Macron, la marionnette ignare de la finance mondialisée

Un article de Marie-Sandrine Sgherri dans Le Point désosse la stratégie de la Macron Company (pour reprendre une expression de Mediapart).

L’article démontre que Macron n’a pas de programme parce qu’un programme détruirait le produit.

Lors du meeting lyonnais de Macron, un soutien de Mélenchon, Christophe Geoffroy, a décortiqué la manipulation des marionnettistes du candidat “christique”:

https://youtu.be/E9t08A3TylA

On y voit l’équipe Team Ambiance télécommander l’enthousiasme  des abonnés d’En Marche par sms, les groupes placés face aux caméras pour fournir, selon les ordres donnés, des émotions aux (télé)spectateurs et fausser le jugement des chaînes d’information en continu.

La Macron Company, comme l’a souligné Natacha Polony, a décidé de se passer des partis politiques, c’est-à-dire de faire le boulot elle-même à la tête du pays. Pour cela, elle a créé cette incarnation –propre, souriante, soi-disant instruite et intelligente… et surtout proche de l’hologramme– du système financier.

La chercheuse Cécile Alduy, auteur de Ce qu’ils disent vraiment, a analysé le cas Macron. Pour elle, chez le représentant de la finance mondialisée, «tout est dans la démarche, la manière de faire, tandis que, sur le contenu, il reprend à droite ou à gauche des idées assez générales (flexibilité du travail, laïcité de la loi de 1905, Européen convaincu). Il y un côté «start-up» dans son mode opératoire: on analyse l’offre sur le marché (ici politique), on monte une petite boîte sur un concept disruptif (la candidature apolitique), on fait des «focus-group», on teste le produit en mode “bêta”[1], on intègre les retours des consommateurs dans la version finale, on peaufine, enfin on livre un produit résolument neuf, qui repose sur un usage et un savant marketing plutôt que sur un contenu précis.»

A la Macron Company, on trouve de jeunes loups d’H.E.C., de quelques autres écoles de commerce et de “jeunes pousses”. En marche ! est managé –du moins à en croire ses créateurs– comme les entreprises modernes, un système de gestion qui n’est plus top-down (diriger depuis le haut vers le bas) mais bottom-up (les idées viennent du bas et sont intégrées par le haut).

La Macron Company s’appuie sur des sondages concoctés par le cabinet de conseil Liegey Muller Pons, «start-up en stratégie électorale» et mis en musique par Proxem, qui se présente sur son site comme «pionnier de l’analyse sémantique des données textuelles pour la connaissance client, les big data RH, la market intelligence et les content analytics». En clair, elle transforme ce que disent les gens en données pour bâtir l’image du produit Macron.

C’est d’ailleurs dans une base de données que Macron pioche des expressions pour ses phrases de gourou: «dimension de verticalité, de transcendance, (…) s’ancrer dans de l’immanence complète, de la matérialité», «Je ne crois pas à la transcendance éthérée. Il faut tresser les deux, l’intelligence et la spiritualité. Sinon l’intelligence est toujours malheureuse. Sinon les gens n’éprouvent de sensations que vers les passions tristes, le ressentiment, la jalousie, etc.»

Le produit phare de la Macron Company est allé à Alger pour racoler les Algériens… de France. La voix de la marionnette lui a fait dire: «J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie. La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité».

Rien que cela.

Le procès de la France « colonisatrice » recommencé par un produit formaté pour en devenir son Président.  Consternant.

Peu importe l’Histoire pour Macron.

Ferhat Abbas, président de la république algérienne, du temps du G.P.R.A. (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne), avait reconnu :
«La France n’a pas colonisé l’Algérie. Elle l’a fondée
C’est en effet le 14 octobre 1839, par décision du ministre de la guerre, que le nom ‘’Algérie‘’ fut attribué pour la première fois à cette partie de l’Afrique du Nord.

La France de Charles X y intervint pour combattre la piraterie barbaresque qui continuait de pourrir la Méditerranée. Pour chasser le colonisateur ottoman qui affamait depuis plusieurs siècles les habitants de la région. Pour libérer les esclaves chrétiens européens.

Crime contre l’humanité, dit Macron par psittacisme de gauche.

Crime contre l’humanité  d’avoir défriché, drainé, asséché et fertilisé un sol à l’abandon depuis des siècles. D’avoir apporté l’enseignement (qu’il lise Le premier homme de Camus), des hôpitaux (éradication de la peste, du choléra, de la variole, du typhus). D’avoir construit des infrastructures (barrages, routes, réseau ferroviaire, réseau de postes et télécommunications, ports et aéroports). D’avoir mis en place une agriculture exportatrice à l’époque « coloniale » alors qu’aujourd’hui l’Algérie doit importer pour se nourrir. D’avoir bâtit des usines. D’avoir développé des industries (chimique, métallurgique, hydrocarbures).

Et il devrait savoir, comme le rappelle Jean Sévillia dans Historiquement incorrect, que  la colonisation a été une idée portée de 1880 à 1950 par la gauche républicaine.

Lui qui se targue d’être un expert en économie, comment est-il passé à côté du fait que la colonisation a coûté cher à la France. Bien plus qu’elle ne lui a rapporté.

Un candidat à la Présidentielle ferait mieux de demander comme Albert Memmi le fit dans son Portrait du décolonisé: «Qu’avez-vous fait de votre liberté?»

On en a une idée en voyant l’Algérie du mort-vivant Bouteflika et les agissements de ses ressortissants dans l’Hexagone (qui, eux, réalisent une colonisation du 93 proche de la barbarie et du crime contre l’humanité).

Pour le cas où des politicards calédoniens (de gauche, du centre et de la droite chamailleuse), après cette lumineuse déclaration algérienne, voudraient soutenir Macron,  ils savent le sort qu’il réservera, s’il est élu, à la Calédonie française et au “destin commun”.

A des loyalistes calédoniens qui l’ont récemment contacté pour le tester sur l’avenir du Caillou, il aurait dit presque la même chose qu’en Algérie sur le gentil Kanak colonisé et l’affreux Caldoche colonisateur.

Et sans doute leur refera-t-il le coup des colonnes du Figaro où la Macron Company revient sur le terme de crime contre l’humanité, en insinuant, en somme, qu’il avait des aspects positifs et était dépourvu de criminels.

Le grand écart idéologique est un des ingrédients du produit Macron. Son inconsistance aussi.

Marcus Graven

[1] Version test d’un produit avant commercialisation.

image_pdf
0
0

17 Commentaires

  1. Les  » rois  » de la manipulation………Mais hautement plus grave,les consentants à être manipulés !!!

  2. Ignare n’est probablement pas le bon mot car je ne pense pas qu’il le soit, mais bien pire, manipulateur, illusionniste, arriviste assurément. Ses propos n’étaient pas le fruit d’une improvisation, d’un amateurisme, comme certains commentateurs le disent mais, je crois, bien plutôt d’une stratégie électoraliste mûrement réfléchie. Pour asseoir son socle électoral instable que la bobosphère n’assure pas à elle seule il se tourne vers la population issue de l’immigration, en bon homme de gauche. Et dire qu’il y a des anciens UMP et UDI qui l’ont rejoint ! Qu’ils n’oublient pas que l’on peut facilement miser sur le mauvais cheval…

    • D’accord avec vous, ignare est inapproprié. Macron, c’est David Copperfield. Le dernier dessin d’humour de Deligne dans Valeurs Actuelles a mis dans le mille. Le plan de l’oligarchie mondialiste est avant tout d’imposer aux peuples d’Europe des politiciens potiches, des hommes (ou femmes) de paille comme Hollande. De gauche, ça passe mieux. D’où Syriza, Podemos, etc. Pour cela, il faut d’abord incapaciter ceux qui veulent vraiment gouverner (le Pen, Fillon) grâce aux contre-pouvoirs bidons sous contrôle que sont devenus la justice et les medias. Puis promouvoir des quadras de gauche potiches, afin de nous offrir au second tour un choix Hamon-Macron. La France sera alors sous contrôle, comme toute l’Europe du sud. Elle est pas belle la vie?

  3. Selon le site américain Info Wars d’Alex Jones, Soros s’intéresse de très près aux élections françaises et aurait investi financièrement pour éliminer le FN. Attendez vous donc à une campagne à l’américaine avec les mêmes fils conducteurs et attaques sur la probité de la candidate. http://www.medias-presse.info/marine-le-pen-est-elle-devenue-une-cible-de-georges-soros/69549/?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=Mailing+quotidien Ben voilà, on y est. C’est à notre tour maintenant de montrer ce qu’on a dans le ventre. Tous les yeux sont tournés vers nous et le vote de la France risque d’influencer les autres élections à venir (Pays Bas, Allemagne). Si ce vote contestataire américain gagne la majorité des pays européens, on aura gagner.
    A nous de montrer le bon exemple !

    • Voir mon post à Daniel Boutonnet plus haut. D’accord avec vous. Il faut lever le nez et regarder en dehors de l’Hexagone. Le jeu est mondial et concerne toute l’Europe. Bergé est en France le relais de Soros. Les mondialistes veulent bloquer Le Pen et Wilders à tout prix, et nous imposer leurs hommes de paille. Comme en Grèce, au Portugal, comme bientôt en Allemagne avec le « social-démocrate » de l’UERSS Martin Schulz. Comme bientôt en France avec le « social-démocrate » européiste Macron, ou le socialiste d’extrême-gauche Hamon. Le danger est dans la puissance des faux contre pouvoirs bidons sous contrôle, la soi-disante justice et les merdias, fort capables de faire passer Fillon et Marine derrière leurs potiches et les éliminer du second tour. Le plan est en marche…..

      • Oui faut voir. Avant, c’était facile pour eux car on ne se doutait de rien et on gobait tout. Aujourd’hui on est nettement mieux informé. La preuve que ça marche puisque le Macron commence déjà à s’essouffler depuis que la réalité a été rétablie sur le bidonnage de ses rassemblements. Qui voulez vous représenter quand vous êtes un inconnu mais le chouchou des banquiers, que votre bilan au gouvernement est nul, que vous n’avez rien à proposer à part des paroles creuses et que rien de ce que vous dites ne colle à la réalité ? Enfin pour l’instant rien n’est joué. Encore deux mois à attendre et les jeux seront faits…

  4. Sa sortie sur la colonisation n’a pas fini de le poursuivre. Plus con, tu meurs. Le Macron s’est senti pousser des ailes et comme Fillon, il a trop ouvert sa gueule. C’est la goutte qui a fait déborder le vase et il va s’en mordre les doigts.
    https://francais.rt.com/france/34141-carpentras-manifestants-pieds-noirs-interpellent-emmanuel-macron-photos
    Quant aux socialistes, ils se regroupent autour du jambon halal Hamon et claquent la porte aux soutiens de Macron. Merde in socialie !
    https://francais.rt.com/france/34115-soutiens-macron-personae-non-gratae-reunions-groupe-socialiste-assemblee
    Intéressant non ? La Blonde et les patriotes ont vraiment un beau coup à jouer ! A vos urnes !

  5. Vous l’avez bien défini le Macron : une viande avariée qui pue la charogne, le tout emballé dans du papier cadeau. Juste de la merde dans un bas de soie, pour reprendre une phrase célèbre.
    https://francais.rt.com/france/33751-emmanuel-macron-candidat-altice-patrick-drahi
    Dans le camp Fillon c’est pas mieux. Voilà ce que préconise Christophe Barbier pour relancer la campagne du Fillon :
    https://francais.rt.com/france/34142-fillon-besoin-attentats-sauver-campagne-ce-que-pense-christophe-barbier
    https://www.youtube.com/watch?v=X3CtYV2CvFg
    Certains journalistes ont vraiment atteint le fond !

    • « Il faut que l’actualité redonne au débat des points d’accroche pour F. Fillon. De l’actualité régalienne, Trump par exemple, ou bien, espérons que ça n’arrivera pas, des attentats, des situations tragiques, qui d’un seul coup feront disparaître l’affaire Penelope et feront ressortir l’ancien Premier ministre. Il a besoin de cela», a commenté… Christophe Barbier, sur BFMTV le 17 février.
      Comme quoi l’idée qu’hollande avait commandité la tuerie de Charlie Hebdo pour remonter dans les sondages et rester à l’Elysée est très pertinente… J’ai toujours pensé que ces attentats lui étaient trop favorables…
      Les journalistes sont du même avis, visiblement !

  6. « On ne dira jamais assez ce que la peur de ne pas paraître suffisamment à gauche aura fait commettre de lâchetés aux français » Charles Peguy

Les commentaires sont fermés.