Macron, la honte de la République

Élisabeth Lévy : Chaos au Stade de France : « Macron nous couvre de honte« . (Valérie Expert).

Élisabeth Lévy revient sur les événements du Stade de France. Gérard Darmanin n’en démord pas. Le supporter anglais et ses faux billets, voilà l’ennemi. Il y aurait 30 000 resquilleurs. Il n’envisage même pas qu’ils se soient fait rouler. En plus, ses chiffres démentent ses propos : il y a eu 81 interpellations dont 14 Britanniques. Les médias de gauche accusent la police. De fait, il n’y avait pas de stratégie, pas d’ordre.

Il y a eu beaucoup de témoignages de policiers désespérés de n’avoir rien fait. Mais pour France Inter et le Monde de gauche qui est allé chercher un sociologue anti-flics, le problème, c’était leur agressivité. Il est vrai que d’honnêtes visiteurs se sont fait parfois arroser de lacrymos et d’autres empêchés d’entrer alors qu’ils avaient payé. Macron qui a réclamé cette finale, nous couvre de honte, et il dit ne pas un mot.

La grande réponse c’est : « C’est pas de ma faute c’est celle de l’autre« . Vous ne pouvez pas nier que l’organisation a été calamiteuse… Oui, les violences ont été occultées ou euphémisées. Ce qui a transformé le chaos en cauchemar ce sont ces agressions, ces menaces, ces détroussages de familles entières.

On nous parle de riverains : en fait, il s’agit d’un mélange de racailles des cités connus des services de police et de clandestins. Beaucoup ne sont pas français. Il s’agit d’arrivants récents qui n’ont à peu près aucune chance de s’intégrer. Sur 20 personnes en garde à vue pour vols et violences, 15 sont Algériens et 1 Français. Mais ces gens-là resteront quand même en France. Des voyous des quartiers se donnent rendez-vous pour piller, terroriser. Ils communient dans le « nique la France ». Non seulement on ne fait rien parce qu’on a peur de l’embrasement, mais en plus, on nie ces violences. Le dire, ce serait raciste. On parle de tout sauf que de ce que la presse du monde entier a vu. On se félicite qu’il n’y ait pas eu de mort. Mais ce fiasco a dévoilé au monde entier que l’État français n’était plus maître chez lui.

« C’est une honte ! » : Anne-Élisabeth Lemoine interrompt Macron dans C à vous ! (Simon Gonzalez).

Quand Anne-Élisabeth Lemoine recevait Macron dans C à vous et à la fin de la première partie de l’émission, l’animatrice a été obligée d’interrompre Macron président-candidat qui n’arrêtait pas de parler.

Pendant plus d’une heure, le président-sortant a vanté son bilan durant ces cinq ans tout en affirmant qu’il allait changer de méthode s’il était réélu à la tête du pays. Connu pour ses phrases à rallonge, Macron est souvent interrompu par les journalistes qui l’interrogent à cause des impératifs d’horaires. Et Anne-Élisabeth Lemoine a eu bien du mal à arrêter Macron. Alors qu’il terminait sa phrase, elle a lâché : « Eh ben voilà… » L’animatrice l’interrompt . « C’est pour cela que je dis… », a renchéri Macron. « Oh non ! N’obligez pas le service public à vous couper la parole« , a rétorqué l’animatrice. La musique du générique de fin a commencé, poussant le Président a lâcher, le sourire aux lèvres : « C’est une honte… ». « On va vraiment vous couper », a ajouté l’animatrice avant que Macron ne termine sa phrase dans la précipitation.

L’audiovisuel public, « la honte de la République » ? Voici ce que Macron a vraiment dit. (Télérama) Macron a exprimé en termes forts, parfois cinglants, sa volonté de faire une révolution dans le secteur public.

Alors que les salariés de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde ou l’INA attendent de connaître la sauce à laquelle ils seront accommodés, Macron a dévoilé lundi 5 décembre 2017 la recette qu’il compte appliquer. Aux députés de la commission des Affaires culturelles, il a exprimé en termes forts, parfois cinglants, sa volonté ferme de faire une révolution dans le secteur public. Que les dirigeants actuels se le tiennent pour dit : Macron n’a que faire des questions de personnes (sur lesquelles on passe beaucoup trop de temps), ni des discussions sur les centaines de milliers ou millions d’euros qu’ils doivent économiser.

« L’audiovisuel public français est une honte » : vraiment, Macron ? Pour Macron, le constat est simple : l’audiovisuel public français est une honte. Mais pas la honte pour la République, comme l’a écrit L’Express.

Macron a martelé ceci : « L’audiovisuel public, c’est une honte pour nos concitoyens, c’est une honte en termes de gouvernance, c’est une honte en ce que j’ai pu voir ces dernières semaines de l’attitude des dirigeants. » Pourquoi cette charge virulente ? Pour Macron, les raisons ne manquent pas. Parce que c’est très cher, pour une absence de réforme depuis que l’entreprise [France Télévisions] existe et pour une synergie quasi inexistante entre les différents piliers des entreprises publiques, pour une production de contenus de qualité variable. Il a fustigé un système incestueux qui profite à des entrepreneurs abonnés à la commande publique. Conséquence de ces travers et comble de l’ineptie à ses yeux :

On ne se pose plus la question de savoir si les contenus vont apporter la culture à ceux qui en sont les plus éloignés : les jeunes, et les plus démunis. Macron a reproché à l’audiovisuel public de ne pas s’être adapté à l’évolution des usages. Il a raillé une télévision incapable de s’adresser à une jeunesse qui a investi le Net, les jeux vidéo et les médias délinéarisés sur lesquels nous n’avons aucune production, ni aucune réflexion. On ne regarde pas le Net sur lequel nos gamins sont en train de s’éduquer, a-t-il déploré. Les programmes sont trop chers et destinés aux gens les mieux éduqués, les mieux informés, les mieux protégés.

L’allocation des finances publiques est ultra-inégalitaire en matière d’audiovisuel public.

Macron ne parle pas de propagande ? On met très peu d’argent pour éduquer des gens qui sont loin de la culture, qui ne vont jamais regarder ni Arte, ni une chaîne de télévision publique. C’est ça la réalité.

Macron totalitaire a redit son hostilité à la nomination des présidents des chaînes et radios publiques par le CSA : « Vous nommez des patrons qui ne sont responsables devant personne, estimant que ce secteur était le seul où celui qui nomme des gens ne leur demande aucun compte ». Le modèle du CSA est caduc.

Je n’accepterai jamais qu’une entreprise publique, quand on lui demande un effort, considère que la seule réponse serait d’augmenter la redevance, ou d’aller faire du lobbying en commission !

Thierry Michaud-Nérard

Avec Éric Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays

 

image_pdfimage_print
13

7 Commentaires

  1. ce qui est sur c’est qu’il ne restera pas dans les mémoires des grands presidents francais..du style De Gaulle,ce qui restera inscrit dans le marbre sur macron ( pour l’instant) c’est 1) les gilets jaune.2) desastre gestion covid pourt sdon premier mandat et le 2eme…..scandale stade St Denis….pour l’instant.macron est et restera un minable soumis,valet,laquais de Bruxelles et qui adore mépriser les francais,ceux de souche les vrais.

    https://i83.servimg.com/u/f83/19/48/51/99/28256210.jpg

    • A mon sens le plus catastrophique est le scandale McKinsey,

  2. Allez, courage ! Il n’y en a plus que pour 5 ans ! Après tout, ce qui compte, c’est d’avoir fait barrage au Front Nationnnaaaaaalllll, non ?
    Rassurez-vous; à l’automne, les programmes vont changer : piquouze; piquouze; piquouze…
    – « J’veux pas ! »
    – « Ti veux pas piquouze ? Alors : pas bouffer; pas hôpital; pas travail ».
    -« M’en fous ! M’en fous ! »
    – « Pas football et pas vacances »
    – « Ah non ! Alors ça, je ne le tolèrerai pas ! ».

  3. Quand par autorité on met en danger les autres on y est soi-même !😇

  4. Macron HONTE de la République mais ça n’empêche pas qu’après 5 ans d’une dictature destructrice avec à la clé une dette astronomique il est à nouveau au pourvoir. Tout comme les veaux, moutons, pigeons vont lui redonner les pleins pouvoirs de vie et de mort sur eux et la France aux législatives avec en plus une aide d’islamisation qui s’appelle Mélenchon !!! Les français veulent continuer à dormir ou regarder ailleurs au lieu d’aller voter et reprendre leur destin en main. Grand bien leur fasse, avant 5 ans ils se réveilleront dans un nouveau pays musulmans aux allures de l’Algérie si chère au coeur des deux M. destructeurs ! La France compte 15 millions de musulmans + les milliers de naissances tt les ans + les 10 millions d’algériens qui vont débarquer : total en 2027 la France nouvelle Algérie aura son président intégriste et les crétins auront tout gagnés à ne pas vouloir voir ce qui leur pendait au nez !

  5. C’est tout simplement un nuisible.
    Il faut appliquer la méthode contre les nuisibles

Les commentaires sont fermés.