire d’utiliser le mot « nègre » (qui n’a rien d’injurieux) au seul motif que je n’ai pas la bonne couleur de peau ? Ce serait une grave discrimination en raison de ma non-appartenance à une « prétendue race », n’est-il pas ?
Amicalement vôtre,
Raphaël

UltraLucide

On peut parier que pour le prochain “remake” des 3 Mousquetaires par les studios d’Hollywood, Atos sera un homo marié avec Aramis, Portos sera un militant arabo-islamique, et d’Artagnan sera noir et migrant venu d’Afrique. Milady sera un agent d’extrême-droite au service d’un Richelieu neo-nazi manipulant un Louis XIII bêtement souverainiste. Le scénario sera écrit par Manu El Mikron, les dialogues seront de Gaspard Gantzer, et les costumes multiculturels seront conçus par LGBT.

Raphaël Delahaut

Excellent !

BALT

Bravo.

Allonzenfan

La France a un Incroyable Talent !

incongru

bahou! quel brio!

Lire Aussi